Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Aller en bas

Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Mer 13 Jan - 14:34

Lundi matin. C’était si difficile et fatiguant les lundis matin! Pour tout le monde. Sincèrement, ce n’est pas parce qu’on est un prof qu’on en vit pas le lundi matin différemment hein! Enfin, dans le cas d’Antho c’était comme ça. Les profs trop enthousiasmes le lundi matin c’est qu’ils font semblant quoi. Notre Professeur de défenses, par contre, lui avait une autre solution au lieu de faire semblant : Faire travailler le stagiaire! Surtout quand le stagiaire est Tristan, c’est encore plus drôle. Nah, mais c’est pédagogique quoi, mieux vaut y aller lentement avec les jeunes…ils sont amorphes le lundi matin, surveiller les filets de bave c’est pas trop compliqué, n’est-ce pas Tristan? Oui, Antho’ se trouve mentalement trop drôle.

Mais quand même, sa journée avait commencé normalement, jogging, petit déjeuner, rencontre avec Tristan…et là, normalement il aurait dû être en cours. Là, il errait dans l’école. Il n’avait pas envie de retourner dans ses appartements, il ne voulait pas aller dans son bureau et encore moins aller surveiller sa classe. Tristan allait bien s’en sortir, il le savait.

Du coup, il montait des escaliers, regardait longuement des tableaux et baillait à s’en décrocher la mâchoire, il eut même droit à un regard méprisant d’un vieux bonhomme dans un tableau parce qu’il n’avait pas mis sa main devant sa bouche. Puis il finit par prendre le chemin de l’infirmerie. Il avait vraiment envie de voir Amandine et puis c’était la seule qu’il pouvait aller embêter un peu. Il sourit pour lui-même, les mains plantées dans les poches de son jeans.

Il fut un brin déçu quand il entra dans l’infirmerie. Elle était vide. Il eut une moue de déception en parcourant l’endroit des yeux. Un beau soleil d’automne passait au travers des grandes fenêtres. Ah quand il en avait passé du temps ici. Le quidditch en plus de son côté casse-cou l’avaient mené souvent dans un de ses lits. Ce qui était amusant c’était que c’était la même infirmière qui était là. Ses iris tombèrent ensuite sur l’armoire contenant médicaments et autres. Ah oui, c’était une raison pourquoi il était venu souvent dans l’infirmerie. Tenter de traverser la protection magique de l’armoire pour prendre un peu de pimentine…vous savez, le médicament contre la grippe qui fait que la fumée sort des oreilles? Il s’imaginait bien en mettre dans les tasses des professeurs qu’il détestait à l’époque. Il ricana à se souvenir en s’approchant, tel l’adolescent qu’il avait été vers l’armoire. Tu étais un adulte maintenant, tu n’étais pas un petit voyou, tu n’avais pas à avoir peur! Il prit une bouteille entre ses mains, une qui était à côté pour regarder ce que c’était, il eut une moue approbatrice tout en la déposant…oh, et c’était quoi ce liquide tout…

‘’PROFESSEUR TREUM-BLE-EY!’’

Il sursauta. En fait, il manqua surtout de faire un arrêt cardiaque. Ses mains se prirent dans les différents pots et contenants et il manqua d’en renverser partout, mais il se redressa vivement en se tournant vers l’infirmière. C’était le même ton rempli de haine qu’à l’époque. Il lui fit un de ses grands sourires avant de la saluer d’un signe de la main.

‘’Vous m’avez fait peur! Je n’étais pas en train de…’’
‘’Oh vous n’avez pas changé! N’essayez pas avec moi.’’
‘’Vous êtes toujours aussi charmante.’’
‘’Éloignez-vous de cette armoire!’’

Il leva ses mains comme un voleur prit en flagrant délit en s’éloignant du dit meuble tout en gardant un sourire rieur, oui, lui, il trouvait ça amusant.

‘’Je ne suis plus un petit gamin vous savez.’’
‘’Vous avez raison, vous avez grandi. Qu’est-ce que vous faites ici, vous semblez en parfaite santé.’’
‘’Je venais voir Amandine, je vous jure, je suis tout à faire innocent.’’

Elle redressa la tête en le regardant de haut en faisant un grand ‘’HM-HM’. Il s’approcha d’elle en plissant les lèvres.

‘’Je suis déçu qu’après toutes ces années vous n’ayez pas confiance en moi…’’
‘’Je suis attendue ailleurs, si vous OSEZ toucher à quelque chose, je le saurais, elle devrait arriver bientôt.’’

Dit-elle en soupirant pour ponctuer ses mots. Elle partit ensuite et s’arrêtant à la porte pour se retourner vers lui en lui lançant un regard du genre ‘’Je te surveille.’’

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 25 Jan - 16:41

Haha les lundis matins. C'était la mort pour tous les êtres sur cette terre. Amandine détestait les lundis matin. C'est qu'elle travaillait toute la fin de semaine "O mille fées", elle fermait souvent la chaumière et se levait tôt pour aller courir avec le Bellâtre. Certes, cela lui faisait le plus grands des biens, son cerveau était à off le plus souvent, mais rendu le lundi matin, la fatigue se faisait ressentir et l'infirmerie lui tentait moins. Mais bon, puisqu'elle n'a pas de stagiaire, elle devait être au poste. S'occuper des élèves, de l'inventaire, faire en sorte que l'Infirmerie soit propre. Bref, elle faisait en sorte de se garder occupée et surtout d'aimer un peu son travail. Encore plus, le lundi matin. 

Elle aussi, elle avait eu un début de semaine des plus normaux. Course avec Anthony le matin, douche et petit déjeuner. Petit était le mot parfait pour désigner cela. Si Anthony avait une particularité avec l'alcool, Amandine a une particularité avec la nourriture. Comme à chaque fois que cela n'allait pas bien dans sa vie, son ventre criait famine. Mais bon, cela est un autre sujet. Donc, après le petit déjeuner, elle avait filer à l'infirmerie. Elle avait exigé pour son retour qu'elle pouvait s'habiller comme elle le voulait. Donc, c'est pour cela que ce matin, elle était vêtu d'une robe de jeans sans manche, par-dessus celle-ci elle avait mis une grosse veste de laine noire, frileuse va. Bas de nylon noir, bottillon noir, où des bas de laine en ressortent. Ses boucles cascadaient le long de son dos. Chic, mais pas trop. Comme toujours. 

Et voilà qu'Anthony voulait lui fire une petite visite. Mignon, ils s'étaient vus le matin même. Très mignon! Mais, malheureusement pour lui, elle n'était pas là. Non, une urgence dans une classe. Un étudiant de première qui s'est mis à vomir en plein cours. (En souhaitant que se soit dans la classe de Tristan, sur Tristan.) Étrange, les jeunes Professeurs faisait appel à Elle et non à la Vieille-Infirmière. Amandine ne s'en plaignait pas. Son métier d'Aide-Infirmière ne l'enchantait pas, mais s'occuper des enfants\adolescents lui procurait un bien fou.Elle aimait les enfants, elle aimaient les adolescents. Boucle-d'Or a étudié la magie, mais elle se cherche encore beaucoup, elle ne sait pas si elle préfère ce monde à celui des moldus. Mais bon, pour l'instant, cela lui plaisait de venir en aide aux jeunes dans les classes ou à l'infirmerie. 

Anthony se fait surprendre par Mme McCarthy, Vieille infirmière qui était déjà vieille dans leur jeunesse. Elle qui n'aimait pas beaucoup le jeune Homme imprudent et curieux. Elle le gronde. Quelques minutes passent. Anthony pourra entendre, au loin derrière la porte une conversation entre la Blondinette et Mme McCarthy. 

Amandine:"Ho! Monsieur Tremblay? À l'Infirmerie? Pour moi? Est-ce qu'il a un élève de malade? Seul? Est-ce qu'il va bien?....Ah, juste pour moi...  Oh! D'accord. "

Malheureusement, la Vieille parle trop bas pour que le Professeur de défenses entende, par contre, Amandine réplique...

Amandine:"Quoi? Ne vous en faites pas, je vais l'avoir à l'oeil... Et HEUUUUUUU!... Non, nous ne ferons pas de petits cachoteries..........."

Malaise total, la Belle entre dans l'Infirmerie, referme la porte et appuie son dos au mur.  Elle ferme les paupières un moment et prend une grande inspiration, Elle est une vieille chipie. Non, mais pour qui elle la prend, celle-là. Comme si... Hein, non mais.... Malaise. C'est presque si Amandine ne prie pas pour que le grand Brun soit repartie ou qu'il n'ait pas entendu ce que l'Infirmière venait de dire. C'est qu'elle a les joues qui s'empourprent tout d'un coup. À quoi penses-tu Amandine? À riennnn. Puis, elle ouvre les paupières et voit le Professeur.

Amandine:" Qu'as-tu fait encore ?...." (Elle ne peut s'empêcher d'avoir un léger sourire amusé sur ses lèvres.)

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Lun 25 Jan - 17:57

Non, mais elle faisait froid dans le dos cette vieille chipie! Non, mais vraiment, c’était sûrement même pas naturel qu’elle soit ici depuis aussi longtemps à SOIGNER alors qu’elle semblait plus du genre psychopathe. Mieux vaut ne pas y penser trop fort, juste au cas. Cette chère Mme McCarthy vraiment…En tout cas, elle avait une mémoire d’éléphant cette vieille. Antho’, cependant, ne lui en tenait pas rigueur, il avait été un peu morveux malgré ses grands sourires et ses bonnes manières. Enfin, il plongea ses mains dans ses jeans en attendant son amie, ses iris retournèrent se promener sur l’ensemble de la salle, il fit quelques pas tranquillement, patient.

Puis il entendit sa voix à elle. Il pivota ses iris d’émeraude vers la porte, un sourire se dessinant déjà sur ses lèvres. Il réalisa bien rapidement qu’elle parlait avec l’infirmière. Ses premières paroles agrandirent son sourire alors qu’il lance un bref regard vers le sol avant de regarder de nouveau la porte en se disant qu’elle allait sûrement la franchir bientôt…Oh! Mais non, d’autres mots sont prononcés. Ah bon sang. Vraiment, il n’avait pas besoin d’entendre ce que l’aînée disait pour comprendre l’essentiel de ses propos. Non, mais vraiment…c’était sûrement une vieille en manque de peau tient! Mais ça, il allait le garder pour lui…parce qu’il ne pouvait pas réellement s’empêcher de trouver ça drôle. Parce qu’Amandine ne prendrait pas ses mots comme lui. Lui, il trouvait ça drôle, mais la jolie Blonde allait peut-être être gênée! Mais vraiment qui penserait à faire ça dans…C’est vrai qu’il a pas mal de lits hein…mais quand même avec l’odeur d’alcool et de propreté extrême?...C’était clairement arrivé au moins une fois depuis la fondation du château ceci dit. Il était même prêt à mettre sa main au feu.

Amusé par ses propres pensées, il se frotte un peu le nez en ayant un sourire amusé aux coins des lèvres, il pivote un peu son corps de la porte, pas besoin de la mettre encore plus dans l’embarras, il savait qu’elle allait être mal à l’aise. Donc ce fut seulement quand elle entra qu’il pivota son regard vers elle, mais elle ne le vit pas. Tu reprenais contenance Amandine? Antho va te laisser le temps, il est gentil comme ça. Quand elle le regarde enfant, il lui sourit de plus belle comme s’il n’avait absolument rien entendu, quel bon garçon non? Il rit à ses mots et prend un air faussement théâtrale avant de prononcer.

‘’Z’ai rien bait mam’zell Roy, ze buit un beu malade’’

Oui, il feignait un rhume et fit même semblant de renifler un bon coup avant de finalement éclater de rire et se redresser un peu en haussant les épaules.

‘’Non, mais t’as vu comment elle me prend pour un vrai garnement hein! Elle agit avec moi comme si j’avais encore 13 ans, c’est pas croyable.’’

Dit-il en baissant la voix, pas question qu’elle revienne dans la salle en le sortant de hors à coup de balais ou autre trouvaille dangereuse qu’il pourrait avoir dans cette infirmerie. Il reprend ensuite d’une voix plus normale pour justifier sa présence.

‘’En fait, c’est Tristan qui est en classe en ce moment et heu…je me suis dit que je pourrais passer dire bonjour, si tu n’étais pas occupée bien sûr! Je peux même t’aider aussi pour le rangement…même si je crois que McCarthy viendrait bien cinglée de penser que j’ai touché quelque chose dans sa précieuse infirmerie…Sinon, comment tu vas toi?’’

Hm, tu l’as vu quoi…à peine 2-3 heures plus tôt? Mais ça se demande quand même bon!

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 25 Jan - 18:35

C'était clairement arrivé une fois depuis la fondation de l'école. Avec tous ses élèves, vivant la puberté, il ne fallait pas idiot pour se douter le contraire. Après tout, il devait avoir quelques étudiants fétichistes sur l'odeur d'antiseptiques. Bref, Anthony était là lorsque Amandine eut la conversation avec la Vieille. Oups. Il avait tout entendu. Double oups. Il avait même vu Amandine entrer dans l'Infirmerie et prendre... contenance. Triple oups. Mais, bon. Nous n'en parlerons pas maintenant, en plus, il est gentil le Guerrier, il attend, avec patience, qu'elle ouvre ses yeux pour lui parler. En plus, il fait le numéro d'un élève malade. Cela a pour effet de détendre l'atmosphère. Elle eut un léger ricanement. Elle décolla son dos de sur la porte et s'avança vers  un lit. (Quand même très drôle si on pense au sujet précédant, entre la Vipère et la jeune femme.)

"Puisque tu es malade, mon petit, il te faudra du repos...."

Puis, elle se retourna vers lui, tout en s'assoyant sur le lit. C'est qu'il n'avait pas d'autres places. Les esprits mal-tournés restés calmes, elle est tout de même chaste et pure la Blondinette. Elle croise les jambes, l'écoutant attentivement, toujours les lippes retournées en un magnifique sourire. 

"Tu sais, à son âge, j'agirais pareil avec toi.... Je ne te ferais pas confiance, toi et tes mauvais tours... "

Un beau rire, encore une fois sortit de sa bouche. Il la faisait rire et ça lui faisait un bien fou. Et ce n'était pas du tout méchant. Non, des fois, Anthony avait l'humour et les plans d'un jeune adolescent et c'est peut-être en partie pour cela qu'elle l'aimait autant! Puis, il parla de sa raison de sa visite. Enfin raison est un grand mot, plus de la justification du pourquoi qu'il n'est pas dans sa classe. Elle secoua la tête, d'un air amusé à sa réponse. 

"Je sais que c'est Tristan, je reviens de sa classe, enfin de ta classe. Le petit Barny a vomit sur lui.... Ce n'était pas beau à voir. Enfin, l'air de Tristan valait tout l'or du monde.... Je me suis retenue de rire au mois 10 fois."

Elle eut un regard machiavélique, du genre:"Il le mérite bien, après tout. Et oui, le vomit était dans la classe a Tristan, Hon! Pauvre chou!

"Oui, je vais aussi bien que ce matin. (Petit clin d'oeil qu'elle lui fit, après tout,ils se sont vus il y a à peine 3 heures et que son état n'a pas changé depuis ce matin. Mais c'était mignon de demander. ) En fait, si tu veux, je dois retirer tout les draps des lits et les échangés... C'est jour de lavage, mais rien en t'y oblige... Je peux te faire un café et tu me regardes faire....Tout en jasant.... Je ne t'y oblige pas. 

Elle garda son sourire et se leva de son lit, elle passa à ses côtés, pour se rendre derrière le bureau aménagé dans le coin, en entrant. Elle ouvrit l'armoire derrière le bureau et en sortit deux tasse à café. Elle se retourna vers lui pour attendre sa réponse.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Mar 26 Jan - 16:29

Au moins Antho’ savait que le rire servait souvent à détendre l’atmosphère. Sûrement pourquoi il en usait tellement d’ailleurs! Il ne voulait pas de malaise, il voulait que les gens soient bien en général. En fait, réduisons ‘’les gens’’ à ‘’ses amis’’ parce qu’en réalité, même s’il est farceur, il n’est pas comme ça avec tout le monde. Bref. Il joue l’enfant malade, elle rit. Parfait, il a gagné. Elle a même suivi un peu son jeu, heureusement qu’il n’a pas continué, sinon il n’aurait pas eu de fin c’est clair! Nah, il aimait mieux se plaindre de la vieille peau qui le sermonnait pour rien…ou pour des bêtises commises des années plus tôt! Et puis elle dit qu’elle est d’accord. Faussement outré, il secoue un peu la tête en pointant la porte.

‘’Oh lala, c’est grave, tu es trop souvent en compagnie de cette viei- il s’arrête d’un coup pour reprendre plus bas, cette vieille chouette.’’

Puis il sourit, un sourire qui voulait dire ‘’ouais, tu as peut-être raison’’ mais il n’allait pas de dire de vive voix quand même! Il était quand même un mâle avec un peu d’orgueil qui va avec!

Puis elle explication la raison de son absence à l’infirmerie. Il figea pendant un 2 secondes. Le moment que l’image mentale se crée dans sa tête puis…il éclate de rire. Mais un rire fort, incontrôlable. Il se tient le ventre d’une main tandis que l’autre pointe son visage et son torse.

‘’Vomi…Tristan…Il rit encore un peu, incapable de prononcer des phrases complètes, ses vêtements…ah bon sang…Il s’essuie les yeux, parce que oui, c’est à pleurer de rire, j’aurais tout fait pour voir ça je crois…’’

Il toussote un peu ce qui l’aide à retrouver son calme, même si ses yeux brillent encore d’amusement juste à l’idée de revoir le Blondinet et de le taquiner sur le sujet. Il n’avait AUCUNE idée à quel point cette histoire allait rester longtemps. Très longtemps. C’est clair qu’il allait rentrer à la grande salle sur l’heure du souper en criant à Mel ‘’DEVINE QUI S’EST FAIT VOMIR DESSUS!’’ Oh oui, Tristan, ton histoire allait faire le tour de l’école avec Antho’. C’est à peine s’il ne se retenait pas d’aller chercher Mme McCarthy pour lui raconter. Elle allait sûrement le savoir de toute façon.

Mais là, il reprend contenance. Elle allait bien, avec une intervention pareille, qui n’irait pas bien hein? Oh, journée lessive hein? Pourquoi pas! Antho’ n’aimait pas rien faire et il ne rechignait pas les tâches. On se souvient qu’ils étaient 5 enfants dans sa famille hein, il avait l’habitude d’avoir ses tâches à faire…bien que sa chambre avait toujours été un bordel infranchissable, mais ça, c’était ses affaires à lui, sinon il nettoyait la maison comme un pro. Et puis il fallait dire qu’il avait eu la chance d’avoir sa chambre à lui parce qu’il était le seul membre masculin de sa fratrie. Même si les blagues sur sa sœur aînée ont toujours été faciles à faire sur le sujet. Donc à ses différentes propositions, il n’hésita pas à répondre.

‘’Je vote pour t’aider en buvant du café et en discutant. Je sais, je sais…c’est pas parce que je suis un homme que je ne peux pas faire deux choses en même temps! Et ne met pas ça sur le fait que j’ai été entouré de 5 femmes chez moi, ça n’a rien à voir!’’

Il ricana à la fin de ses mots tandis qu’il s’attaquait déjà au lit le plus proche afin d’en retirer les draps. En plus, il était

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Marie_Eve_1989 le Mar 26 Jan - 19:52

Bon! Elle n'est pas toujours avec cette vieille chouette, souvent, mais quand même, quand la vieille Chipie intervenait trop rudement avec les enfants, Amandine levait les yeux au ciel et passait subtilement derrière elle pour faire le contraire de ce qu'elle venait de dire ou faire. C'était un Ange sur deux pattes, la petite Amandine et c'est sans doute pour cela que les étudiants, surtout les jeunes garçons, venaient la voir elle. C'est sans doute pour cela que les Professeurs faisait appel à elle plus que la Vieille, car elle apportait beaucoup plus de réconfort. Elle était plus humaine quoi. Et c'est son côté plus humain qui faisait en sorte qu'elle riait toujours des blagues d'Anthony, car elle le trouvait drôle oui, même s'il faisait des bêtises, aujourd'hui ou comme dans le temps, mais cela la réconfortait en quelque sorte. Cela l'a rendait encore plus humaine. Ho tu sais, la Blondinette te connait assez bien pour savoir comment tu es et comment tu étais adolescent, cher Anthony. Mais elle ne dira rien, elle savait également qu'il avait un truc d'orgueil sour cela. 

Puis, il se mit à rire.... Et à rire, jusqu'en pleurer de rire. De l'histoire avec Tristan. Du vomi. Sur Tristan. Oui. C'était extrêmement drôle. Et Amandine souhaite du plus profond de son coeur que cette histoire fera le tour de Pouillard, des élèves comme du corps enseignant. Après tout, peut-être qu'elle avait tout calculé, peut-être qu'elle savait qu'en parler de cela à Anthony, tout le monde saurait ce qui s'était passé dans cette classe. Petite vengeance envers le beau Blond? Nooooonnn!! Elle n'était pas du tout comme cela. Je vous l'ai dit, c'est un Ange. Cornu, mais un Ange. Et en plus, elle se sent fière d'avoir provoquer ce genre de réaction. Oui, elle était contente de son coup, Boucle-d'Or. 

Donc, elle lui proposa de l'aider pour la lessive, de prendre un café en sa compagnie, de jaser un peu. Certes, ils se voient pour courir, mais des fois, cela est fait en silence, car la compagnie de l'autre suffit. Et ne t'inquiète pas Guerrier, la Blondinette sait parfaitement que tu ne lésines pas sur les tâches, elle te demandait cela que pour être avec toi. Elle te savait travaillant et n'abusait en rien de toi, Belles Fesses. Puis, il fit une petit blague. Sur le fait qu'il pouvait faire plus d'une choses à la fois. Et le fait qu'il était né dans une famille, avec 5 soeurs, n'en était pas la cause. Amandine eut un sourire, attendri, du genre:"Tu es sûre que ça n'a rien à voir?" Mais elle ne dit rien, elle ne voulait pas abîmer son bel orgueil, encore une fois. 

Amandine:" Tu es toujours ton café sucré?"

C'était une question sans questionnement, elle le savait, qu'il aimait toujours son café sucré, c'est qu'il déjeunait ensemble. Quand même régulièrement. Elle mit les deux tasses sur le bureau et sortit sa baguette d'un tiroir, elle fit dans une tasse un café noir, celui à Anthony, qu'elle avait fait en sorte de mettre environ 5 sucres dedans. Dans l'autre tasse, le café était de couleur chocolat au lait, car elle le prenait un lait et un édulcorant. Elle rangea sa baguette, se saisit des deux tasses par la ganse et de l'autre main, amena un gros panier en osier, pour accueillir les draps. Elle se stoppa aux côtés d'Anthony. Elle lui tendit sa tasse, avec un charmant sourire. Sa main libre ira soutenir l'autre côté de sa tasse et elle prendra une gorgée de son café. Tout en regardant le Professeur de défenses. 

Amandine:" Tu sais, j'aime mieux le faire à la main, comme du côté moldu. (Elle parlait ici de la lessive.)  Je pourrais utiliser la magie, comme pour le café, mais des fois, je fais des tâches anodine, comme si j'étais chez moi. Ça me rappelle mes origines. Que oui, je suis sorcière, mais que je suis aussi fière d'avoir du sang de moldu."

Après tout, il n'y avait qu'elle et son frère qui était sorcier. Ses parents et sa petite soeur ne l'étaient pas. Elle lui disait cela, même si, peut-être, il savait déjà tout cela, car il la connaissait depuis longtemps. Mais cela faisait tellement longtemps qu'il ne s'était pas parlé, qu'elle se devait de lui dire une confidence, anodine qu'elle soit. Elle lui sourit, reprenant une gorgée de café. Son sourire avec un brin de mélancolie, mais rien de trop grave, juste ce qu'il faut.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Mar 26 Jan - 20:40

Il se doutait bien qu’Amandine était un ange avec les adolescents. De un, parce qu’il entendait souvent des jeunes ado’ pleins d’hormones parler de l’aide-infirmière et de deux, parce qu’il savait qu’elle pouvait être d’une grande bonté envers eux. Plus que l’autre hystérique en tout cas. Il en avait taquiner plus d’un, des gamins qui discutaient de la beauté du personnel de l’école en disant qu’ils avaient de la chance, qu’à son époque, c’était presque tous des personnes plus âgées! Autant du corps enseignant que du personnel. Tandis que là, l’école avait vraiment une belle brochette de jeunes gens dévoués en plus!

Pour l’histoire de Tristan…ne t’inquiète pas Amandine, Antho’ allait sûrement aller le dire aux chouettes et aux hiboux dans la volière tant que la chose était risible. Cette histoire était tout simplement succulente. Enfin, c’est une façon de parler parce que du vomi… Ah lala, Antho devait vraiment se contrôler pour ne pas en rire toute la journée. Déjà qu’il allait sûrement repartir à rire comme ça en voyant la tête du beau blond à la fin du cours. Il pourrait peut-être lui apporter une autre chemise, au cas. Bon, du calme maintenant, gardons les mauvais tours et les blagues pour plus tard.

Faire les corvées lui rappelait la maison. D’ailleurs, les corvées étaient parfois une monnaie d’échange avec ses sœurs. De l’aide pour quelque chose en échange de faire la vaisselle par exemple! Oui, c’était courant, même qu’Alice avait déjà tenu un espèce de compte de corvées pour être CERTAINE que personne n’oublie les corvées qu’il devait. Oui, elle était comme ça la petite peste. Il lui retourna un sourire amusé puis elle posa une question sur son café. Il hocha la tête d’un bon mouvement en répondant.

‘’Yep! Du sucre au café.’’


Dit-il avec un beau sourire tout en retirant les draps du lit le plus proche en les laissant entassés sur le lit en attendant de savoir ce qu’il devait en faire. Rapidement, elle vint porter le café du Guerrier. Il prit la tasse en prenant déjà une bonne gorgée, après avoir vérifié par une petite gorgée qu’il n’allait pas s’ébouillanter bien sûr. Il était parfait! Il libéra une main pour prendre les draps et les mettre dans le panier, se doutant bien que c’était pour cet usage qu’elle l’avait apporté. Il l'écoute ensuite attentivement en lui souriant gentiment. Il venait d’une famille de sorciers, mais il comprenait parfaitement bien ce qu’elle voulait dire.

‘’Il ne faut pas oublier d’où l’on vient je crois. C’est ce qui fait ce que nous sommes maintenant, non?’’

Commença-t-il avec une certaine sagesse puis il enchaîna gentiment sur le sujet, parce que oui, il la connaissait bien, mais il ne se lassait pas de l’écouter quand elle parlait d’elle.

‘’Ma grand-mère était une moldue et je me souviens qu’elle détestait nous voir avec nos baguettes magiques, moi et mes sœurs. Elle nous disait que l’on pouvait tout faire de ses deux mains si on le voulait vraiment! Bien sûr, elle ne comprenait pas bien tout ce que la magie impliquait, elle pensait sûrement que l’on pouvait que faire léviter les paperman vers nous, tu vois le genre.’’

Il ricana un peu en parlant de sa grand-mère. Il n’en parlait pas souvent en effet d’elle. Amandine devait en avoir entendu parler quelques fois, d’autant plus qu’elle devait être morte quand il était en troisième année environ. Mais ce n’était pas triste, c’était même plus heureux comme souvenir de la façon dont il l’évoquait. Il déposa ensuite sa tasse sur une petite table près d’un lit en prenant les draps d’un autre lit.

‘’He puis, ça sent meilleur fait à la main je crois! Les gamins t’en seront reconnaissants!’’

Dit-il en souriant de plus belle tout en déposant le nouveau tas dans le panier.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 1 Fév - 15:44

Pleins d'adolescents, remplis d'hormones, parlent d'Amandine? Elle aimerait tellement être un petit oiseau pour voir ce genre de conversation, Cela devait être amusant. Et c'est vrai. Les élèves pouvaient se considérer chanceux, puisque la gente féminine du personnel et du corps enseignant était composée d'une brochette de femmes très jolies et très généreuses. Certes, il restait quelques croutons ici et là, mais leur savoir apportait beaucoup. Sans compter, le fait que les Hommes aussi avait gagné en popularité. Juste à regarder dans la classe des défenses contre les forces du mal. Anthony comme Professeur et Tristan comme stagiaire. Une fois, Amandine avait surpris un petit groupe d'étudiantes qui parlaient des deux hommes positivement. Elle avait sourit, avait passé aux côtés du groupe et avait déclaré tout bonnement:"Juste dommage que Monsieur Ryans a une maladie incurable, dégénérative, qui fait en sorte qu'un jour, il sera laid." Elle avait feint théâtralement de pleurer et avait quitter en riant sa vie. Les filles avait chuchoté l'histoire un peu partout dans le Chateau. Mais bon, c'était un de ses innombrables coups contre Tristan, qui lui rendait bien la monnaie de sa pièce. C'est vrai, les étudiantes de nos jours pouvaient se considérer chanceuses, car dans le temps de Mélina et Amandine, il n'avait que Monsieur Watson, professeur de l'histoire de la magie, âgé de 53 ans, qui était potable et encore... 

Il avait déjà commencé ses tâches à elle. Il était d'une gentillesse ce Anthony. Il l'aidait souvent, mais c'était naturel. Elle ne l'exploitait pas et lui, il ne le faisait pas par obligation ou pour se prouver. C'était donnant-donnant dans cette relation. Puis, elle entama la discussion sur sa pensée magie/moldu. Il l'écouta, tout en faisant un autre lit. Puis, il lui répondit. Il parla de sa grand-mère. De sa pensée envers la magie. Elle eut un sourire, ramenant une bouclette derrière son oreille, de son autre main tenant toujours sa tasse de café. Qu'elle finit par prendre une autre gorgée. Elle acquiesça d'un hochement de tête ici et là pour approuver ce qu'il venait de dire. Comme le fait qu'il ne faut pas oublier d'où l'on vient, car cela fait ce que nous sommes. Que l'on pouvait faire ce que l'on voulait de nos deux mains. Elle eut un léger rire, lorsqu'il parla des papermans. Sacré Anthony. Oui, elle se rappelait lorsqu'elle était morte, qu'ils étaient en troisième. Il n'étaient pas encore tout-à-fait amis à l'époque, mais elle s'en souvenait. C'est qu'elle le trouvait déjà très beau dans ce temps. 

Amandine:"C'est gentil, il n'a rien d mieux que de venir se coucher dans des draps qui sentent la lessive lorsqu'on est malade... Bon, si ça continue comme cela, je n'aurai le temps de rien faire..."

Un fin sourire vint perler ses lèvres. L'Aide-Infirmère ira proche du lit où il se trouve pour déposer sa tasse de café sur la table de chevet. Elle ira un lit plus loin, défaire les draps et les mettre dans un tas. Ainsi de suite avec les lits qui l'entourent. Quand le tas sera assez gros, elle le prend et va le déposer dans le panier à linges sales. Une fois qu'ils ont terminé, elle ira pousser le panier en arrière du bureau. Boucle-d'Or ira se saisir de sa tasse de café, s'asseoir à sur un lit. Elle tapotera d'une minime le matelas à ses côtés, pour lui faire signe  de la rejoindre. Léger sourire toujours sur ses lèvres. Une gorgée, les jambes qui se croisent. Elle l'observent, sans vraiment l'observer. C'est qu'Amandine reste Amandine. Si elle le regarde fixement, cela va paraître et sans le vouloir, cela va crée run malaise qui ne devrait pas exister, mais Amandine étant ce qu'elle est, crée des malaises à rien. À vrai dire, la jeune fille se demande réellement ce qu'il fait ici. Ils se sont vus il y à peine quelques heures et les voilà déjà ensemble. Peut-être que cela ne cache rien, peut-être oui, qui sait?

Amandine:"Je me demandais.... On ne s'en parler pas vraiment... Jamais... Comment trouves-tu cela enseigner?"

C'est vrai, lorsqu'ils couraient, rare était les fois où ils se parlaient et Amandine n'était pas du genre à voir Anthony seule  en d'autres circonstances. Elle profitait de ce moment de calme pour lui parler un peu et cela l'intéressait vraiment. Elle prit sa dernière gorgée de café. Sa tasse ira se nicher entre ses deux paumes. Son visage dévia vers lui. Le regardant, entendant sa réponse.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Lun 1 Fév - 22:42

Nah, mais imaginons un peu Amandine et Mel’ s’il avait seulement eu quelques enseignants comme eux aujourd’hui? Ça aurait été particulièrement hilarant! Bref, ce n’est pas le cas. Surtout pour le garçon…déjà il n’avait pas tant d’enseignantes dans son souvenir et elle était toutes vieilles et ridées! Enfin, elles n’étaient pas méchante…du moins pas toute! Mais disons que si on demande aux garçons…il n’avait rien de vraiment intéressant. Bref, revenons aux draps.

Antho’ avait été un adolescent un brin hyperactif. Ce n’est pas pour rien qu’il adorait le quidditch, courir et les sports en général. C’était un gars manuel, il ne pouvait pas rester assis trop longtemps sinon il devenait invivable. Nah, mais Tristan pouvait sans doute en témoigner considérant qu’il avait de la correction à faire. Parce que c’est bien beau les défenses contre les forces du mal…mais apparemment, il fallait évaluer aussi la théorie et tout ça…et qui devait corriger tout ça? Tris- NON! Antho’ devait en faire aussi d’accord? Un peu.

Tout ça pour dire que seulement le fait de ramasser des draps et de bouger un peu, ça lui plaisait. En plus, ça l’aidait Amandine, c’était deux pierres d’un coup, non? Même si au fond, il aurait bien pu s’asseoir seulement avec Boucle d’Or que ça lui aurait suffit. Parce qu’il fallait une exception à la règle concernant son hyperactivité. Il aimait bien discuter avec Amandine. Même si ça impliquait être assis sagement. Revenons à la lessive, il eut un sourire à ses mots et il acquiesça d’un mouvement de la tête.

‘’Surtout quand on est malade! Et t’inquiète, je te ramasse tout ça en moins de deux.’’

Non, Antho’, ce n’était pas une compétition! Mais s’il fallait que l’infirmière lui tombe sur le dos, il aimait mieux être rapide. Donc il imita la jeune femme en faisant des petits tas qu’il finissait par aller porter dans le panier. Rapidement, ils en vinrent à bout et elle alla s’asseoir. Il sourit à son invitation et alla chercher sa tasse de café avant d’aller s’asseoir près d’elle, prenant une bonne gorgée de sa boisson. La réalité était qu’il avait bien une raison de vouloir lui parler. Il voulait lui parler du bal, c’était un peu trop ‘’adolescent’’ peut-être, mais il avait envie de le faire, parce qu’il se souvenait du bal ou il n’avait pas pu l’invité parce qu’elle avait son petit ami. Oui, beaucoup de jeux de mots peuvent se faire avec ce terme et il est volontairement choisi pour cela. Bref, il fallait bien qu’il se lance. Un jour…mais elle devança la conversation en parlant de l’enseignement. Il tourne son regard de forêt sur elle et sourit, un sourire sincère.

‘’Sincèrement? J’aime enseigner ce que je sais. J’aime voir qu’ils apprennent réellement des trucs dans mes cours. Sauf que je suis pas très paperasse… les examens et tout ça, c’est moins mon truc, mais ça va bien quand même.’’

Et il n’allait pas faire ça de sa vie. Il aimait en ce moment, mais il ne se voyait pas enseignant dans 5 ans! Il avait peut-être, comme les autres, seulement eut besoin de revenir à Poudlard, compléter un cycle qu’ils avaient commencé. Il termina son café et déposa la tasse sur la table près d’eux. Il joignit ensuite ses mains en appuyant ses coudes sur ses genoux et tourna son regard vers elle, souriant.

‘’Et toi, tu aimes bien soigner les petits morveux?’’

Dit-il, un peu blagueur

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Marie_Eve_1989 le Mar 2 Fév - 17:51

Il avait toujours une exception à une règle et c'était charmant de savoir que Amandine était l'exception à la règle d'Anthony. C'est vrai qu'il était un peu différent avec Amandine qu'avec les autres, certes, la Blondinette ne se posait pas trop de questions sur cette exception, peut-être qu'elle ne voyait même pas qu'elle en était une, mais c'est tout de même charmant. Et pour ce qui est des correction, Anthony était un gars avec une hyperactivité, Tristan aussi, mais différemment! Cela ne lui dérangeait pas de s'asseoir et de corriger. Personne ne le sait, mais Tristan était le genre d'étudiant très studieux, qui passait souvent ses soirées dans les livres. Attendez une minute? Non, pas du tout! Il avait toujours de bonnes notes, sans se forcer, mais un peu de correction ne le dérangeait pas. Il était capable de s'asseoir un peu plus que son Professeur-Guide. 

Il vint s'asseoir à ses côtés. Il répondit à sa question. Amandine l'écouta attentivement, car elle n'avait pas posé juste pour poser la questions. Non, elle s'intéressait vraiment à ce qu'il vivait. C'était un pas important qu'il avait franchi en devenant enseignant, elle le savait. Ce n'est pas n'importe qui, âgé à peine de 21 ans, qui pouvait se vanter d'être professeur des défenses contre les forces du mal. Dans l'histoire, peut-être seulement le célèbre sorcier Harry Potter aurait pu franchir ce cap. Elle était fière de lui, de Mélina... De ses amis. Elle les trouvait important! Elle eut un léger sourire, un sourire en moue, un peu nostalgique, un peu fière. Elle ne savait pas comment se sentir face à cela. Avec leur charge, c'est comme si ses amis avaient vieilli d'un coup, sans toutefois perdre de leur jeunesse. Non, Boucle-d'Or ne savait pas comment vivre avec leur nouvelle vie. Mais elle en était heureuse pour ses amis, cela, elle en était sûre. Bon, lâche tes pensées un peu Amandine, tu devrais lui répondre. 

"J'aimerais assister à un de tes cours, te voir aller. Je me rappelle de toi, quand on étudiait.... Il y a si longtemps... (Elle eut un petit rire nerveux, car pour elle, cela faisait si longtemps.) Et j'aimais toujours tes interventions, tu avais toujours raison, mais tu finissais toujours par faire le clown... Et avant qu'on soit ami, cela m'énervait... Tu prenais mon attention."

Et elle ria de nouveau, mais d'un rire léger, mais tout aussi franc. Lorsqu'elle lui dit ses quelques mots, elle regardait le vide, vers le bas, comme si elle s'imaginait ce qu'elle venait de lui dire. Ses lèvres restèrent ourlées en un délicat sourire. Puis, son minois se redressa vers lui. Il lui avait posé une question. Ses joues s'empourprèrent un peu, car rare était les fois où elle parlait d'eux avant qu'ils se connaissent, car Amandine avait dans sa jeune adolescence des vues sur le Monsieur Tremblay. Mais bon... cela faisait si longtemps. La Tavernière répondit après un petit silence. 

" Hm, à vrai dire, oui, j'aime cela m'occuper des enfants, mais je n'aime pas les soigner... En fait oui... C'est compliqué. (Elle passa une mains dans ses cheveux, gênée de son charabia mélangé.) J'aime les voir rire de mes blagues, j'aime voir que je leur apporte mon soutien et ma présence, que je réponds à leur besoin, mais pas en tant qu'aide-soignante. Je ne ferai pas cela de ma vie... À vrai dire, je ne sais pas ce que je ferai de ma vie."

Elle avait gardé son sourire, car elle savait pertinemment qu'elle avait raison. Elle ne savait pas comment son avenir se dessinait, ce qu'elle voulait réellement faire, mais être à Poulard était déjà un bon pas vers une direction. Elle détourna son regard vers sa tasse, elle ne voulait pas que cette discussion prenne autant d'ampleur, mais elle était contente de se confier à quelqu'un d'autre qu'è Mélina ou à son frère et sa soeur. Elle enchaîna, car la Demoiselle ne voulait pas qu'il pense que cela était dit de façon péjorative. 

"Qui sait, je serai peut-être mère au foyer!! Non, mais sans blague, je suis heureuse quand même d'être ici avec t... vous!"

C'était moins une, la Belle, un peu plus et tu disais... Toi. Elle garda le sourire et le regarder. Comme pour faire en semblant qui ne s'est absolument rien passé...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Mer 3 Fév - 15:26

Différent mais pas trop quand même. Il ne faisait pas de double jeu, disons juste que ses sentiments envers la Blonde était plus puissant et naturellement son agissement pouvait en témoigner un peu. Un peu hein! Fallait pas lui faire peur à Boucle d’Or et Antho’ le savait. En tout cas, l’important c’est qu’il était sincère et vrai. Oui, c’était vraiment le plus important.

Une carrière dans l’enseignement? Oh non, pas pour Antho’ en tout cas! Il s’imaginait bien mal vieillir au château, il était un gars d’action. Seulement il en avait eu pas mal de l’action dans les deux dernières et faire profiter de son enseignement était la meilleure chose qu’il pouvait faire en ce moment. Oui, une façon de rendre les atrocités passées utiles, ou du moins s’en servir. Oui la paix était là, mais son cœur de guerrier savait que la paix ne durait pas toujours. Fataliste? Peut-être. Bref, peut-être ponctuer sa vie de moment d’enseignement serait une bonne alternative, mais il ne pourrait pas faire ça toujours. Enfin, elle lui parla ensuite d’assister à un de ses cours. Il ouvrit de grands yeux en la regardant, comme surpris. Un sourire trônait toujours sur ses lèvres alors qu’il eut un rire avant de répondre.

‘’Mouais, j’étais vraiment un p’tit monstre, mais j’te jure que je faisais pas exprès! Il eut un nouveau rire avant d’hausser les épaules et rajouter. Tu pourras venir une fois si tu veux, Ça ne me dérange pas. Bon, je vais peut-être être un peu déconcentré, mais je te ferais pas honte. Et je dirais à Tristan de…faire des trucs de stagiaire pour pas que tu tentes de le tuer.’’

Il avait dit cela avec humour, visiblement l’animosité entre les deux ne le dérangeait pas du tout. C’était leur affaire. Tant qu’on ne demandait pas son avis ou de prendre un camp, il pouvait gentiment écouter. En fait, il écoutait bien plus Amandine que Tristan en réalité, mais ça allait aussi! Ça ne le dérangeait pas plus. Étrange quand même cette amitié entre les deux hommes…Enfin, il lui demanda si elle aimait ce qu’elle faisait et il vit bien qu’elle réfléchissait à sa réponse avant de la prononcer. Il sourit quand elle passa une main dans ses cheveux. Cette petite gêne, il trouvait ça adorable. Oui, vraiment parce qu’elle n’avait pas besoin d’être gênée avec lui, sauf que même s’il lui disait, elle allait continuer de l’être. À la place, il se contenta de la regarder et de la trouver mignonne. C’est normal Boucle D’Or de ne pas nécessairement savoir ce que tu veux faire de ta vie à ton âge. Ça arrive et c’est normal, sauf qu’Anthony ne se sentait peut-être pas bien placé pour dire ça. Antho’ n’eut cependant pas le temps de rien dire ou faire qu’elle continua en disant qu’elle pourrait être mère au foyer.

‘’C’est un métier bien honorable mère au foyer!’’

Dit-il de suite en riant en pensant à sa mère et à son armée d’enfants. Bon, elle s’était retrouvée toute seule après la mort de son père, mais c’était une autre histoire hein. Oh et avait-il capté qu’elle avait passé très proche de dire ‘’toi’’? Non, en fait, il était peut-être en train de rêver. De rêver que si elle était mère au foyer, elle serait peut-être la mère de ses…Non, ne rêve pas trop Antho’ Il gardait son regard vers elle, souriant.

‘’Nous aussi on est content que tu sois avec nous, moi le premier.’’

Oh, parce que tu ne pouvais pas retenir ses trois derniers mots hein? Un plan pour qu’elle fonde de gêne la pauvre…Il détourna ensuite les yeux. Comme si c’était une bonne entrée en matière à ce qu’il voulait lui demander. Il regarda un peu ses mains avant de se lancer.

‘’En fait, Ama’ je voulais savoir…enfin… Je voulais te demander un truc.’’

Un truc. Ce Truc. Antho, tu n’as plus 15 ans quand même!

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 4 Fév - 9:33

"Tu ne faisais pas exprès? Ho non.... C'est vrai, que ce n'est pas ton genre de faire exprès...."

Elle eut un nouveau rire. C'est qu'il était drôle ce matin, le Anthony. Elle le regarda un moment, puis il lui dit qu'elle pouvait venir assister à un de ses cours. Qu'il serait un peu déconcentré? Déconcentré pour quelle raison, Belles Fesses? Amandine va se faire très sage. Elle n'est pas du tout le genre à lever la main, même si elle n'est pas élève, à faire une intervention, partir un débat, dire son opinion. Non, ce n'est absolument pas son genre. En fait si. Il devait le savoir, car Amandine était comme cela. Adolescente, elle n'arrêtait pas de lever la main, de dire son opinion, de dire les bonnes réponses. Son côté comédienne, qui devait parler, qui n'aimait pas les silences. Et quand il avait des débats, mon dieu qu'elle aimait cela gagner son point. Elle se souvient d'un certain Ethan Graham, de la maison Serdaigle, en 7ième année, dans le cours optionnel: Études des moldus. Ils avaient débattu pendant 15 minutes. Le Professeur s'en était mêlé, car cela aurait mal terminé. Bref, tout cela pour dire, qu'elle aimerait vraiment assister à un de ses cours. En se demandant, bien sûr, si cela ne partirait pas de rumeurs auprès des étudiants. Sans doute, les étudiants partaient des rumeurs sur rien et avec un personnel plus jeune, les rumeurs étaient faciles è faire. L'amour par procuration. 

Puis, il lui dit qu'il s'arrangerait avec Tristan. Qu'il lui trouverait des choses de stagiaire à accomplir. Ce qu'il est attentionné envers elle. Elle sourit. Elle ne rajouterai rien là-dessus. Elle ne voulait pas le remercier. Elle ne voulait pas se justifier de ne pas l'aimer. À vrai dire, Boucle-d'Or faisait en sorte que tout le monde sache qu'elle ne l'aime pas, mais jamais elle disait pour quelles raisons. L'aide-Infirmière avait ses raisons et elle ne voulait pas en faire part. À personne. Étrange? Peut-être! Un jour, peut-être qu'elle en parlerait, mais pour l'instant son coeur était trop chargé de le détester. En parlant des rumeurs sur le personnel de Pouldard. Un jour, Amandine surpris un groupe de jeunes filles discutées entre elles. Elles disaient que Madame Roy et Monsieur Ryans feraient un magnifique couple. Elle avait été vomir dans les toilettes. Puis, elle parla de son avenir, qu'elle ne savait pas trop comment il se dessinait. Elle lança comme cela, qu'elle pourrait être mère au foyer. 

"Je le sais... Je ne disais pas cela pour dénigrer les mères au foyer. Si j'ai de la chance, je pourrais l'être."

Lorsqu'elle parla de chance, elle voulait parler de l'Homme qui ferait peut-être partie de sa vie un jour. Tu sais, l'Homme? Celui qui te mène jusqu'à l'Église, qu'il te fait des enfants. Enfin, le Bon! Ho! Et Anthony qui rêva... Qu'elle, elle était peut-être la Bonne. Romantique, ce Guerrier. Très romantique. Puis, il lui dit que lui et ses amis étaient contents qu'elle soit là. Surtout lui! Elle eut un léger sourire, timide. Le regardant toujours. Elle ne répondit rien à cela, car elle était trop gêné peut-être. Qu'elle ne voulait pas s'aventurer sur ce chemin, même si elle valait failli dire "toi" au lieu de "vous". Puis le regard du Professeur la quitta, pour aller sur ses propres mains. L'ambiance changea un peu. Elle arqua un sourcil. Était-il mal-à-l'aise? Que se passait-il? Puis, il lui demanda s'il pouvait lui demander un truc? Quel truc? Les mains de la demoiselle vint tout d'un coup très moite. Une chance qu'elle tenait toujours sa tasse, cela paraissait moins et cela l'empêchait de se ronger les ongles et de montrer son niveau de stress. La Blondinette tourna elle aussi son regard, vers sa tasse justement. Non, mais Anthony, c'est toi le Direct d'habitude. C'est toi qui ne passe pas par mille chemins pour dire ce que tu veux. Que se passe-t-il se répéta sans cesse la Demoiselle. Ho mon dieu, il a une copine. Il lui demande si cela la dérange? Ho mon dieu, il va lui demander s'il se passe quelque chose entre Elle et James, dû au retour de Pré-au-Lard de l'autre soir. C'est quoi ce truc???? Sa respiration augmenta d'un crin. Léger, un peu plus saccadé. Elle voulait paraître détendue, mais cela accentua son stress. Sa voix se dénoua.

"Oui, vas-y .................... Tu peux me demander?"

Au moins, tu n'as pas crier, c'est déjà ça! Au contraire, Amandine chuchota, en regardant le sol, ses pensées se mêlèrent. Que pouvait bien être ce truc?

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Jeu 4 Fév - 17:00

Il eut un rire à ses paroles. Elle le connaissait trop bien franchement! Tout comme lui la connaissait si bien. En fait, si elle assistait à un de ses cours, il ferait naturellement appel à elle et son envie irrésistible de vouloir donner son opinion. Ça allait être bien drôle, surtout les élèves suivaient le débat ou la discussion. Et lui il allait regarder en souriant. Des rumeurs? Pitié, il en avait déjà des rumeurs, des ‘’matchages’’ de couples impossibles. Il en avait de l’imagination ces petites bêtes là quand même! Antho’ faisait semblant parfois de ne pas entendre ce qui se disait. Au moins personne ne l’avait vu en couple avec la vieille McCarthy, c’était déjà ça!

Mais non Amandine! Le vomit ça va sur Tristan, ça doit si bien s’agencer avec son teint. Vraiment, attention Tristan, l’ouragan Anthony allait partir sur ton cas. Même la ville de Londres allait le savoir! Bon on exagère pas, Antho’ n’est pas si grande gueule…Oh, un instant, on me fait savoir que oui, il peut être vachement grande gueule pour des situations pareilles. Il voulait voir des sourires retenues d’élèves qui entrent en classe en voyant Tristan, des murmures du genre ‘’Tu sais pas ce qui est arrivée dans le cours de défense…’’ Oh oui, ça allait être un délice.

Ensuite on parla des mères au foyer. Il sourit avec un petit air amusé, il savait qu’elle n’avait pas dit ça méchamment.

‘’Tu serais vraiment une bonne maman au foyer je crois!’’

Heu…la ferme Antho? Pourquoi il continue dans cette voix? Parce que ça lui fait plaisir de le penser il s’imaginait bien Amandine bien s’occuper de gamins et tout ça. Bon, en dehors de ses rêves, Amandine en tant que personne serait très douée pour ça, voilà. C’était un compliment bon! Aller, c’était seulement ça qu’il fallait retenir. Il préféra lui dire que là, en ce moment, il était content qu’elle soit avec eux, avec lui. Il ne peut pas s’en empêcher Amandine, tu sais, Antho’ il ne réfléchit pas toujours avant de parler, mais ça reste mignon au moins. En parlant de mignon…il avait une demande. Une vraie, il était réellement sérieux le Guerrier. Il ne la regardait pas, parce qu’il ne voulait pas lui faire peur, déjà qu’il savait qu’il venait d’éveiller 10000 questionnements et comme il attendait son accord, elle pouvait bien s’imaginer n’importe quoi dans sa tête. Pauvre Boucle d’Or. Il la voyait un peu du coin de l’œil elle ne le regardait plus. Bon sang tu as le sens du dramatisme en tout cas Antho! Puis elle lui donna l’autorisation. Il se gratta la nuque et un petit rire fusa de ses lèvres avant qu’il ne se lance.

‘’En fait, c’est tout bête. En fait, non, ce ne l’est pas, disons juste que c’est pas vraiment le but du truc, c’est pas pour nous, mais j’ai envie de le faire, ça fait….enfin, j’avais envie voilà.’’

Oui, bien sûr. C’est TRÈS clair! Puis réalisant qu’il disait rien avec beaucoup de mots, il tourna son regard vers elle et sans lui donner le temps de dire quoi que se soit d’autres après son charabia, il se lança. Mais pour de vrai cette fois.

‘’Le bal d’automne. J’aimerais t’inviter. Enfin...que je t’accompagne si tu veux bien.’’

Ça se demandait comment ça de toute façon, hein? Il garda son regard sur elle, parce que là, il voulait voir sa réaction. En espérant que la combustion instantanée ne soit qu’une rumeur quand même. Et puis, c’était peut-être une première demande officielle de date d’une certaine façon, non? Nah. C’était juste…Eukay, peut-être un peu.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 4 Fév - 19:47

C'est bien cela le problème, il était drôlement sérieux tout d'un coup, le Professeur! Elle n'était peut-être pas habitué à ce côté de lui. C'était peut-être pour cela que la réaction de Boucle-d'Or était aussi intense. À vrai dire, non! Elle était toujours aussi intense. Comédienne dans l'âme, ses émotions étaient toujours décuplées. Si elle pleurait c'était toujours deux fois pire que la situation. Si elle était heureuse, c'était toujours beaucoup plus intense que l'évènement en soi. Elle était beaucoup empatique, ce qui faisait qu'elle ressentait des émotions qu'elle ne devait même pas ressentir. Comme pour l'histoire de Mélina et Tristan. Elle le détestait pour elle-même et pour Mélina qui en était incapable. Généreuse la Demoiselle, ou très loyale à ses amis. Donc, tout cela pour dire qu'elle réagissait très intense à la demande de truc d'Anthony. 

Il ne voulait pas lui faire peur. Pauvre Chou! C'était manqué. Cela n'en prenait pas beaucoup pour la Tavernière. Elle avait peur à rien, se remettait sans cesse en questions. Ce n'est pas pour rien qu'elle était autant amie avec Mélina, elles aussi se ressemblaient beaucoup sur plusieurs points. Elle voulait que tout le monde l'aime. Elle voulait que tout le monde la trouve Belle. Peut-être un manque évident de confiance en soi, mais elle était ainsi. Donc, lorsqu'il lui demanda s'il pouvait lui demander un truc, les questions fusèrent de tous les côtés. Partant de: "Veux-tu m'épouser?" à "Je crois que j'aime Tristan, est-ce que ça te dérangerait de lui faire le message?" Et ce n'est à peine exagéré ici, elle se posait réellement 10 000 questions. Il lui semble que le moment où il lui pose la question, le moment qu'elle lui donne son accord et le moment qu'il reparle enfin dure des million d'années. Non, elle ne le regardait plus. Pas pour le moment elle était dans sa tête. Jusqu'à l'instant où il commença son charabia. L'Aide-Infirmèere l'observa du coin de l'oeil. 

C'est qu'il n'aidait pas sa cause. Elle re-dévia le regard, plongeant ses billes d'automne dans le fond de sa tasse. Elle l'écouta, attentivement. Heu! Ce n'est pas très clair tout ça. C'est censé être bête ou pas? "Ce n'est pas pour nous?" Qu'est-ce que cela voulait dire? Oui, elle analysait beaucoup trop les phrases des autres, souvent cela causait son insomnie aussi. Mais il a envie de le faire? Les questions continuaient sans cesse, à venir de tout bord, tout côté. Non, ce n'était effectivement pas clair, son affaire. Toujours le regard dans la tasse, elle prit une inspiration pour essayer de répondre, mais trop tard, il continua à parler. Puis, il lui posa LA question. OH MON DIEU! Elle se sentait revenir en arrière, quand elle était adolescente. Sa tête se redressa, c'était plus fort qu'elle, elle devait le regarder. Son minois se retourna subitement, plongeant ses perles aux couleurs mélangées dans celles du Guerrier. Un regard qui demandait:"Tu es sérieux?" Puis, il put voir au fond de son regard, le questionnement qui continuait son service. Sa respiration saccadée arrêta. Même c'était à se demander si Amandine respirait encore. Elle ne devait pas réaliser qu'elle le fixait, car sans doute elle prendrait ses jambes en courant. Oui, son regard était intense. Yeux dans les yeux. 

"Tu veux m'accompagner au bal?"

Il fallait qu'elle lui chuchote la question, comme pour voir si elle avait bien entendu. Oui, cette demande faisait très adolescent, mais on dirait que c'est ce qu'il leur fallait, passer par là, pour peut-être un jour arriver à quelque chose? Car ils n'avaient jamais passé par là avec tous leurs non-dits. Certes, elle ne pensait pas au mot "date", car cela sonnait trop officiel et cela lui ferait sans doute plus peur qu'autre chose. Elle se leva, continuant toujours de serrer sa tasse. C'était comme sa bouée de sauvetage. Certes, elle ne décrocha pas son regard du sien. Ho que non! Elle voulait savoir si c'était bien réel et pour elle, le regarder dans ses perles vertes, lui donnait a réponse. Donc, debout, face à lui, elle n'attendit pas qu'il réponde à sa question, car elle savait déjà la réponse.

" Je peux bien .... Enfin... Accepter que tu m'accompagnes..."

Elle chuchota toujours. Non, si elle élève le son de sa voix, elle va crier. Puis, elle ne dit plus rien. La Blondinette voulait voir ce qu'il allait dire, ce qu'il allait faire. Elle trouvait qu'elle en avait déjà fait beaucoup. Pour elle, c'était un exploit. Oui, un très grand exploit.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Jeu 4 Fév - 21:33

Rassure toi Amandine, il n’est jamais sérieux bien longtemps parce que même lui, il aime pas trop être trop sérieux. Oui, c’est très français comme phrase. Au moins il savait être un brin sérieux quand la situation le demandait. Il allait pas dire entre deux blagues de blondes si elle voulait aller au bal avec lui franchement! Malgré que ça serait vraiment drôle à voir…non? Non. Bon d’accord.

Antho’ n’avait jamais eu de problèmes avec les filles. Enfin, pas de problème pas dans le genre de Tristan, mais plutôt dans le genre qu’il n’était pas un timide normalement avec les filles. Si on calcule les petites années avant qu’ils soient un ami proche d’Amandine et Mel, il avait eu des petites copines…du genre maximum une semaine et ça se termine en ‘’nah, mais en fait, je pense pas être prêt pour une copine.’’ Quoi? Imaginez un peu le Antho de 11-12 ans! Il avait pas besoin de copine, il devait avoir dit oui parfois pour être gentil. Reste qu’il n’avait pas eu la réputation de Tristan, parce qu’en vieillissant, ça devenait plus sérieux et ça l’intéressait moins de dire oui pour être gentil. Mais là, il était un homme fait et demander quelques choses comme ça à une fille, ça devenait vraiment plus important, plus sérieux donc plus gênant. Mais ça ne le dérangeait pas, c’était même étrangement agréable de se sentir comme ça quand même.

Pour commencer, il n’avait pas été très éloquent parce qu’il avait envie de justifier sa demande et comment, au fond, c’était pas la groooooosse histoire. Oui, Antho’ se l’était! Enfin, une petite grosse histoire. Ensuite il enligna des mots correctement, comme un bon garçon. Il croisa son regard un instant. Il voyait quoi? De la panique? De la peur? Il ne savait pas trop, parce que lui aussi était quand même un peu nerveux quoi. Ne meurt pas pitié, Antho’ ne pourrait pas vivre avec ta mort sur la conscience! Puis elle prononce des mots, en fait, elle reconstruit correctement la question du Guerrier alors il acquiesce lentement.

Du genre qu’il était content qu’elle ait compris malgré tout! Il continuait de la regarder, doucement, sans se faire impatient. Il avala sa salive, il avait plus peur de sa répondre qu’autre chose. Peut-être que quelqu’un lui avait déjà demandé! Peut-être que James avait gagné son cœur! Ce…non, du calme. Elle a rien dit encore n’imagine rien, c’est mieux pour la santé mentale. Elle se leva. Ah bon sang, c’était pas bon signe hein? Elle se préparait clairement à fuir, oui, c’était évident! Mais il restait assis, la suivant juste des yeux, gentiment hein. Il voulait voir sa réaction même si ça lui faisait peur. Elle le regardait, c’était rassurant au fond. Comment pouvait-il vivre autant d’incertitude et tenter de se convaincre que ça allait bien en même temps? C’était Anthony quoi. Ensuite elle prononça son verdict…heu sa réponse! Et là, elle put voir l’éclat dans son regard, de la joie pure et simple. Il se leva alors, sans s’approcher d’elle, juste qu’il ne pouvait pas tenir assis. Il avait un sourire si beau, si radieux!

‘’Oh, vraiment? Ah c’est super! Je suis vraiment content que tu acceptes. Ah ouais, on le savait pas! Si tu veux, tu me diras la couleur de ta robe, question que je trouve un machin pour agencé, je sais que les filles, vous trouvez ça important…pas que je trouve pas ça important hein!’’

Il était adorable, tout simplement adorable. L’Anthony de 17 ans.

‘’Bon, je commence à dire des conneries. Il eut un petit rire en se grattant la nuque. En tout cas, ça me fait plaisir…’’

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 4 Fév - 22:04

Ils sont vraiment revenus en adolescence. Peut-être que cela leur prenait ça, effectivement. Certes, il n'avait jamais eu de problèmes avec les filles dans le passé jusqu'au jour où le problème s'appelle Amandine! On peut dire que leur rencontre n'avait rien eu de facile. Elle avait tellement eu un oeil pour le jeune homme durant leur jeune âge et le jour, enfin c'est ce qu'elle pensait, où lui la remarqua, elle se fit un petit ami. Et par drôle d'habitude, elle croyait que ces petits va-et-viens étaient de l'histoire ancienne. Jusqu'à ce moment. Jusqu'à cette question. En fait, elle ne savait même pas quoi penser de cette question. Était-ce important, le son de son coeur qui cogne dans sa poitrine laissait croire que ce l'était. Mais qu'est-ce que cela voulait-il dire? Il voulait la dater? À ce moment, après toutes ces années? Tu t'attendais à quoi, jeune Fille? Bref, tant de questions qu'elle se posera sans doute jusqu'au dit bal. Car non, cette fois-ci elle n'e  parlera pas à personne, ni même à Anthony, qu'elle risque de croiser à tous les matins à la course et dans le Chateau. Ni même à Mélina, sa confidente, car si elle en parle, cela fait trop réel, fait trop sérieux et elle risque de ne plus y aller. Ce qui serait dommage. Non, Boucle-d'Or va garder cette question, cette rencontre à l'infirmerie, avec lui, pour elle. Jusqu'au bal. Après cela, elle vivra avec les conséquences et les questions. 

Anthony Tremblay, nerveux? Cela se pouvait. Et bien, il avait combattu pendant ces deux ans de guerre et une toute petite question pour la Demoiselle et il devint nerveux. C'est quand même une drôle de situation tout ça. Il avait peur de sa réponse. Certes, avec raison. Amandine était des fois instable. Elle aurait pu répondre non, par peur. Elle aurait pu répondre qu'elle réfléchirait à la question. Oui, bien des scénarios auraient pu arriver. Et c'était au tour du Guerrier de s'imaginer des choses. Sans qu'elle n'ait répondu. Puis, sa réponse arriva enfin, de façon positive. Jamais, Amandine aurait pu croire qu'Anthony aurait vécu autant d'incertitude qu'en posant cette question. Amandine étant ce qu'elle ait, se remettant toujours en question, elle n'aurait jamais pu croire qu'Elle, elle aurait pu le mettre dans ce genre de situation. Puis, puisqu'elle le fixa, dans le blanc des yeux. Elle vit sa réaction. Son éclat dans le regard. Son coeur fit un bond dans sa poitrine. Il manqua un coup. Voyons, pourquoi s'Existait-il tout d'un coup, celui-là? Puis, le Belles Fesses se leva d'un bond, gardant un espace entre les deux. Avec son sourire. Elle continua à le fixer. Son minois restant impassible. 

Puis, il parla. Sa voix résonna dans la tête de l'Aide-Infirmière, comme si cela faisait des années qu'il n'avait pas parlé. Cela venait de loin. Puis, il parla de la couleur de sa robe. Qu'elle n'avait pas encore. De trouver quelque chose qui s'agence avec. Oh mon Dieu, cela faisait tellement officiel. Que les filles aimaient cela? Ah oui? Pour vrai? Cela devait faire au moins depuis la septième année qu'elle n'avait pas eu de bal, elle ne s'en souvenait plus. Certes, elle avait eu des rendez-vous ici et là, surtout depuis qu'elle travaillait dans les bars, mais rien de concret, pas comme un bal. Important, pas qu'il ne trouve pas cela important? Ouf! Oui, cela faisait bien officiel, tout d'un coup. Et c'est à ce moment qu'elle se dit qu'elle n'avait jamais vu Anthony amoureux, jamais avec une copine. Qu'elle ne savait pas comment il agissait avec les filles pour charmer... Tomber amoureux. Non, hélas, elle ne pensa pas au fait qu'elle en était peut-être la cause. Bon, il faudrait peut-être que tu répondes. Car là, tu ne fais que le regarder et tenir fermement ta tasse. 

"Je....Hmhm (Elle se racla la gorge.) suis contente aussi... Je .... Je te reparlerai pour la robe.... D'accord? Voudrais-tu qu'on se rejoigne vers 20h00... devant l'entrée....Et on se rendra là-bas... Ensuite..."

Elle chuchota encore. Le regardant toujours, cliyant quelques fois des yeux quand même. Oui cela faisait très officiel. En employant le terme "on", elle parla encore moins fort, car elle avait peur de franchir et de crier. De plus, elle savait qu'elle allait le recroiser, mais elle voulait tout régler, immédiatement, de peur de réfléchir et de tout annuler.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Vanoute le Sam 6 Fév - 17:25

Bah oui, vraiment deux adolescents. Si quelqu’un pouvait les voir…! Mais non, en dehors peut-être de McCarthy qui pouvaient peut-être les entendre…mais sûrement pas, elle serait peut-être intervenu pour sauver la pauvre et pure Boucle d’Or. Comme si Antho était le diable en personne! Bon, on exagère un peu… En même temps, peut-être que leur relation n’avait pas dépassée le stade d’adolescence…après tout, la guerre avait coupé court à beaucoup de chose! Ils recommençaient donc doucement. Antho’ en était beaucoup conscient. Il ne voulait pas être brusque, ni qu’elle se sente obligée de quoi que ce soit. Sauf qu’il devait faire un petit pas en avant de temps en temps…comme l’inviter au bal. On s’entend, c’était un pas tout gentil hein. Il n’avait dit à personne qu’il pensait à l’inviter. Il aurait pu en parler indirectement à Tristan, mais le beau blond savait bien que si Antho’ parlait d’inviter une fille, ça allait clairement être Amandine. Et Mel… bah, elle lui aurait crié sa joie qu’il fasse ce move-là! Alors non, il avait gardé son idée pour lui-même et l’avait fait tout seul comme un grand.

Mais là, ça été posée. La question avait été dite et une réponse avait été mise. Ça faisait vachement officiel hein? Mais pour Antho’ ce l’était. C’était officiel qu’il avait demandé et maintenant officiel qu’elle allait l’accompagner. Ah bon sang. C’était vrai! Là, il était très très très content. Comme un gamin quoi! Mais il ne le montrait pas, sinon elle allait fuir. Tu n’es pas un fou furieux quand même Antho! C’était important qu’elle le sache –elle le savait déjà, mais pas grave-. Il s’était levé sans la quitter des yeux en disant des phrases sans sens réel et disant des trucs qu’il aurait mieux fait de ne pas dire. Encore une fois, rien de bien méchant quand même. Surtout qu’à la regarder, il avait réellement peur qu’elle s’enfuit. Ou qu’elle lui lance sa tasse…elle la tenait comme si sa vie en dépendant.

D’un coup, il se calma un peu, parce qu’au moins un des deux devait se devait d’être calme. Lui se devait d’être calme pour qu’Amandine puisse peut-être reprendre une respiration stable. Il en voulait surtout pas la…comment dire…la troubler? La déranger? Ou qu’elle soit mal à l’aise…BREF, il ne voulait pas lui faire ressentir une émotion négative, c’est mieux?

Elle réussit quand même à dire quelques mots pour lui répondre, c’était gentil Amandine. Même qu’elle précisa un peu la soirée. Il hocha alors la tête en plongeant ses mains dans les poches de ses jeans, ça allait l’empêcher de gesticuler comme un idiot. Parce que même s’il se montrait plus calme, son cœur battait bien vite et sa tête criait sa joie. Il acquiesça alors d’un mouvement de la tête en gardant son magnifique sourire sur ses lèvres.

‘’Oui, c’est parfait pour et promis, je ne serais pas en retard.’’

Parce qu’Antho’ était souvent en retard, mais là, il allait arriver à l’heure. On ne peut pas arriver à des miracles non plus. Elle murmurait la pauvre, il se sentait presque mal, il espérait qu’elle n’ait pas dit oui pour lui faire plaisir…non… il aurait été bien plus probable qu’elle lui crie un non à la tête. Comme la situation était un peu…lourde, il décida de régler tout ça en reprenant un sujet bien plus ordinaire.

‘’Bon…le cours va bientôt finir et je ne veux pas continuer de te déranger avant que McCarthy vienne me sortir à coup de pieds dans les fesses. Alors…on se croise peut-être au souper, bonne fin de journée!’’

Et il pivota doucement pour se diriger vers la sortie de l’infirmerie, laisser le temps à Amandine de décompresser un peu…et lui aussi quand même, même s’il était simplement beaucoup trop heureux pour sa vie!

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Petit tour à l'infirmerie {Amandine et Anthony}

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum