{Le Bal d'automne}

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

{Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Jeu 28 Jan - 21:52

Tout était parfait. Tout était si beau, si festif…Poudlard allait en avoir besoin, quoi de mieux pour célébrer la paix nouvelle qu’un bal? Les enseignants et membres du personnel disponible s’étaient donné beaucoup de mal pour rendre l’endroit extraordinaire.

Déjà, l’emplacement était magnifique, en bordure du grand lac noir. Le lac faisait déjà miroiter la lune en croissant ainsi que les étoiles en plus des petites lumières magiques qui frôlaient doucement sa surface. Parfois les lumières se joignaient et se séparaient pour former des feuilles brillantes ou des fleurs étincelantes, mais c’était délicat, comme un ballet qu’il fallait observer pour en apprécier la beauté. C’était féérique comme ambiance. Tout laissait place à la beauté de l’automne, même le chapiteau ne camouflait en rien la nature environnante. Il était formé de voiles délicats, presque transparents avec de nombreuses ouvertures pour pouvoir circuler librement et avoir un aperçu du lac d’un côté et du château de l’autre. Chaque entré possédait une arche couverte de feuilles aux couleurs d’automne. Dès qu’on pénétrait à l’intérieur, on sentait une douce chaleur, question d’être plus à l’aise. Des bougies de différentes grosseurs flottaient ici et là pour éclairer suffisamment l’intérieur du chapiteau. Il avait une grande scène ou allait se trouver l’orchestre naturellement et il avait aussi un lutrin et un micro, peut-être pour des discours, qui sait. Un très grande piste de danse et quelques tables dans le fond avec des hors d’œuvre et boisson pour ceux qui ne sont pas friands de danse ou ceux qui veulent seulement prendre une petite pause. Tout était pensé.

Bien sûr, Mélina s’était proposée pour aider à la préparation de l’évènement, tout pour occuper son esprit finalement. Plus souvent ses derniers temps, Blanche-Neige occupait son temps libre, elle n’en voulait peut-être pas. Et elle cherchait aussi la compagnie de ses amis. Parce qu’elle pouvait penser à autre chose, parce qu’elle aimait le bonheur contagieux qu’ils lui procuraient. Ainsi, c’est avec enthousiasme qu’elle avait proposé son aide, elle avait même pris son repas du soir avec les autres qui aidaient avant de gagner le château afin de se préparer pour la soirée.

Elle fit cela rapidement. Sa robe était déjà sur un cintre et attendait d’être portée. Mais avant tout elle maquilla son visage, coiffa ses cheveux. Elle opta pour un maquillage bien simple, rehaussant son regard clair de mascara et de fard à paupière de la même couleur elle aimait l’effet que les couleurs foncés avait sur ses yeux, ça les rendait plus clairs, plus visibles. Ajouta de la couleur à ses joues puis elle définit ses lèvres d’un rouge à lèvre presque couleur peau. Rien de bien extrême pour la professeure de potions, elle voulait faire dans le naturel. Melina avait la même idée quand elle se coiffa, elle ne fit que faire onduler le bas de ses cheveux. Puis ça allait avec le style de sa [robe] aux couleurs de l’automne. Les manches laissaient voir ses épaules et bien que décolleté, elle ne faisait pas vulgaire, l’effet était ressemblant à l’arrière de sa robe ou l’on voyait son dos. Plus ajusté à la taille, elle devenait un peu plus ample pour laisser une traine au sol, courte, pour le style finalement. Un ruban de satin venait cintrer sa taille avec une boucle d’un mauve-rougeâtre qui s’agençaient bien au bourgogne de la robe. Une fois prête. Elle se regarda de bonnes minutes dans le miroir avant de finalement sortir de ses appartements pour gagner d’un bon pas l’extérieur du château pour se rendre au chapiteau avant les élèves naturellement. Elle gardait un regard fixé sur le sol durant son chemin, essayant de se concentrer sur la soirée qui allait venir et comment elle devait en profiter…oui, elle devait en profiter. De toute façon, Amandine allait l’aider pour ça, c’était certain, elle était toujours là pour elle.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 1 Fév - 16:27

Haaaaa le bal! Les étudiants en avaient parlé toute la semaine. Ce n'était pas l'évènement à manquer ce soir-là. Les étudiants avaient été par dizaine, voir l'Infirmière pour être sûr qu'elle guérisse les petits bobos avant ce grand soir attendu. Les étudiants, comme le personnel de l'école, pouvaient se mettre beau et tout propre pour cette occasion. C'était le moment parfait de mettre un X sur les terribles évènements qui venaient de se passer. L'école comme tout le reste des personnes présentent ressentait enfin une quiétude face à l'avenir. Même le décor s'était mis beau pour l'occasion. C'est qu'on voulait tout mettre derrière soi. Humain comme objet. 

Molina avait donné son nom pour fournir de l'aide pour organiser la soirée. Peter également s'était proposé. Cela n'avait rien à voir avec le Professeur des potions. Au contraire, PA étant d'une nature aidante, il se devait d'être présent pour aider le personnel à créer cette magnifique soirée. C'était fait avec la plus grande gentillesse. Même à la première rencontre, il s'était avéré surpris lorsqu'il avait croisé Mélina, elle qui s'était tout de suite excusée de la soirée à Pré-au-Lard. Il lui avait répondu qu'elle ne devait pas s'excuser, qu'il avait aimé sa soirée et que cette dernière n'avait rien changé sur ce qu'il pensait d'elle. Le Professeur de balais ne se voulait pas harcelant, donc, il faisait ses choses, laissait la Demoiselle faire les siennes, mais il lui jasait de temps en temps. Peter avait également participé au souper avant le Bal. Il s'était assis pas trop loin de Blanche-Neige, mais pas trop prêt non plus, se promettant de lui parler plus durant le Bal. 

 Donc, il quitta le groupe pour aller se préparer également. C'était un jeune Homme fière de sa personne. Donc, il prit de nouveau une douche, coiffa ses cheveux avec un peu de gelé, puis enfila son habit. Dans les teintes de gris, un pantalon propre, une chemise blanche et un veston de la même couleur que son pantalon. Une cravate lignée en diagonale, dans le blanc et le gris, vint décorer son cou. Il était classe sans toutefois l'être trop. Il avait boutonné son veston, de manière que cela fasse plus chic. Bref, une fois que son veston fut boutonner, il garda ses main sur ses boutons et jeta un regard dans la glace, devant lui . Il sourit au résultat. Son père était un génie en bourse dans le monde moldu, il était habitué à ce genre d'évènement. Par contre, depuis son entrée dans le monde magique, il se voulait plus naturel et il ne voulait pas que ce côté paternel paraisse dans cet univers. 

Donc, il se dirigea vers le grand Lac Noir. Il sourit voyant le résultat que donnait le Chapiteau et le Lac. C'était magnifique, avec l'effet de la Lune sur ce dernier. À ce moment même, il vit Mélina se diriger vers le même endroit que lui. Son sourire s'agrandit. Il marcha un peu plus vite pour la rattraper. Il l'observa un moment, délicatement. C'est qu'elle était magnifique, ce soir. Comme tous les autres soirs. Il arriva enfin à sa hauteur, posant un main sur son épaule. Doucement, pour ne pas lui faire peur.

PA:"Je ne sais pas si tu es comme moi, mais j'ai très hâte à ce soir..."

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Mar 2 Fév - 16:26

Même Melina n’avait pas donné de devoirs pour ce week end! Laissant autant le temps pour le bal aux élèves…et aussi pour s’en remettre physiquement. Non, mais c’était des humains pas des machines quand même et ce bal avait une signification trop importante pour les embêter avec les potions durant leurs pas de danse.

Sinon, pour l’organisation de la soirée, Melina ne fut pas terriblement surprise de voir PA pour donner de l’aide, il semblait être un garçon comme ça, gentil et aidant. Et Mel’ étant d’une nature sociable même quand ça n’allait pas allait, peut-être même surtout quand ça n’allait pas apprécia les rencontres d’organisation et tout le reste. PA dut être content de constater que l’enseignante allait aussi vers lui pour discuter en même temps qu’avancer le petit travail.

Elle eut quand même un petit relâchement émotionnel en se préparant, vivement le retour à la foule. De loin, le chapiteau semblait encore plus magique, cela la fit doucement sourire, ça allait être une belle soirée, oui, elle ne cessait de se le répéter. D’ailleurs, c’était peut-être parce qu’elle était perdue dans ses réflexions qu’elle n’entendit pas du tout PA approcher, elle sursauta légèrement en sentant la main sur son épaule nu, elle pivota de suite son visage vers l’individu et un sourire vint de suite sur ses lèvres quand elle réalisa que c’était PA. Il avait hâte à ce soir? Oui, elle aussi, bien sûr…

‘’Oui, très hâte. L’ambiance risque d’être magique, tu ne penses pas?’'

Dit-elle doucement, en le pensant bien sûr. Elle avait hâte, mais c’était vrai que l’ambiance allait être agréable, d’ailleurs, elle avait hâte de voir quel effet l’ambiance allait avoir sur le gens. Bref, restons positive, Mel’. Elle l’observa, il était très beau ce soir le professeur de balais. Son sourire s’agrandit légèrement.

‘’Tu es très élégant, PA.’’

Parce que ça lui faisait plaisir de lui dire et c’était sincère. Il n’avait pas de gêne de le dire de cette façon après tout. Elle lui sourit, d’ailleurs, PA pu peut-être noter qu’elle sentait un peu la lavande. Pas du parfum, disons plus le savon à la lavande. Vive les bains de Poudlard quand même, elle n’avait pas pris de douche, mais elle avait quand même pris le temps de mariner un peu dans un bain avec de la mousse à la lavande avant la soirée, ça relaxait la lavande et Dieu savait qu’elle en avait besoin ce soir!

Elle retourna ensuite son regard vers le chapiteau, un frisson parcourant ses bras, elle n’avait pas mis de veste ou autre, sachant pertinemment qu’il allait faire plus chaud là-bas et elle ne voulait pas se donner la peine de traîner un châle qu’elle oublierait probablement!

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Mar 2 Fév - 18:17

On voit un peu d'hésitation dans ce qu'elle pense de la soirée future. Un mélange de : Je veux m'amuser ou bien je vais pleurer toutes les larmes de mon corps. On se demande réellement ce qui pourrait causer autant de doutes et de tristesse. Étrange, aucun nom ne vient. Tristan? Hm! Peut-être. Disons que leur dernière rencontre avait lâché un léger froid entre Blanche-Neige et le Prince. Mais ça, Peter l'ignorait totalement. Il ne savait pas ce qu'il se passait entre les deux êtres. Il se doutait que Tristan ne l'aimait pas, depuis qu'il s'était approché de Mélina, mais il n'en savait pas plus. Donc, c'est pour cela, que pour lui, Mélina n'avait rien de changé dans les derniers jours. Pas depuis Pré-au-Lard. Elle ne laissait vraiment rien paraître en public. Et pourtant, s'il savait ce que Tristan lui avait dit... Oui, s'il savait. 

"Oui, magique est le mot... En tout cas, le résultat est fantastique..."

Il dit cela, retirant sa main de sur son épaule, pointant le chapiteau. Oui, cela créait un magnifique paysage. Le résultat était à couper le souffle. Il créait un lieu romantique. Surement que bien des histoires d'amour allait commencer ce soir, entre les étudiant. Le lieu était propice à cela. Qui dit bal, dit amour. Certes, pas de la même façon que deux adultes, mais à l'adolescence, ces amours étaient tout aussi important. Oui, il faudra garder garder un oeil sur les élèves, ce soir, mais pas trop. Juste ce qu'il faut. Peter était le genre de Professeur cool, qui en donnait beaucoup, jusqu'à temps que la confiance se brise, là, il n'avait pas de possibilité de retour en arrière. Puis, elle le complimenta. Il posa un regard sur lui-même, sur ses habits. Son sourire s'grandira. 

"Et bien, merci. Je te retourne le compliment. Tu es resplendissante, Mélina!"

Lui aussi, cela lui faisait plaisir de lui dire cela et il le pensait réellement. Et lui, il n'avait pas de gêne à n'en rajouter sur son compliment. Il le pensait, il était sincère et franc le Monsieur. Il ne voulait pas prendre quatre chemins pour lui dire. Il la regarda même dans les yeux lorsqu'il lui dira. Un sourire aux lèvres. Non, ce n'était pas du dragage, c'était simplement de la vérité. Puis, son minois ira vers le chapiteau. Il prit une bonne inspiration, notant l'odeur de lavande que dégageait le Professeur. Son sourire s'grandira encore un peu plus. Il adorait cette odeur. Il mit ses mains dans les poches.


"Tu sembles avoir froid, viens, on va aller sous le chapiteau, on va être mieux. "

Une main sortira de sa poche et ira se saisir de son poignet. Il accéléra le pas, pas trop vite, juste pour ne pas qu'elle aille froid. Une fois sous le chapiteau, ils purent se rendre compte que tout avait été organisé pour l'arrivée des élèves. Les autres organisateurs fignolaient les derniers préparatifs. Il lâcha le poignet de Mélina et salua les autres. Il regarda Blanche-Neige, toujours souriant. 

"Attends-moi ici, je vais te chercher une coupe de champagne... Pour fêter ce qu'on a fait et commencer avant l'arrivée des étudiants..." 

Et il quitta vers la table à boisson... Laissant la Brunette seule un instant...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Mer 3 Fév - 17:44

Peter connaissait encore que la pointe de l’Iceberg du groupe. Enfin, ce n’était pas totalement vrai, il avait vu un peu ce qui se cachait sous la surface, mais pas de toute le monde et surtout pas ce qui était plus profond, plus secret et visiblement moins agréable. Et puis Melina restait très discrète sur le sujet, même auprès d’Amandine. Déjà, juste la tête quand elle lui avait dit qu’ils s’étaient –encore- disputée…ouais, c’était suffisant. Et Antho’? Oh, elle n’en parlait pas réellement à Antho’ tout court, enfin, des fois oui, quand elle était près d’exploser. Sauf qu’avant qu’elle en arrive là, ça prenait pas mal de temps quand même! Trop patiente Blanche-Neige, beaucoup trop.

Enfin bref. Elle sourit quand il commenta également leur beau travail. Oui, c’était magnifique. Elle continua de regarder le résultat en rajoutant doucement.

‘’L’automne a toujours été ma saison préférée, avec les couleurs, l’odeur…’’

Un petit commentaire comme ça parce que l’automne, c’était terriblement romantique à ses yeux. Les gens aimaient beaucoup plus le retour des couleurs et la chaleur du printemps et de l’été, mais Melina voyait beaucoup de beauté dans l’automne et dans l’hiver. Ce n’était pas des saisons mortes à ses yeux, bien au contraire. Et puis, soyons logique, se coller quand il fait 40 c’est moins bien que coller sous une grosse couverture de laine, devant un feu de foyer durant une froide soirée d’automne, non?

Elle le complimenta ensuite, tout gentiment et comme si c’était tout à fait naturel, il lui retourna le compliment. Elle sourit en détournant un peu la tête en penchant un peu la tête vers sa robe, un peu comme venait de faire PA en fait! Elle avait longuement hésitée avec cette robe, elle avait presque laissé Ama’ choisir pour elle.

‘’Merci beaucoup.’’

Dit-elle un brin gênée tout de même. Resplendissante, c’était pas juste jolie hein! Ça sonnait large! Elle soutint son regard que quelques instants, par gêne sûrement qu’elle retourna son attention sur le chapiteau. Froid, elle froid? Voyons, elle est sûrement la reine des frileuses, elle avait bien hâte d’y être d’ailleurs, elle savait la douce chaleur qui l’attendait. Alors PA fit presser un peu le pas en l’attrapant par le poignet. Un petit rire fusa de ses lèvres, montrant un peu sa surprise, mais aussi son amusement.

‘’Heho, j’ai des talons moi!’’

Et c’était dit dans un petit éclat de rire, ce n’était pas méchant, ni même une reproche, c’était de l’humour. Même si elle avait vraiment des talons, si elle tombait, elle serait du genre à rire sans arrêt durant des heures, mais heureusement, elle eut le pas plus sûr et elle se rendit au chapiteau sans une seule égratignure. Blanche Neige sourit en regardant l’intérieur du chapiteau, satisfaite de ce qu’elle voyait. Son corps se réchauffant doucement. Tout comme PA, elle salua les autres puis PA proposa une coupe de champagne, en fait, il lui disait surtout qu’il allait lui en chercher une, il était adorable.

‘’Excellente idée! Merci!’’

Elle le regarda partir en souriant puis joignit ses mains en regardant un peu autour d’elle. Antho’ et Ama n’étaient pas arrivés encore…ni Tristan, mais elle ne cherchait pas activement le blond, s’entend.

L’invité d’honneur était…he non! Pas encore là. Lui allait sûrement arriver avec la direction de l’école quand même!

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 4 Fév - 22:43

Oui, effectivement, le Sincère savait que la pointe de l'iceberg concernerait les failles du groupe, mais il n'était que Novice dans la matière. Et pour ce qui est d'Amandine, oui, elle avait été furieuse d'apprendre que Mélina et Tristan s'étaient, encore, disputés. Elle ne savait plus quoi dire pour défendre son ami et noyer d'injure le monsieur. Elle ne comprenait pas pourquoi elle n'en parlait pas à Anthony, car il était trop ami avec lui maintenant? Elles étaient là avant, non? De plus, des fois, la Blondinette avait envie de crier à la tête de son ami Professeur:" Si ce genre d gars fréquentait l'une de tes soeurs? Tu le tuerais? Je ne comprends pas que tu ne dises rien à propos de Tristan et Mélina, pire encore, tu sympathises avec l'ennemi." Mais bon, elle se retenait de le dire et ne faisait que l'haïr en silex, ou pas. Bon! Deux personnages avaient fait leur entrée. Peter et Mélina. Celle-ci marchait tout bonnement vers le Chapiteau en pensant à on ne sait qui, not! Bref, PA vint la rejoindre et accéléra le pas pour se rendre au chapiteau. Ils se complimentèrent à tour de rôle, le Professeur de balais un peu plus que la Demoiselle, mais cela était tellement sincère. Ils saluèrent tout le monde à leur arrivée. Et le Châtain-Brun proposa du champagne qui alla chercher. 

Molina n'était pas la Seule à aimer la saison de l'automne. Amandine aussi aimait l'automne, pas autant que l'été, mais disons que c'était sa deuxième saison favorite. Car les couleurs se mélangeaient, un peu comme ses yeux. Elle aimait les marches, dans les feuilles qui craquent. Le vent qui souffle sur la peau. Aussi, les vêtements étaient un peu plus beau l'automne. Oui, elle aimait trop les vêtements et c'était effectivement une raison du pourquoi elle aimait l'automne. En parlant de vêtement. Parlons de robe. Cela avait été toute une histoire de trouver sa robe. Elle avait fait mille et une boutiques. Sans en parler, surtout par à Mélina, car elle ne voulait pas montrer pourquoi elle angoissait et dire la raison du pourquoi surtout. Donc, elle avait trouvé. Sur un coup de tête, elle l'avait choisi. Bon, le coup de tête. C'est simple! Elle avait énormément maigri ces derniers temps. Puis, avec la course, son frêle corps s'était musclé. Donc, en voyant la robe qu'elle avait choisit pour la soirée, elle s'est dit:"j'ai envie de le montrer." Explication: Sa robe était dans les teintes de gris. À longues manches. Un léger décolté laissait voir la naissance de sa poitrine, sans toutefois ne voir que cela. La robe épousait parfaitement les courbes de son corps. Elle était faite de deux épaisseurs. Opaque des épaules jusqu'à la mi-cuisse. Recouvert d'une dentelle. Ses manche et le bas de sa robe était fait que de tissu en dentelle (Qui couvrait même ses chaussures), donc, on voyait sa peau et la forme de ses jambes et de ses bras travaillés. À sa frêle taille, une ceinture encadrait celle-ci, terminant en traîne à l'arrière de sa robe. Elle avait mis des talons hauts d'un beige-gris. Aucun bijou, sauf de petits diamant aux oreilles, car à elle seule la robe était un bijou. Ses boucles étaient joliment placées sur ses épaules cascadant jusqu'au milieu de son dos. Un maquillage simple, charbonneux, pour accentué son regard. 

Et c'est au moment où elle était à l'extérieur, devant la grande porte, vers 19h45, observant le chapiteau au loin, qu'elle se trouvait trop... En fait, elle se disait qu'elle en fait trop mis, que sa robe était trop intense. Elle aurait dru en parler à Mélina, avoir un avis au moins sur ce qu'elle portait. Elle non plus, elle n'avait pas mis un châle ou une veste. Donc, le froid, plus le stress, elle se mit à faire les cent pas, jouant avec ses mains, comme pour se déstresser. Elle avait encore le temps de s'enfuir. On voyait peut-être trop son corps, sa peau. Il la trouverait peut-être trop vulgaire. Pourquoi n'avait-elle pas parlé à Mélina. Elle se stoppa dans sa marche. Ferma les yeux et pris une bonne respiration. 

Pendant ce temps, Peter était revenu d'aller chercher les deux coupes de champagne. Il s'approcha de Blanche-Neige, toujours souriant. Il lui tend sa coupe et prit une gorgée de la sienne. La regardant. 

PA:" Tes amis arrivaient bientôt?"

Quelques étudiants commençait à arriver. Peter sourit à ceux qui le saluaient au loin, revenant toujours à Mélina ensuite. Il ne posait pas la question, car il s'ennuyait. En fait, il ne voulait pas qu'elle, elle s'ennuie avec lui. Il se disait qu'au moins avec ses amis, elle ne restait pas avec lui par obligation. Mais rien de cela ne paraissait dans le son de sa voix. Il semblait confiant. Il pensait à elle. Après tout, elle le ne connaissait à peine et jamais, ils n'avaient passé autant de temps seuls et sans les effets de l'alcool.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Sam 6 Fév - 20:40

Antho’ était neutre en ce qui concerne Mel’ et Tristan…remarquons que si jamais Tristan venait à faire du mal à Mel’ ou être trop méchant (s’il le sait déjà), possible qu’il risque de réagir, parce que Mel’ est un peu comme une autre de ses sœurs pour lui, c’est normal qu’il ne veut pas qu’elle soit triste. Donc, pour le moment, tout se passait bien du côté du chapiteau ou se trouvait Peter, Mel’ et les autres organisateurs. Lentement des élèves allaient se pointer et même arrivaient même également en ce moment même.

Antho’ lui…avait été magasiné seul. En fait, il était carrément entré dans une boutique, pointée une vendeuse et fait un ‘’Je veux un habit pour un bal.’’ Et il l’avait laissé tout choisir. Il ne s’était pas obstiné, il avait seulement dit qu’il voulait un truc sobre et pas coloré. Oh et un truc gris! Parce que c’était la seule chose qu’Antho avait demandé à Amandine à propos de sa robe. Question de s’agencer et la vendeuse avait trouvé ça adorable qu’il s’en rappelle. Finalement, elle lui avait trouvé un truc pas mal…en fait, c’est ce qu’il croyait. Il se trouvait pas mal…plus classy comme ça! Donc…c’était noir. Le pantalon, le veston, la petite veste en dessous qu’il comprenait pas trop pourquoi ça existait et la cravate. OH et les chaussures. Il avait presque oublié les chaussures au magasin. Genre la vendeuse lui a demandé s’il en avait et il a fait une tête du genre ‘’Parce qu’il faut des chaussures spéciales?’’ Une chemise blanche pour pas faire trop noir et les boutons de se vêtements étaient un peu argenté et il avait également le petit…mouchoir gris dans la poche de son veston. Il avait quand même prit le temps de se peigner. En fait, sans rire, il avait sûrement pris une douche plus longue que le reste de sa préparation! Parce qu’un gars, c’est un peu chiant. Ça s’habille, ça se coiffe un peu (Oui oui Antho avait fait cet effort), un peu de parfum (oui oui, Antho avait du parfum) et voilà, près! Il regarda sa montre en étant très fier de lui! Il n’allait pas être en retard. Pour être honnête, sûrement que la vendeuse savait autant sa vie que sa mère maintenant! Nah, mais parler de la fille que tu aimes à une inconnue, c’est vraiment pratique!

Bref, il avait quitté ses appartements pour se rendre devant la Grande Porte. Sa sonnait 8h00 quand il ouvrit la porte et qu’il lança d’un air joyeux.

Anthony: ‘’Je t’avais dit que je ne serais pas en…Et il s’arrêta de suite en voyant comment elle était belle. Il eut un sourire un peu gêné parce qu’il la trouvait… wow…tu es vraiment…époustouflante.’’

En fait, il avait vraiment l’air admiratif puis il secoua un peu la tête en se grattant la nuque puis reprit après un petit ricanement, il devait vraiment avoir l’air adorable.

Anthony: ‘’Excuse-moi…Je…hm…On peut y aller alors? Tu es prête?’’

On dirait qu’il était redevenu un vrai gamin, il ne savait pas quoi dire, quoi faire…il lui tendait son bras ou pas? En tout cas, il s’était quand même mis à sa hauteur en attendant sa réponse.

Mel’ quant à elle prit la coupe qu’on lui tendait en souriant à PA, prenant une gorgée en même temps que lui puis à sa question, elle pinça un peu les lèvres en haussant un peu les épaules.

Melina:‘’Hm, je ne sais pas! Sûrement. Antho’ a l’habitude d’être en retard comme tu as remarqué, elle eut un petit rire puis continua, et …Amandine était un peu étrange quand je parlais du bal, je ne savais pas si elle avait VRAIMENT hâte ou si elle voulait mourir quand je lui en parlais!’’

Visiblement elle ne semblait pas s’ennuyer, même qu’elle était contente de pouvoir lui parler comme ça ça l’a distrayait de réfléchir et puis PA était de bonne compagnie.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 8 Fév - 14:21

Peter regarda la Professeur de potions lorsqu'elle répondit à sa question. Il eut un rire, lorsqu'elle parla d'Amandine, pouvant très bien s'imaginer la scène. Voyez-vous, cela n'avait pas pris beaucoup de rencontres avec l'Aide-Infirmère pour deviner qu'elle était un brin Comédienne. Qu'elle avait des réactions intenses. Donc, voila, il ria. Il ria une fois de plus, en repensant au fait que le Professeur des défenses, quant à lui, arrivait toujours en retard. Ça aussi, cela n'avait pas pris beaucoup de rencontres avec le Guerrier pour deviner qu'il arrivait effectivement toujours en retard. 

PA: "Hm, je vois! Donc, Amandine, est-ce qu'elle vient ou elle ne vient pas? Anthony aussi paraissait bizarre cette semaine. Lorsqu'on s'est fait un match amical de Quidditch, je lui ai demandé dans quelle couleur il s'habillait ce soir. La seule réponse que j'ai eu.... En fait, le cri que j'ai eu.... C'est :IL VA AVOIR DU GRIS!! Je n'ai pas plus insisté. "

En effet, Peter et Anthony se voyaient de temps en temps pour jouer amicalement au Quidditch, juste pour le plaisir. Le Sincère était potable dans chaque position, mais sa préférée et la meilleure demeurait Gardien. PA, n'avait pa hésité longtemps lorsque Belles Fesses lui avait proposé d'aller se faire un match. Après tout, Peter était un passionné de Quidditch. Il volait sur un balais depuis ... En fait, cela faisait tellement partie de sa vie qu'il ne s'en rappelait pas. C'était une passion qui était presque devenu un emploi. Il n'aimait pas seulement cela, il était aussi très bon! Une équipe professionnelle avait voulu le recruté suite à la Guerre. Au même moment, il avait postulé pour le poste de Professeur de balais. Lorsqu'il avait su qu'il était accepté comme nouveau Professeur, il hésita une journée, entre les deux postes. Puis, un évènement l'avait poussé à choisir Pouillard. Suite è cet évènement, il n'avait pas eu d'autre choix que de refuser le Quidditch et d'accepter l'école de magie. Peter étant un Homme d'instinct, il l'avait suivi et c'était pour cette raison qu'il était parmi eux. Et pour le fait qu'Anthony lui a seulement répondu cela, c'était peut-être le fait qu'ils étaient dans les airs et qu'il avait mal entendu ou tout simplement que le Beau Brun avait seulement crier cela. Il n'en était plus sûr. Il prit une autre gorgée de sa coupe, saluant une Demoiselle de Serdaigle qui le salua en premier. 

Quand à Amandine. Elle avait fermé ses yeux pour relaxer, pour prendre une grande inspiration. Lorsqu'elle les ouvra, Anthony se trouva devant elle. Il commença par dire qu'il n'était pas en re... En fait, il n'a pas eu le temps de terminer sa phrase. Il était devant elle. Avec son magnifique sourire gêné. Il lui dit un compliment. Je crois que tu avais peur pour rien, pour la robe. Un léger sourire vint à ses lèvres. Délicat et timide. Puis, elle permit de la regarder. De la tête aux pieds. C'est qu'il avait fait des efforts quand même. Pas que d'habitude elle ne le trouvait pas beau. Au contraire, sauf que la Mignonne était habitué à ses jeans et à ses t-shirts. Là, il était classique et élégant. Elle releva son minois. Toujours avec son petit sourire. 

Amandine: "Tu n'es pas en retard et .... Tu es très élégant ce soir. Je ne savais pas que tu cachais tout cela sur tes grans airs d'Homme sale."

C'était une blague, pour détendre l'atmosphère. Elle ne le trouvait pas sale. C'était une façon, à sa manière timide, de dire qu'elle le trouvait beau. Elle avança d'un pas vers lui, osant plonger ses perles d'automne dans les siennes. Un silence s'installa. Elle ne répondit pas tout de suite à sa questions. Était-elle prête? Ouf, ils auraient pu rester ici, à l'abri des autres? Non? Enfin, c'est ce qu'elle pensait pour l'instant. Peut-être que c'était pour cette raison qu'elle ne répondit pas tout de suite. Ses minimes étaient occupées à jouer entre elles. Nerveuse ? Pas du tout! Si son coeur pouvait au moins arrêté de fracasser sa poitrine. Bon, aller ose. Oh moins jusqu'au chapiteau, car si tu le ne le fais pas, tu ne le feras jamais. Elle vint à ses côtés. Une main lâcha l'autre et ira se saisir de son bras. En silence, toujours. Elle commença sa marche, l'entraîna avec elle. Regardant le sol - elle avait quand même des talons-, son geste étant la réponse de sa question. Ils s'approchèrent d plus en plus du lieu. Elle leva légèrement sa tête lui lançant un regard en biais. Lui murmurant...

Amandine:" Je ne sais pas comment agir... Va falloir que tu m'aides, d'accord...."

Peu de mots mais qui voulaient tout dire. Elle retourna son minois devant elle, continuant à regarder le chemin. Une fois qu'ils sont arrivée au Chapiteau, une fois rendu devant une arche d'entrée, elle lui lâcha délicatement le bras, se retournant face àa lui, l'observant en silence. De façon à dire: " Bon, tu es sûr lia ? Qu'est-ce qu'on fait? Il est encore temps de retourner au chateau. Un élève de Serpentard leur dit: "Bonsoir Monsieur Tremblay et Miss Roy." Elle détourna la tête un instant, lui sourit avec un hochement de tête comme réponse et revint à Anthony. Toujours le regard dans le sien, sans toutefois sourire. Ho mon dieu, il avait trop de gens autour d'eux. Oui, il devra l'aider.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Mar 9 Fév - 15:02

Il avait quelque chose d’apaisant dans le rire de PA, parce qu’il était naturel et sincère peut-être. Ça ne sonnait pas faux. Et pour Antho…la blague était de lui dire que les rendez-vous, rencontres, etc commençaient toujours 15 minutes plus tôt pour qu’il arrive à l’heure juste. Bon…Mel’ l’avait déjà fait et elle s’était trouvée terriblement drôle! Bref, ensuite le professeur de balais imita Anthony ce qui fit éclater de rire Blanche-Neige, un rire très sincère. Ah! Ça faisait du bien, merci PA! Elle garda un sourire amusé en répondant.

Melina : Je te comprends, j’aurais eu peur moi aussi! Elle eut un nouveau ricanement. En tout cas… j’ai bien hâte de voir, Amandine devrait venir je suis pas mal certaine, sinon elle me l’aurait dit.

Bah oui! C’était un mystère, mais elle savait qu’Amandine viendrait. Pourquoi? Pour mieux détester Tristan peut-être, pour s’assurer qu’elle s’amusait! Sauf que là, il manquait quelques morceaux de puzzle à Mel’ pour comprendre l’étendue de la situation. Oh et pour le Quidditch, Peter ne pouvait pas faire plus plaisir à Antho que de lui permettre de jouer pour simplement s’amuser. Et sûrement qu’Anthony ne s’était pas gêné pour dire à quel point il était talentueux. Pas seulement pour voler sur un balais hein, parce que bon, il en était prof, mais au Quidditch tout court.

Puis le flot d’élèves commençait tranquillement à remplir le chapiteau, des élèves les saluaient gentiment et tout comme PA, Mel’ les saluait également. Les élèves semblaient heureux et on entendait des commentaires positifs de tous les côtés sur la beauté de l’endroit. Mel’ eut un sourire attendri en regardant tous ses jeunes gens –comme si elle était vieille tsé!- avoir des yeux brillants, des regards nerveux sur les accompagnateur-trice. C’était beau à voir.

En parlant de ce qui était beau à voir, Antho’ était revenu sur terre après sa brève contemplation de sa cavalière. Elle était si belle, non? Il était content parce qu’elle avait souri, elle était contente du compliment, pas trop effrayé, c’était un bon point de départ. Elle lui retourna le compliment et il sourit avant de rire à la fin de sa phrase. Mel et Amandine se ressemblaient parfois là-dessus, des compliments ou des trucs sérieux accompagnés d’humour. Mouep!

Anthony : Merci! Moi aussi ça me fait bizarre!

Il passa une main sur son veston, parce que oui, c’est vrai qu’il n’était pas habitué. Il devait être le genre de gars à avoir un ensemble propre pour les mariages et les funérailles, vous voyez le genre? Il était content de ne pas avoir apporté la rose. La rose? Oui oui, il avait longtemps hésité avant de sortir de ses appartements, il avait une rose sur son lit et il l’avait fixé durant un bon 10 minutes avant de dire que ça allait être la goutte qui allait faire fondre littéralement Amandine. Pour une prochaine fois peut-être.

Il croisa son regard quand il posa la question et elle ne répondit pas tout de suite. Il remarqua qu’elle était nerveuse parce qu’elle jouait avec ses mains, il la connaissait quand même son Amandine. Puis elle ne répondit pas avec des mots, mais avec des gestes, elle vint prendre son bras. Lui qui avait hésité avait sa réponse. Il suivit ensuite sa marche, conservant le silence qu’elle avait installée, mais qui n’était pas négatif à ses yeux, non, ça allait toujours bien. Il regardait le chapiteau et alla commenter quand elle parla. Elle était adorable, c’est un sourire attendri qui vint sur les lippes de Belles Fesses alors qu’il tournait un peu son regard vers elle, posant un peu sa grande main sur celle de la Belle posée sur son bras.

Anthony : Pas de problème. Mais tu sais…fait comme d’habitude Amandine, et amuse-toi surtout, c’est ce qui est important. Et moi je serais ton apporteur de champagne attitré, d’accord?

Il avait dit ça tout gentiment. Non, tu ne lui devais rien Amandine, c’est ce qu’il voulait te dire. Il retira ensuite sa main et rapidement ils se retrouvèrent à une entrée. Quand elle le regarda, il eut un sourire, il la quitta seulement des yeux pour saluer l’élève chaleureusement puis il prit le devant, parce que sinon elle allait encore se transformer en statue.

Anthony : On pourrait commencer par trouver Mel’? Sûrement que PA est là aussi, ça te dirait? Et il fait plus chaud à l’intérieur. C’est là que se trouve le champagne aussi.

Il avait rajouté la dernière phrase en baissant un peu la voix, pour faire un peu son drôle. Étrangement, la nervosité d’Antho était sous silence en ce moment, il aimait mieux prendre le temps de s’occuper d’Amandine que d’être nerveux, elle passait tout simplement en priorité ce soir.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Mar 9 Fév - 17:32

Tant mieux si la Brunette trouvait quelque chose d'apaisant dans le rire du Sincère. Il était comme cela, pas de complications quelconques, pas de questionnements sans but vraiment. Non, seulement de la sincérité et surtout du plaisir. La vie était tellement courte, il devait dire ce qu'il pense, faire ce qu'il veut et être avec qui il voulait. C'était sa philosophie de vie. C'était tout sauf faux. Et en plu, sans le savoir, Peter aidait à faire changer les idées de la Demoiselle. Si ce n'est pas être à son service. Oui, il avait imité Anthony. En fait, il avait crié. Il eut un sourire amusé à la réaction de Mélina. Il la trouvait mignonne et encore plus ce soir, dans sa robe. Il la regarda un moment. L'écouta, attentivement. PA avait ce don de faire sentir la personne qui parlait unique et avec Mélina ce don se transformait en automatisme. À vrai, il ne se forçait pas, c'était fait le plus naturel du monde. Pas qu'il avait un totem à son nom, mais, sans trop savoir pourquoi, son corps et sa tête réagissait ainsi en sa présence, depuis le début. Un naturel contact. 

PA:" Je saurai dorénavant que en ce qui concernent les questions de bal, de demeurer discret. Et si elle ne vient pas, je t'accompagnerai... Je ne te laisserai certainement pas seule. "

Encore une fois, c'était dit avec la plus infime gentillesse. Il ne se voulait pas insistant, si elle lui disait qu'elle voudrait seule, il le respecterait et s'en irait. LE Professeur de balais ne forçait pas les choses. Il suivait la vague. Sa phrase laissait seulement envisager qu'il serait présent, s'il arrivait quoi ce soit. Il la regarda encore un moment, tout en prenant une nouvelle gorgée de son champagne. Et effectivement. C'était tout un mystère la situation Anthony/Amandine. Il avait bien hâte de savoir le dénouement de cette histoire. Un peu curieux? Légèrement. Et si Anthony ne s'était pas gêné pour lui dire des compliments en matière de Quidditch, Peter avait accepté avec humilité les commentaires, en retournant quelques-uns. Plus on le connaît, plus on sait qu'il n'était pa capable d'accepter un gentil mot sans en retourner un. Comme lorsque Mélina lui a dit qu'il élégant, il devait rétorquer. Par contre, s'était toujours dit de façon sincère. Il n'embellissait pas la réalité. 

Oui, cela avait quelque chose de spécial, ce bal. Cela les ramenait à leur propre adolescence à eux. Les sourires timides. Les regards entre élèves qui veulent tout dire, dans le silence. Et le décor rendait ce moment encore plus... brillant. En parlant d'adolescence, le Guerrier et l'Aide-Infirmère étaient sans doute, sans le vouloir, à ce stade. Des compliments timides. Un agissement qui laissait à croire qu'ils ne savaient pas quoi faire, sans toutefois ignorer quoi faire. Comme pour l'histoire de la rose. Une chance qu'Anthony la connaissait un peu, car elle aurait été heureuse sur le coup, mais ensuite, cela signifiait aux yeux qu'ils étaient venus ensemble. Cela impliquait des questions. Oui, cela l'aurait fait fondre sur place. Bon choix, Belles Fesses. 

Puis, il posa sa main sur la sienne. Un nouveau coup au coeur. Un bond qui a manqué son tour. S'il continuait comme cela, son coeur, elle en aurait plus d'ici la fin de la soirée. Et comme si cela la rendait plus nerveuse, d'un autre côté cela la rassurait. Ha les femmes, si compliquées. Puis, il parla. Il voulu la rassurer avec des mots. Il répondit à son chuchotement. Puis, ils arrivèrent à une entrée, la main du jeune Homme se retirant. Elle ne lui devait rien? C'est ce que ses mots voulaient dire. D'un côté, elle se le répétait continuellement, qu'elle ne lui devait rien, mais d'un autre côté, c'est comme si elle lui devait quelque chose. Un élève les salua. Ce moment semblait duré des décennies, pour elle, à cet instant. Puis, le Professeur reparla. Molina. Ah oui, sa Grande amie. Elle devait y être. Sans savoir pourquoi, ses joues s'empourprèrent à cet instant. Elle était gênée de la situation, que quelqu'un qui les connaissait si bien, les voit ainsi. Puis, Boucle d'Or s'accrocha  è la suite de sa phrase. Oui! PA, ouf, elle pouvait peut-être détourner la situation de côté. Vous voyez le genre? Et bien sûr, un peu de champagne ne fera pas de tord. Elle lui sourit. Ses doigts recommençant à jouer entre eux. Elle reparla enfin... 

Amandine: "Oui! Bonne idée... Du champagne ne.... me ferait pas de tord."

Elle eut un léger ricanement gêné, tourna son minois vers l'entrée du chapiteau et elle prit une immense inspiration. Bon, quand il faut y aller, il faut y aller. Elle entra en premier, ses prunelles d'automne cherchant quelqu'un qu'elle connaissait, souriant à quelques Professeurs et élèves au passage. (Elle oublia presque dans quelle tenue elle se trouvait, comprenant pas pourquoi elle avait des regards plus forcés que d'autres.) Puis, au loin, elle vit sa meilleure amie et son accompagnateur. Elle tourna son minois vers le sien. Une question lui vint en tête. Est-ce qu'ils étaient venus ensemble? Ho mon dieu. Son sourire, un franc cette fois-ci, vint à sa bouche. La tête revint vers le duo au loin. Elle augmenta la vitesse de son pas, tenant le bas de sa robe d'une main, de l'autre saluant frénétiquement un "Bonjour" à l'intention des deux Professeurs. C'est Peter qui remarqua la Blondinette les saluer. Il lui sourit, puis fit un hochement de tête vers son suivant, Anthony. 

Amandine:" JE NE PEUX PAS CROIRE QUE VOUS ÊTES VENUS ENSEMBLE!?!?"

Et s'ils N'étaient pas venus ensemble. Peu importe, le malaise n'était plus d leur côté. C'était moins centré sur elle tout d'un coup et son coeur recommença à battre à la normal. Peter eut un ricanement. À vrai dire, il ne savait pas quoi dire pour le moment, il jette un coup d'oeil à Blanche-Neige, haussant les épaules. Il voulait sans doute que Mélina réponde à cette question plutôt que lui. Amandine s'arrêta à son niveau. Les fixant un à un, à tour de rôle, son adorable sourire toujours accroché à ses lèvres. Fais-toi pas un trop grosse joie, Blondinette.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Mar 9 Fév - 22:26

Un très grand don quand on y pense. Qui n’aimait pas se sentir unique ? En fait, c’était ça le grand problème de Tristan. Il était l’Unique. Pas l’autre. Mais ce n’est pas le sujet en ce moment. Tristan n’était pas là et Mel’ aimait mieux ne pas y penser, en fait, PA arrivait bien à ne pas penser à Tristan. Et il arrivait parfois de croiser ces personnes, rarement, qui semblent être tout et rien à la fois. On vient de rencontrer quelqu’un et déjà, il a un clique qui se fait. Pas nécessairement amoureux! Ça peut très bien être en amitié également. Ou encore…que cette personne-là n’était pas sur notre chemin pour rien. C’était de belles rencontres, c’était nécessaire. Peut-être que PA représentait justement ce qu’il fallait sur le chemin tortueux de Melina. Peut-être.

Melina : Les bals c’est toujours un peu intense à Poudlard.

Et merde. Là, elle pensa à son dernier bal à Poudlard. Celui auquel Tristan l’avait invité. Il lui avait lancé une boule de papier à la bibliothèque. Elle avait résisté terriblement longtemps avant de finalement accepter, peut-être plus pour qu’il la laisse tranquille. Elle aurait dû dire non ou être plus tenace. Mais ça n’aurait rien changé, parce que Tristan était un prédateur qui ne lâchait pas prise à l’époque. Elle sourit brièvement en regardant un bref moment le sol avant de le regarder de nouveau. C’était une très brève pensée, peut-être qui dura quelques millièmes de seconde avant qu’elle ne continue de parler.

Melina : Et merci beaucoup, je suis une piètre cavalière sans vouloir te faire peur, je suis terrible pour danser.

Ah bon sang?! Qu’est-ce que tu venais de faire là, Melina? C’était étrange ce qu’elle venait de dire, non? En fait, elle eut vraiment l’impression que ce l’était parce qu’elle rougit d’un coup. Étrangement, elle se disait que si PA l’avait invité à Poudlard, elle aurait dit oui.

Pour ce qui est de ce qui se passait de l’autre côté de la toile, Antho’ faisait son gentil garçon calme. Rare me direz-vous, he bien ça lui arrivait d’être un peu sage. Il parlait et analysait les réactions de Boucle d’Or. Bien sûr, Antho’ voulait faire bonne impression. Bonne impression en tant qu’accompagnateur, parce que ça ne serait pas stupide ou exagéré de dire qu’en tant qu’ami il était doué quand même. Et puis il sourit quand même. Yeah! Un point pour Antho! Et le champagne? Fallait pas exagérer hein Amandine, Antho s’occuperait aussi de ça, quitte à mettre de l’eau à la place quand tu commenceras à être saoule. Il la suivit ensuite dans le chapiteau, une main allant dans une poche de son pantalon. Mouais, il trouvait les jeans vachement plus confortable. Il saluait gentiment les gens, suivait de près Amandine, parce que lui voulait qu’on sache qu’ils étaient venus ensemble sans en faire trop. De toute façon…IL AVAIT UN TRUC GRIS. C’était ça l’important. Puis lui aussi vit finalement le duo au loin. Un bref sourire venant sur ses lippes tandis que son regard devenait songeur. Nooon? Pour de vrai? Il croisa le regard d’Amandine en souriant à son tour. Il suivit donc le pas énergique de l’aide-infirmière et après qu’Amandine ait crié, il donna une tape chaleureuse sur le bras de PA.

Anthony : Petit cachotier! Et c’est toi qui me posais des questions sur le bal durant notre match de Quidditch!

S’en était trop. Mel’ devint rouge comme sa robe. Ah bon sang, elle pouvait pas transplanner…genre au fond du lac? Heureusement, PA allait pouvoir ré…Ah merde. Le coup d’œil qui veut dire ‘’tu peux répondre?’’ Elle regarda ensuite Antho’ et Amandine, elle ne vit pas tout de suite le bout de tissus qu’Antho et elle était VRAIMENT venus ensemble eux. Mel’ parut mal à l’aise, mais pas dans le genre ARK JAMASI DE LA VIE, mais plus…un malaise quoi!

Melina : Heu…en fait…on s’est croisé…juste en sortant du château donc oui, en théorie nous sommes venus ici ensemble! Ahahah…!

Son rire sonnait si faux qu’elle eut envie de pleurer. Elle regarda PA lui sourit. Regarda Antho, lui sourit et regarda finalement Amandine et lui sourit. Elle se sentait si…ouais, on va le dire conne. Elle regarda ensuite PA et elle posa une main sur son bras.

Melina : C’est ça hein? Et puis, elle regarda les deux autres, et puis je venais de lui dire que je cassais les pieds des gens en dansant, parce que bon, vous arriviez pas alors il a été assez gentil pour dire qu’il allait m’accompagner si vous arriviez pas. Elle regarda ensuite PA. Mais tu peux m’accompagner quand même, c’est pas parce qu’ils sont là que tu dois partir, même que c’est bien si tu reste.

Donc tout ça…elle l’avait dit terrrrrrriblement vite…genre sans respirer. Elle retira sa main du bras de PA et la posa contre son ventre.

Melina : J’enligne les bêtises une après l’autres. On peut reculer et faire comme si je n’étais pas en train de…trop parler, hm? Super.

Et elle termina son verre d’un trait.

Melina : Amandine, tu viens, on va chercher un verre de champagne. On s’occupe aussi du tien Antho et PA, ton verre est vide. C’est nous qui s’occupe de ça!

Puis elle attrapa Amandine par le bras et la tira du côté des boissons. Genre, elle allait mourir. Pourquoi elle réagissait comme ça? Au-cu-ne idée. Sayais, elle était réellement devenue folle la pauvre. Antho’ avait assisté à la scène en avec de grands yeux en se retenant de rire à tout bout de champs…une fois qu’elle fut partie, il regarda PA avec un sourire amusé fendu jusqu’aux lèvres.

Anthony : Tu viens de comprendre ce qui vient de se passer toi?

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Mer 10 Fév - 21:23

Dommage! Peter n'avait pas eu le temps de répondre au fait qu'elle était une mauvaise cavalière. Un duo dynamique arriva, le coupant dans son élan de phrase. Car, le Professeur de potion aurait sans doute dit:"Tu sais? Ça ne me dérange pas le moindre du monde, on fera avec." Ce n'était pas pensé de façon méchante. Au contraire. Cela voulait tout simplement dire que peu importe ses talents de danseuse, cela ne changeait rien au fait qu'il voulait passer un moment agréable en sa compagnie. Cela ne lui faisait pas peur le moindre du monde. Il ne lui parlait pas pour ses talents de danseuse et il ne disait pas cela pour ça non plus. Dommage, enfin, car s'il avait étudié à Poudlard, il lui aurait sans doute demandé de l'accompagner. Toujours souriant, il continua à la regarder. Il n'aura pas non plus le temps de voir sa brève pensée pour le Blondinet, car comme dit plus haut, un dynamique duo fit son apparition, de façon remarquée. Mais, il eut le temps, par contre, de remarquer ses joues empourprées. Son sourire s'accentua, portant son attention vers l'Aide-Infirmière et le Professeur des défenses.

Ils venaient tout juste d'arriver et cela changea l'attitude et l'ambiance complètement. Surtout l'attitude de Mélina. Il jeta un coup d'oeil à celle-ci, puis à Amandine, puis à Anthony. Il sourit à ce dernier.

PA:" Je te posais des questions sur ton habillement... Pas sur qui tu inviterais..."

C'était gentil, il souriait et il finit sa phrase même avec un clin d’œil. Et cela voulait dire: "Je ne comprends en rien la corrélation en le fait que je t'ai posé une question sur ton habillement et le fait que j'aille supposément invité Mélina." À ses mots, Amandine figea un moment et eut un petit sourire gêné. Est-ce qu'il comprenait qu'ils étaient venus ensemble? Elle et le Grand Brun! Ouf! Une chance que son amie Blanche-Neige était toujours là pour détourner l'attention de sur elle. Et elle faisait cela comme une championne. Le sourire de la Comédienne se calma, devint plus naturel. Elle écouta attentivement le Professeur de Potion. Quant à lui, le Sincère regarda, avec un sourire amusé, le malaise s'agrandir. Amandine hocha la tête aux paroles de son amie. Genre: Tu sais que tu t'enfonces là? Alors que lui, Peter hochait la tête comme pour approuver tout ce qu'elle disait.

PA:" En fait, elle a raison, on est venu ensemble par hasard..."
Amandine:" Il n'a jamais de hasard..."

Elle avait murmuré cela, à l'intention du Professeur de balais. Avec son sourire coquin et espiègle, du style, vous ne m'en passerez pas. Comble de malheur, Mélina continua à creuser le malaise. Elle parla tout d'un coup extrêmement vite. Elle dit ce qu'elle venait de dire au Sincère. Qu'elle dansait mal, mais que ce n'était pas parce que ses amis étaient arrivés qu'il devait partir. Qu'elle souhaitait faire en sorte que rien de ce qu'elle venait de dire ne s'était jamais produit. Peter sourit lorsqu'elle toucha son bras et garda ce sourire même lorsqu'elle le retira. Il hochait toujours de la tête pour approuver ce qu'elle disait. Amandine, quant à elle, avait croisé ses bras sous sa frêle poitrine, avec son éternel sourire amusé. Pourquoi son amie s'emportait-elle comme cela? Elle l'avait rarement vu comme cela, surtout avec quelqu'un qu'elle connaissait à peine. Oui, il faudra qu'elle fasse sa petite enquête sur cette situation et sur la façon dont elle réagit. Puis, Mélina avala son champagne d'un trait, invitant la Blondinette à aller chercher d'autres coupes pour le quatuor. Peter n'eut pas le temps de rétorquer quelque chose. Il avait ouvert la bouche, mais les deux femmes étaient parties trop vite pour qu'il puisse dire quoi ce soit. il aurait dit un truc du genre: "Je suis à son service, autant pour les mauvais pas de danses que pour vous attendre." Amandine se laissa entraîner, avec son sourire amusé, toujours et sans rien dire, puisque Mélina l'entraînait déjà justement. Lorsqu'elle passa aux côtés d'Anthony, elle lui frôla l'avant-bras, en le regardant un moment. Comme pour dire:" Je reviens, elle est folle, je ne fuis pas, problèmes de fille folle s'impose."

Le joueur de Quidditch avait tout vu la scène, mais ne dit rien pour l'instant. Il sourit à Anthony lorsque celui-ci lui parla. Il éclata de rire lorsque les demoiselles furent assez loin pour ne pas les entendre.

PA:" Non, je n'ai absolument rien compris, mais bon... Tu disais quelque chose de gris, hen? Tu sais, si c'était parce que tu voulais m'accompagner, tu aurais dû me le dire."

Un nouveau clin d'oeil. Il faisait référence à son propre habit. Aux touches de gris sur les vêtements à Anthony et surtout au fait qu'il avait compris que le gris était en référence à Amandine. Il avait un fort instinct et il savait additionner un plus un. Il ne parla pas de ce qu'il venait de se passer avec Mélina, car il ne savait pas comment l’interpréter. Peut-être plus positif que négatif, mais bon. Peut-être que cela ne voulait rien dire non plus.

Une fois qu'Amandine et Mélina furent à la table des boissons, Boucle-d'Or se saisit de coupes à champagne. Une pour elle et une pour Anthony, cela valait de soi. Elle se retourna vers son amie, devenant plus sérieuse tout d'un coup.

Amandine:" Es-tu saoule? Ou il te fait de l'effet, car pour vrai, je ne t'ai jamais vu comme cela... "

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Mer 10 Fév - 23:14

Un malaise? UN MA-LAI-SE? Bon sang, c’était un océan de malaise, genre une noyade de malaise! Et c’était Mel’ qui poussait les gens dedans. Quelle mouche l’a piquée?! Une grosse. Genre une abeille de Hunger Game, c’était clair. C’était pas possible qu’elle réagisse comme ça pour absolument rien, si? En tout cas! Antho’ ne put se justifier à PA pour les questions sur le bal parce que Mel’ venait d’entrer dans son délire. Oui, au fond, Mel’ elle faisait exprès d’agir comme pour sauver la mise d’Amandine…not. Non, pas du tout! Ah bon sang et Mel’ qui devinait si bien le regard de sa meilleure amie, oui elle s’enfonçait toute seule, comme une grande quoi! Merci PA d’approuver! Merci!...NON AMANDINE! Tu n’as pas le droit de dire ça! Pas du tout!

Mel’ devait être sous le sortilège de l’impero, c’est clair. Elle pouvait pas dire autant de conneries en si peu de temps. Même Antho’ la regardait avec de grands yeux intrigués et amusés. BREF tout se passa bien vite puisque Mel attrapait déjà le bras d’Amandine pour la tirer ailleurs. Genre, un peu plus loin, question de respirer un peu. Elle n’aimait pas ça, elle-même ne comprenait pas sa réaction.

Antho’ croisa le regard d’Amandine et eut un rire en comprenant ce qu’elle voulait dire…parce que oui, il comprenait bien le amandien. Il retourna ensuite son attention sur PA en disant qu’il ne comprenait absolument rien. Il joignit son rire au sien quand même, les femmes, c’était drôle des fois, non?

Anthony : ‘’Et pourquoi la situation se retourne contre moi hein?, il eut un petit rire avant d’hausser les épaules, désolé, je ne veux pas te faire de la peine, mais le gris n’était pas pour toi comme tu as sûrement bien deviné.’’

Oui, Antho’ était fier et il ne disait pas ça comme un macho! Plus comme un ‘’Elle est magnifique ma cavalière, non?’’ Il sourit puis regarda les filles au loin avant de regarder PA.

Anthony : ‘’Alors..dis-moi tout.’’

Dit-il avec un sourire entendu. Ouais, il avait vu le regard, il commençait à voir ce qui se passait. Il regardait Mel comme lui regardait sa Amandine…notre PA avait-il un œil sur la professeure des potions? Antho’ se disait que ça ne ferait pas de mal à Mel’ d’avoir un gars comme PA dans sa vie. Quoi? Il a le droit de penser ça! Il connait bien Mel’ et son instinct de grand frère lui disait que Peter était un très bon garçon.

Mel’ ne regarda pas tout de suite Amandine, elle se sentait si stupide, elle était d’un beau rouge vif. Mais fallait te calmer Mel’ ça faisait beaucoup trop rouge avec ta robe! Ce fut quand elle posa la question qu’elle répondit. Heureusement, elle n’était pas ‘’si’’ gênée de parler à son amie, en même temps, il fallait qu’elle extériorise ce qui venait de se passer. Elle la regarda en biais en prenant deux coupes de champagne.

Melina : Je ne sais pas, Amandine, j’ai aucune idée de ce qui vient de se passer, on dirait que deux fils se sont touchés dans ma tête. Ce que tu as dit, ensuite ce qu’Antho à dit à PA, je me suis sentie super mal à l’aise, mais pas…mal à l’aise mal à l’aise, mal à l’aise plutôt…bref, je suis pas claire. Je crois que je viens de détruire le record de malaise pour une vie entière…

Elle se risqua ensuite à la regarder en face avec un air ‘’j’ai besoin d’aide je crois’’ peut-être parce qu’elle avait comparé un bref instant PA et Tristan dans sa tête, ça faisait trop étrange.

Melina : ‘’Je voudrais me fondre dans le plancher plutôt que d’y retourner, j’ai l’impression d’avoir le QI de Vanessa. C’est bête…’’

Elle soupira avant de détourner les yeux pour regarder en direction des gars en se demandant si elle allait avoir assez de courage pour se rendre là...Amandine, tu allais devoir initier le mouvement pour aider ton amie!

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 11 Fév - 8:51

Une abeille de Hunger Game? La référence n’aurait pas pu être plus parfaite que cela. Non, mais vraiment! Cela aurait vraiment été gentil de sa part, si Mélina s’était sacrifiée comme cela pour sa meilleure amie, mais malheureusement sa magnifique folie n’avait en rien avoir avec Amandine et Anthony et cela, tout le monde le savait, même Mélina. Ouf! Une chance qu’elle a pris la fuite avec Mélina, car la tranchée de malaise aurait continué et ce n’aurait été encore moins drôle pour le Professeur de potions, mais encore plus drôle pour le reste du groupe présent. Avais-tu besoin de respirer Blanche-Neige, ou tout simplement partir très loin du Professeur de balais? C’est quand même une question qui se pose. Sauf que même si tu es loin physiquement des garçons, les questions restent quand même en suspens. Et elle n’était pas la seule à ne pas comprendre sa réaction, personne ne la comprenait non plus. Pas même Amandine qui la connaissait si bien.

Puis Anthony et Peter se retrouvèrent seuls. À se parler, entre hommes. Anthony accusa le Sincère que la situation se retourna contre lui. PA haussa les épaules, avec un sourire amusé aux lèvres. Bien, non, ce n’était rien de méchant, seulement qu’il voulait rendre la monnaie de sa pièce. C’est eux qu’ils sont arrivés en les pointant du doigt, qu’ils étaient venus ensemble alors que c’était… à demi vrai. Il faisait cela aussi peut-être pour « venger » Mélina, d’une certaine façon, du genre : « Il n’y a pas qu’elle qui a des choses à cacher, hein? » Ce qu’il était gentil, le Joueur de Quidditch.

PA : « Je me doutais bien que ce n’était pas pour moi… »

Il dit cela en mettant la main qui ne tenait pas sa coupe contre son torse, théâtralement, du genre : Je suis désolée, mais je comprends, elle est très belle ta cavalière. Il voyait bien qu’il était fier de sa cavalière. Il en fallait bien un des deux qui était fier. Pas qu’Amandine ne l’était pas. Au contraire, simplement qu’elle ne le démontrait moins. À vrai dire, elle ne savait pas comment agir et c’est pour cela que ça ne paraissait moins. Lorsque le Guerrier regarda les filles, il aura pu voir les deux Demoiselles, une en face de l’autre, tenant une coupe de champagne dans chaque main, discutées. Puis, le Professeur des Défenses revint à Peter. Celui-ci était toujours souriant. Anthony voulait qu’il dise tout? Qu’il dise tout sur quoi? Il se doutait bien que cela avait rapport avec Mélina, surtout avec la réaction qu’elle venait d’avoir et puis, PA ne se cachait pas, il ne voulait pas avoir l’air harcelant, mais il n’était pas menteur. Et pour lui, dissimuler son intérêt était une façon de mentir. Oui, Mélina, il aurait bien des choses à comparer entre le Brun et le Blondinet, car en tout point, ils sont différents.

PA : « Tout…. » On note l’humour ici…. « À vrai dire, il n’a rien à dire pour l’instant… Je crois seulement… Enfin de ce que j’ai vu, qu’elle a besoin d’une présence… »

En parlant de présence, il ne parlait pas d’Anthony et Amandine. Il ne parlait pas de ce genre de présence. Ni du genre amoureux. Seulement une présence. Et Peter avec la conviction qu’il lui apportait. Ne sachant trop comment et sachant qu’ils étaient dans un début de relation, même si c’était seulement d’amitié, il savait qu’il répondait à quelque chose. Et tout ça, laissait croire qu’Anthony avait raison, que PA était un bon garçon.

De côté des filles, Amandine, quant à elle, fixait son amie. Elle ne laisserait rien penser et pour l’instant, elle ne pensait pas au fait qu’elle accompagnait Anthony, mais pas seulement en amie. Donc, le malaise général lui convenait parfaitement. Elle souriait, elle trouvait son amie mignonne de réagir ainsi pour aucune raison. Enfin, pas apparente, du moins. Elle rougissait, en fait, elle était sur le point d’exploser. Oui, c’était adorable. Elle l’écouta attentivement, puis répondit…

Amandine : « Mal à l’aise… Dans le genre que ça ne te dérangeait pas qu’on pense cela? Mais gênée qu’on le découvre? » Elle essayait quelque chose, mais elle connaissait quand même bien son amie pour croire que cela pouvait être possible. « C’est sur que le niveau de malaise de vie vient de monter d’une flèche avec toi… »

Elle ria légèrement, pas d’elle mais de la situation. Elle jeta un coup d’œil aux jeunes hommes et revint à son amie. Elle avait besoin de son aide? C’est ce qu’elle venait de lui donner, en lui disant ces quelques mots. Peut-être avait-elle besoin que quelqu’un mette des mots en bouche. C’est ce que Amandine venait de faire. Et elle ria de nouveau, très fort, lorsqu’elle se compara à Vanessa. Elles sont si amies à détester les mêmes personnes. Si Amandine détestait Tristan, ce l’était encore plus avec Vanessa.

Amandine : « Arrête… au moins, tu ne t’es pas accrochée à son cou, c’est déjà ¸a. Vient, ils doivent attendre leur coupe et dis-toi que Peter semble être un bon garçon… Je ne crois pas que ce malaise l’ait effrayé. Il a l’air d’être capable d’en prendre. »

Elle lui sourit, un sourire rassurant, puis elle invita Mélina à la suivre, se dirigeant vers les garçons. Arrivée à leur hauteur, elle tend une coupe à Anthony, prenant une gorgée de la sienne.

Amandine : « En passant, tu es très belle Mélina, j’adore ta robe… »


Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Jeu 11 Fév - 15:08

Voilà. C’était contagieux. C’était sa la raison! Amandine était contagieuse. Sa crainte et tout le reste avait déteint sur Mel…! C’était possible? Non, pas du tout. D’autant plus que dans les deux ne se sentaient pas réellement pareil, c’était pas du tout le même contexte en plus. PA était nouveau dans leur vie, tout frais tout neuf…mais il s’intégrait bien, il n’était plus un inconnu pour personne dans le groupe c’était certain. On pouvait seulement dire qu’il prenait de plus en plus sa place et son importance…À ce point? C’était difficile à expliquer. Il y a des choses qui s’expliquent mal, tout comme la réaction de Mel’ quoi. Sérieux, les tranchées de la Première Guerre Mondiale aurait eu l’air de rien comparé à celles de malaise de la brunette. Et elle tentait de ne pas trop se poser de questions, non il fallait pas. Il valait mieux pas, c’était trop…incompréhensible. Le cerveau de Mel’ avait sûrement fait un shot down.

Passons aux garçons, plus calmes, plus drôles. Anthony aimait bien PA, on pouvait toujours s’attendre à la vérité avec lui, par de faux semblants ou de sous-entendus. Quand il fit son comédien, Antho’ ricana et alla pour suivre son jeu, mais ça ne finirait clairement pas, il avait des choses à demander. Antho’, maintenant qu’Amandine n’était pas à côté pourrait dire à PA qu’il avait voulu l’invité, mais qu’il attendait de voir puisqu’Amandine pouvait quand même être imprévisible. Pas négativement, mais il avait gardé son petit bonheur pour lui, mais là ils étaient au bal, il n’avait plus de marche arrière Amandine. Bref, revenons à PA. Oui oui, tout. Antho eut un sourire quand il nota l’humour dans sa réponse, c’est un p’tit comique hein! Son sourire diminua un brin quand il termina de parler et il observa alors PA, un peu plus. Il eut un rapide haussement des sourcils en même temps qu’il regarda au loin un bref moment.

Anthony : ‘’Tu ne saurais pas mieux dire mon ami…plus qu’elle ne le croit elle-même.’’

C’était dit dans un murmure avant qu’il ne le regarde de nouveau et qu’il sourit. Mouais, Antho’ en savait des choses lui aussi. Parce qu’en plus d’être un faux frère pour Mel’, il était ami avec Tristan. Pas que Tristan était très bavard, mais s’il l’appréciait comme ami, il savait qu’il n’était peut-être pas le parfait homme pour Melina. Tristan attirait les filles comme un aimant, mais la plupart restait des gens de groupies. Melina était un peu une princesse dans le lot, elle méritait de se faire traiter de la sorte. Et disons que PA entrait plus dans le profil Prince Charmant. Tristan faisait plus…hm…voilà. Oui oui, Antho’ était un frère magnifique!

Revenons à Blanche-Neige et Boucle d’Or. Au moins, Amandine souriant, ce qui avait pour effet de beaucoup rassurer et de détendre Mel. À ses premières paroles elle ne sut pas quoi répondre, elle sembla être près de répondre plusieurs fois avant de finalement faire un ‘’Ahhh’’ bien faible de découragement. Elle allait les caler les deux coupes si ça continuaient…mais non! Elle n’était pas ivrogne. Elle rit au moins à la blague, faiblement. Merci Amandine. Au moins elle joignit son rire quand elle mentionna Vanessa. Valait mieux en rire qu’en pleurer. Son sourire rassurant eut raison d’elle et elle marmonna faiblement.

Melina : ‘’Mouais, tu as raison…’’

Mais c’était si beau de ce côté du chapiteau…NON aller, courage, elle suivit Amandine et donna une des coupes à PA, un faible sourire sur ses lèvres. Oui, elle était encore un peu rouge, mais Amandine se lança dans un compliment, Mel’ pivota ses iris clairs sur elle en souriant.

Melina : ‘’Merci, mais toi tu es superbe! Ta robe est fantastique, je l’adore!’’

Elle lui sourit gentiment puis elle regarda Antho’, celui-ci avait pris son verre et prenait déjà une gorgée quand il croisa le regard de Mel. Il haussa un sourcil, un sourire moqueur qu’il retient. Mel’ allait pour parler, mais il la coupa.

Anthony : ‘’Je sais, je suis fantastique aussi.’’
Melina : ‘’On a du mal à te reconnaître quand tu ne ressembles pas à un gros bucheron’’
Anthony : ‘’Un bucheron?! Toi on te reconnait presque pas sans ta grande robe de sorcier savant fou’’

Melina ouvrit de grands yeux avant d’éclater de rire. Antho’ joignit son rire au sien, ils agissaient comme ça pour se complimenter, c’était fraternel.

Puis soudainement la scène s’illumina d’une couleur ambré, des gens arrivant de sur le côté de la scène, personne ne les avaient vu entrer. On reconnaissait la direction et les quatre directeurs des maisons puis il avait un inconnu. Et quel inconnu! C’était un grand homme au regard sympathique, les cheveux qui lui frôlaient les épaules, blonds. Il semblait avoir un certain âge, mais il se conservait magnifiquement bien. Il était vêtu très classique, très élégant. Chemise blanche, pantalon, nœud papillon et veston noirâtre. Le revers était d’un bleu foncé miroitant. Par-dessus, un genre d’autre veston, mais long celui-là. Il regarda tous les gens présents d’un regard qui semblait bienveillant tandis que le directeur s’avançait pour faire son discours.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 11 Fév - 17:22

Ce n’était absolument pas contagieux. Non! Mélina, ne te trouve pas d’excuses, il a eu un malaise gigantesque et rien n’avait causé cela, sauf la réaction elle-même de Mélina fasse au dynamique duo qui était arrivé. En plus, les deux, ce n’était pas du tout la même situation, puisque Amandine accompagnait réellement Anthony, alors que là, Mélina aurait tout simplement pu répondre qu’ils s’étaient croisés et ne pas devenir rouge pivoine comme sa robe. Et le fait que Peter soit nouveau rajoute encore plus un malaise, car jamais on aurait douté Mélina réagir de cette façon pour un nouveau venu. Oui, on peut le dire, la réaction de Blanche-Neige est difficilement explicable. Non, Mélina, ne te pose pas trop de questions, car depuis des semaines Amandine se pose des questions au sujet de l’invitation d’Anthony et tu vois, elle a rejeté ses problèmes chez autrui. Donc, poses-toi pas trop de questions, cela pourrait revenir contre Amandine, hihi!

Le Sincère ne lui en voulait pas de ne pas l’avoir dit, pour lui et Amandine. Il comprenait sans savoir qu’il devait avoir des petits trucs à régler entre eux. Dans le sens, de se parler, de clarifier des choses, car il savait pertinemment qu’il se passait quelque chose entre la Blondinette et le Grand Brun. Puis, sans connaître l’histoire entre Tristan et Mélina, le Professeur de balais avait misé juste en disant que celle-ci avait besoin d’une présence, peu importe ce qu’elle comportait. Anthony donna même sa bénédiction. À la suite de sa phrase, Peter eut un sourire plus stable. Enfin, comment dire? Moins de rire, plus de compréhension. Difficile à expliquer. Peut-être que finalement cela lui faisait quelque chose d’avoir raison. De savoir qu’effectivement Mélina avait besoin d’une présence. Il trouvait cela dommage en plus de constater qu’elle-même en n’avait peut-être pas conscience suffisamment, en tout cas, les paroles du Guerrier laissaient croire cela. Oui, Anthony était bien placé pour dire cela, il était à la bonne place. Dans le clan du milieu. Celui de Tristan et celui de Blanche-Neige. Bref, Peter ne voulait pas embarquer dans un manège de questions, cela regardait le Professeur de potions. Si elle voulait lui en parler, il l’écouterait, ça il n’a pas de doute.
Puis, du côté de Mélina et Amandine. Cette dernière n’avait pas dit ses premiers mots pour encore plus rendre mal à l’aise son amie. Non. Des fois, une vue extérieur de la situation fait du bien et c’est ce qu’elle voulait apporter à son amie. Elle continua simplement de sourire. Puis, le duo féminin s’était dirigé vers les jeunes hommes, après que Mélina ait donné raison à l’aide-Infirmière. Celle-ci accepta avec joie ses paroles, car de toute façon, elle avait toujours raison. Les divisions de discussions avaient terminé. La soirée pouvait continuer. Lorsqu’elles revenaient vers eux, PA sourit à Amandine, puis à Mélina. Il la regardera un moment, comme pour lui dire : « Tu n’as pas à t’en faire…. Je ne reviendrai pas là-dessus, si tu ne veux pas… » Mais celle-ci regardait déjà la Blondinette qui l’avait complimenté. Son sourire s’accentua, car il pensait exactement la même chose. Il prit une gorgée de son champagne, ayant un regard plus sur tout le monde, maintenant.

Amandine : « Merci! Je ne me souvenais plus d’avoir un corps, avec la course, je me suis permis de me le montrer… »

Elle eut un léger sourire timide, puis pris d’un trait son champagne. C’est vrai que sa robe avait quelque chose de particulier. Elle était intense quand même. Certains étudiants masculins lui jetaient même des regards plus prononcés, mais cela elle ne le voyait pas, trop occupée à être avec ses amis. Et pour de ses paroles. Cela faisait référence qu’elle avait tellement perdu du poids avec la mort de Félix et qu’avec la course cela l’avait travaillé, transformé, qu’avec la confiance en plus de ce changement, elle avait voulu se montrer. Puis, on revint sur le sujet d’Anthony. Alors là, Amandine et Peter éclatèrent de rire, au même moment, suite à l’échange entre les deux Professeurs. Un gros bûcheron. Il n’avait pas de doute là-dessus, c’était trop drôle.

Amandine : « Tu vois, moi j’ai dit que cela faisait changement que d’être son homme sale. Pauvre petit chou, si on continue comme cela, il ne s’habillera plus ainsi… »
Peter : « On voit que tu as le tour avec la gente féminine… Je crois que pour la robe de sorcier, tu dois te mélanger avec McCarthy. »

Et le Professeur de balais eut un nouveau rire, suivit d’Amandine. Celle-ci jeta un regard à Anthony, accompagné d’un clin d’œil, pour lui approuver qu’elle le trouve vraiment beau ce soir. Que ses paroles étaient des blagues. Qu’en fait, elle le trouvait même beau en Homme sale/Gros bucheron. Et Peter dissimulait un petit compliment en humour à l’intention de Mélina. Sans la regarder, car il ne voulait pas créer un autre malaise, non, il observait en générale le groupe, buvant de temps en temps une gorgée.

Puis l’ambiance changea encore, mais là c’était au niveau général. Les élèves se rapprochaient de plus en plus de la scène pour voir et écouter ce qui allait se passer. Amandine et Peter se retournèrent également en direction de celle-ci. Tiens, il aurait surement des discours, suite à toute cette Guerre et au renouveau. Le bal était fait pour cela en quelque sorte. Puis, Amandine remarqua l’Homme inconnu. Elle jeta un regard en biais à Mélina, passant un doigt sur son nez, de sa main vide. Leur petit rituel lorsqu’elles trouvaient quelqu’un de beau, mais de se le dire de façon subtile. C’est qu’il était très bien conservé le Monsieur. Puis, le Directeur fit son oral. Il remercia les Professeurs pour la rentrée si fantastique. Les étudiants et le personnel applaudirent tous en cœur. Il commenta la situation, dit de belles paroles avec de beaux proverbes. Encore des applaudissements. Ensuite chaque directeur de maison dit son discours, ressemblant un peu au précédent, mais en restant sur la note positive. Encore une marre d’applaudissements. Puis, le Directeur revient parler, mais pour Présenter l’Inconnu. Celui-ci était un donneur… Bref quelque chose d’important en lien avec l’école et il voulait s’adresser à la population de celle-ci. Il termina de le présenter en disant : « Veuillez applaudir, Monsieur Gabriel Alexander Henry 2ième du nom Ryans… » Et là, les applaudissements augmentèrent d’un volume. C’est que les filles n’étaient pas aveugle non plus. Peter avait suivi tous les discours et avait applaudit au bon moment. Amandine avait fait de même, mais à la fin du nom, elle arqua un sourcil et lança un regard en biais à Anthony. Heu? Est-ce qu’il avait un lien avec le Grand Blond? Hm! Et non, elle ne regardera pas Mélina, pas pour la stresser et mettre des doutes pour rien dans sa tête.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Jeu 11 Fév - 20:32

Oui au fond, le malheur des uns fait le plaisir des autres comme on dit! Il ne fallait cependant pas exagérer, il n’avait pas eu mort d’homme quand même! Antho’ et PA avait même eut un semblant de rapide conversation assez sérieuse qui en disait beaucoup sans en dire trop. Antho’ n’osait pas en dire trop sur son amie, parce que c’était à elle de s’ouvrir et non à lui de dire certaine chose. Comme Tristan. Il n’allait pas parler de Tristan à PA, du moins, en lien avec Melina bien sûr.

Bref, les filles étaient revenues et des sourires étaient échangés. Elle croisa un petit moment le regard de PA, un sourire de remerciement pour…sa façon d’agir tout simplement, c’était gentil de ne pas en faire une montagne pour le moment. Mais Amandine attirait déjà son attention et son commentaire lui fit faire un sourire attendrissant.

Melina : ‘’Tu as bien raison! Et tu as bien choisi ta robe.’’

Les filles n’étaient pas vulgaires, loin de là, c’était surtout parce que Mel’ savait un peu par quoi était passé Amandine alors oui, c’était bien qu’elle se sente belle. Ce soir, elle était particulièrement magnifique, surtout qu’on sentait bien que les regards se portaient sur elle. Puis la conversation fut plus humoristique entre Antho’ et sa fausse sœur. Antho’ regarda Amandine pour la remercier de son soutient puis aux paroles de PA, il rétorqua de suite.

Anthony : ‘’Nah, pour moi, Mel’ compte pas vraiment comme une fille, c’est un genre de…machin ambulant qui ressemble à une de mes sœurs.’’

Un MACHIN AMBULANT! Sérieux, Anthony Tremblay, tu allais avoir du mucus de veracrasse et des yeux de tritons dans ton prochain café! Il eut un petit rire général, un clin d’œil pour Antho’ qui le fit sourire un peu plus. Lui aussi avait terminé sa coupe, Mel’ sirotait tranquillement le sien, elle n’allait pas exagérer ce soir. Puis finalement l’attention fut sur la scène en avant, Antho et Mel’ suivant le mouvement général de têtes. Mel’ croisa le regarda d’Amandine et elle mit une main sur ses lèvres pour ne pas rire tandis qu’elle acquiesçait d’un mouvement de la tête. Oui, très beau monsieur! Bref, suivis de longs et encourageants discours sur le renouveau d’après la guerre, sur le positif, sur la paix, sur l’importance d’être forts ensemble, et c. etc. Mel regardait en silence, applaudissant quand il le fallait. Tout comme Antho’ d’ailleurs. Puis vint le temps de présenter le nouveau venu. C’est qu’il avait un nom long comme la terre lui!...Puis elle s’arrêta d’applaudir un bref moment quand elle entendit le nom de famille. Il lui semblait qu’il avait quelque chose d’étrangement familier. Elle avala sa salive en prononçant les quelques mots suivant.

Melina :‘’C’est le père de Tristan.’’

Quoi, elle le savait? Non, pas du tout. Mais les yeux. Elle connaissait ses yeux. Sauf que ceux-là n’étaient pas froids et mystérieux, ils étaient gentils et compatissants. Puis elle regarda les autres un après les autres et rajouta avec un demi-sourire.

Melina : ‘’Le nom de famille et il a un air de famille, vous ne trouvez pas?’’

Ça aurait pu être son oncle! Ou une autre personne de sa parenté. Non, non c’était son père, elle aurait mis sa main au feu. D’ailleurs ce dernier sourit en serrant la main du directeur.

Gabriel : ‘’Bien le bonsoir, c’est une magnifique soirée d’automne et dans un sublime décor que l’on peut célébrer la paix nouvelle et de se souvenir de ce qui est vraiment important dans chacune de nos vies…’’

Il continua un discours éloquent sur l’importante de l’amour, du soutient, du courage. Souhaitant qu’aucune autre période de notre histoire ne connaisse une partie aussi noire, aussi sombre. Qu’on continue de mettre l’accent sur l’accord avec les enfants moldus et que la différence n’est pas réelle. D’être contre les stéréotypes. C’était beau, d’autant plus qu’il avait une voix basse, chaude et douce à l’oreille. Il souriait en parlant, on dirait qu’il tentait de regarder chaque personne dans les yeux au moins une fois durant son discours. Ses mots furent salués par un tonnerre d’applaudissements. Il se recula alors pour laisser de nouveau la place au directeur.

Directeur : ‘’Maintenant nous pouvons ouvrir officiellement le bal. Cependant, les directeurs des maisons et moi-même avons été approchés par certains élèves qui avaient une idée farfelue, mais qui nous sembla amusante; Les couples pour l’ouverture seront composés des membres adultes de l’école et seront pigés complètement au hasard devant vos yeux.’’
Gabriel : ‘’Oh, ça l’air amusant, puis-je me joindre au jeu?’’

Dit l’invité avec un grand sourire, le directeur sourit en l’invitant bien sûr à participer avec chaleur. Quelques élèves –surement ceux qui ont eut l’idée- éclatèrent en cris de bonheur et de rire. Deux grands plats de verre furent approchés avec les noms sûrement des adultes. Gabriel sortit sa baguette et d’un mouvement souple ajouta son nom dans le bol ‘’garçon’’. Maintenant tout appartenait au hasard!

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Ven 12 Fév - 9:02

Un machin truc? Vraiment, Anthony? Ho que tu n’es pas gentil, tu as des yeux quand même et en matière de sœur… Tu ne peux pas chialer vraiment, car elles sont toutes plus jolies l’une que les autres et Mélina n’échappe pas à cette règle, même si c’est ta fausse sœur. Il devait être le seul de leur entourage à trouver ses sœurs comme machin truc ambulant, hen Tristan? Ho, les absents ont toujours tard, il ne pourra donc pas commenter cette magnifique phrase et cette magnifique famille.

Une chance que les Directeurs et l’invité spécial avaient fait leur entrée, car cela aurait pu durer des heures leur petite chicane de famille sans famille. Donc voilà, les Demoiselle avaient trouvé particulièrement joli l’invité donneur. Le petit groupe avait écouté les discours sans broncher. Tous, sauf un. Oui, l’Homme, le Grand Blond. La troupe avait titillé au nom du Monsieur. Et avec raison, car il portait le nom de famille d’un de leurs bons amis. En parlant de celui-là. Il s’était silencieusement introduit dans le Chapiteau. En fait, non! Cela faisait un moment déjà qu’il était là. Il était arrivé avec Madame Malinowski, Professeur d’études aux moldus. Une femme dans la cinquantaine, qui ne laissait rien paraître. Encore un très bout de Femme d’ailleurs. Ils avaient échangés, rit. Le Prince avait même remarqué le quatuor, mais avait décidé de ne pas les voir. Pas tout de suite. Il calculait sans doute. Et eux, peut-être qu’ils ne l’avaient pas vu, car ils étaient occupés à respirer et à créer des malaises… Tiens. Donc, voilà, les discours avaient commencé. Il s’était faufilé jusqu’à ce qu’il peut appeler « amis ». Au même moment, Mélina prononça ces quelques phrases. C’est que voyez-vous, Le Stagiaire était sans doute aussi surpris qu’eux, mais ne laissait rien paraître. Non, il ignorait la venue de son Père ce soir. Donc, voilà, il s’introduit entre Amandine et Anthony, plongeant ses mains dans ses poches. Il chuchota…

Tristan : « C’est bien mon Père… »

Amandine sursauta, retournant son minois vers le Nouveau venue, le toisa, arqua même un sourcil, elle regrettait déjà de l’avoir trouvé beau le Dady. Il était là depuis combien de temps, celui-là? Alors que Peter tourna sa tête vers le reste du groupe. Ne disant rien, ne faisant rien de particulier. Seulement boire de temps en temps quelques gorgées de son champagne. Et en parlant d’air de famille. Oui, les deux Hommes se ressemblaient. Cheveux de paille, perles d’émeraudes, grand. Le même genre de sourire charmeur, qui faisait fondre la gente féminine, mais pas exploiter de la même façon. D’ailleurs, habillé aussi chic, Tristan lui ressemblait d’avantage. Celui-ci portait un ensemble dans les teintes de vert qui rehaussait son regard. Pantalon et veston fermé. Une chemise blanche en dessous du veston. À son cou, une cravate lignée dans les même teintes que son ensemble. Cheveux parfaitement placés. Oui, comme toujours, il était magnifique et il dégageait le Monsieur.

Donc, voilà. Son papa fit son discours. Tristan garda le silence tout comme Amandine et Peter. Ils écoutèrent ce que le Monsieur avait à dire. À la fin du discours, Peter applaudit, ainsi qu’Amandine, elle moins fort que le premier, alors que Tristan garda ses mains dans ses poches. Puis vint le moment où le Directeur parla du petit jeu pour la première danse. Amandine eut un coup au cœur. La première danse? Qu’est-ce que cela voulait dire… Si elle avait eu une coupe pleine, elle l’aurait bu d’un trait. Encore une fois. Puis, Gabriel proposa d’embarquer dans le petit jeu. Une main de Tristan quitta son pantalon allant frapper son front. C’était bien son père… Petit soupire, puis la mimine retournera se nicher.  Donc, l’Homme rajouta son nom dans le vase des Hommes. Le Directeur avança sa baguette et commença à constituer les couples dansant…

Directeur : Madame Malinowski avec Monsieur Dumouchel…. (Et ainsi de suite.) Ho…. Monsieur Ryans père… (Il eut un silence.) … Avec  Madame Roy… (Amandine eut de grands yeux, préférant continuer à regarder en avant plutôt de porter attention à l’attention qu’elle avait justement.) Monsieur Tremblay… Avec Madame McCarthy. (Peter éclata de rire, Amandine aussi, Tristan aussi. Il a eu sa vengeance du vomi.) Et pour terminer, malheureusement, il va avoir un Monsieur seul…. Meilleure chance la prochaine fois. (Petit rire de la part du Directeur.) Monsieur Ryans fils avec … Madame Johnson.  

Silence général. Enfin, au niveau du groupe. C’était le hasard qui décidait après tout. Il eut un petit soupire de la part de Boucle-d’Or, mais un aussi de la part du Prince. Il ne restait que lui et Peter, cela n’aurait pas pu être l’inverse. Quant au Professeur de balais, il sourit au reste du groupe, se retirant en silence, saluant d’un mouvement de tête. Du genre : « Je m’occupe de vos consommations pour votre retour. »Puis, il prit chaque coupe dans les mains des personnes qui allèrent danser, se dirigeant vers la table à boisson. Amandine le remercia, en chuchotant. Tristan regardait droit devant lui. La Blondinette portant un petit regard à son Accompagnateur, du style : Désolée…

Tristan : « Viens Amandine… Je vais te présenter mon Père… En passant, je suis ravie que tu accompagnes Anthony…  Mélina, je reviens dans un instant."

Il dit cela avec un sourire, à l’intention de la Blondinette et du Guerrier. Pour le bout de phrase concernant Mélina, ce n’était pas vouvoyer, c’était froid, sec, sans regard non plus. Bref, rien ne laissait place à la sympathie. Amandine figea un moment, en comprenant ce qu’il venait de dire. Non, mais, comment tu le sais toi???? Cela prit un moment, car elle pensait à un plan pour le tuer. Un coup de talons hauts dans chaque œil, cela pourrait faire l’affaire, non ? Puis, elle se décida à avancer, lançant un dernier regard à Anthony. Non, elle ne regardera pas son amie. Trop gênée de ne lui avoir rien dit. Il fallait bien Tristan absent pour tout dévoiler. Donc, les deux blonds se dirigèrent vers la scène, une fois à cette hauteur, le Ténébreux salua son père avec  un sourire aux lèvres, Amandine en arrière de lui, léger sourire timide quant à elle.

Tristan : « Je ne savais pas que vous alliez être ici… Mais je suis bien content de vous voir, Père. Laissez-moi vous présenter Mademoiselle Roy, de plus, vous allez sans doute avoir la plus belle fille de la soirée à vos bras ce soir, vous devez être chanceux… »

Amandine écouta en silence sa présentation. Elle cligna des yeux plusieurs fois. Tristan faisait de la fièvre. Il n’était pas charmeur. Il était même … Presque sympathique. Et attend minute, plus belle? Elle cligna des yeux à nouveau. Bon, faudrait que tu parles, Blondinette, car, là tu sembles être une statue.

Amandine : « Il exagère… »
Tristan : « Non…  On a des yeux...»
Amandine : « Bref, bien contente de vous rencontrer et de danser avec vous… »

Puis, Tristan sourit à son Père, puis à Amandine. L’Abeille d’Hunger game était revenu? Puis, il retournera vers le duo restant, perdant peu à peu son sourire. Arrivé devant Mélina et Anthony, il chuchota, toujours de son ton glacial.

Tristan : « Tu viens… Mélina… »

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Ven 12 Fév - 15:32

Allons allons! C’était des blagues! Anthony adorait taquiner ses sœurs et aussi Mel’ par ailleurs. La seule sœur qu’il ne taquinait pas trop, c’était Joanie…parce qu’elle subissait plus souvent son humour la pauvre petite. Enfin…en public du moins, elle était pas mal moins pire juste avec sa famille. Bref, même Melina ne le prenait pas mal du tout, elle lui avait donner une bine sur l’épaule, genre…un bébé coup parce qu’il avait du muscle et au final, il avait plus de chance qu’elle se fasse mal!

Bref, les débuts du bal mirent fin à leurs plaisanteries. Discours des directeurs se succédant pour laisser place au Père Ryans. D’ailleurs, Melina commenta la première quand le directeur prononça son nom de famille, c’était d’une évidence troublante pour elle…et puis, bientôt une voix vint confirmer ses dires. Elle se figea, elle n’avait seulement détourné les yeux par surprise, mais rapidement, son regard alla se braquer sur ce qui se passait à l’avant. La colère sourde qui l’habitait depuis leur dernière rencontre se réveilla et son visage sembla s’éteindre de la petite lumière de plaisir qu’elle possédait quelques instants plus tôt à peine. Elle termina sa coupe de champagne d’un geste sec. Son cœur battait si fort qu’elle craignait que PA l’entende à côté d’elle. Antho’ eut un petit sursaut également en tournant son regard vers Tristan, lui…il eut un petit sourire pour le saluer avant de continuer d’écouter. Mouais, le clan du milieu n’était pas facile.

Antho’ et Mel’ joignirent leurs applaudissement aux restent des gens. Puis on parla d’un jeu…quoi? Non, Antho’ leva les yeux au ciel. Il ne pouvait pas danser seulement avec Amandine? Il eut un bref rictus, ah les étudiants quand même. Mel’ écoutait en fixant encore le devant, elle était presque devenue une statue, presque. Les noms se mirent donc à couler, son cœur battait encore si fort, ça faisait presque mal. Elle se serait gentiment moquée d’Amandine en voyant qu’elle était avec le père de Tristan. D’ailleurs, à l’évocation de son nom, le père leva les yeux vers la foule, cherchant des yeux qui pouvaient être sa cavalière, ce n’était pas difficile, tout le monde la regardait. À l’évocation de son nom et de sa cavalière, les épaules d’Antho semblèrent tomber d’un mètre de haut. Ah, c’est pas vrai! Sérieux?! Un plan pour qu’elle le tue cette vieille folle. Mel’ eut seulement un sourire amusé en abaissant brièvement son regard, c’est que son nom n’avait pas été dit encore. Ni celui de Tristan. Ni celui de PA. Puis le verdict tomba. Comme une pierre dans le cœur. Elle était maudite, c’était clair. Ça ne pouvait pas lui arriver. Elle ferma les yeux l’espace de quelques secondes, serrant les lèvres. Une migraine douloureuse s’installa dans sa tête. Peut-être qu’elle pourrait disparaître un peu? Genre quelques heures, quelques jours… Ça ne pouvait pas être sérieux cette histoire. Même Antho’ se passa une main dans la nuque, comprenant le malaise générale qui c’était installé de nouveau. Amandine avait bien dit qu’il n’avait pas de hasard…

Ce fut PA qui l’a ramena sur terre en prenant sa coupe, elle lui lança un bref regard, un regard lointain. Elle ne voulait pas être là, elle se força quand même pour faire un bien faible sourire pour le remercier, elle ne pouvait pas parler, sa gorge était complètement nouée. Antho’ sourit à Amandine, ce n’était pas sa faute. Puis les paroles de Tristan le firent lever les sourcils. Puis lui regarda Mel’ quand il finit de parler. Antho’ regarda Amandine partir. Un regard compatissant. Mel’ ne regardait personne, juste le sol, ses mains s’étaient jointes devant elle. Ce fut quand le duo fut partir que son ami se tourna vers elle.

Antho’ :Mel’ ça va al-.
Melina : Ça va Antho.

Elle le regarda, força un sourire, très forcée en secouant la tête pour s’excuser un peu.

Melina : Ce n’est qu’une danse.

Sa voix sonnait difficile, de loin. Elle ne l’avait pas regardé quand elle avait prononcé sa phrase. Antho’ la regarda, du regard inquiet du grand frère puis soudainement, on le tira par la manche, il pivota son regard pour tomber sur l’Antiquité sur patte.

McCarthy : Aller venez qu’on en finisse Tre-umblay. Et que je ne vous vois pas mettre vos mains….

Et Mel’ n’entendit pas la fin parce qu’elle le tira trop fort vers le centre de la piste de danse. Elle se retrouva seule.

Du côté des blonds, Gabriel descendit de la scène en voyant son fils se diriger vers lui. Un sourire charmant au visage, mais pas celui que tu reconnais en Tristan, Amandine, lui dégageait une chaude bienveillance. Il écouta attentivement son fils puis pivota ses billes sur la jolie blonde, toujours souriant, il prit sa main et s’inclina un peu pour la saluer dignement.

Gabriel : Enchanté de faire votre connaissance, Miss Roy. Il salua la jeune femme en premier par politesse puis regarda son fils. Je voulais te faire une surprise, je suis content de te voir aussi fils.

Il posa une main sur son épaule en souriant puis il regarda de nouveau Amandine en souriant.

Gabriel : Vous êtes ravissantes, le plaisir est pour moi de danser avec vous. Vous venez?

Il lui tandis son bras, dignement comme la personne de son rang pouvait l’être afin de la mener à la piste de danse. Il n’était pas gênant, du moins, pas volontairement, il semblait être le genre de personne qui voulait rendre les autres à l’aise.

Quand il revint vers Mélina, Tristan pu remarquer en premier qu’elle était seule. Pauvre petite poupée pâle dans sa grande robe. Elle ne se sentait pas bien, comme nauséeuse, mais elle ne laissait rien paraître. Non, elle tapait sur ses émotions à grand coup de haine. Donc elle avait simplement l’air stoïque, Blanche-neige ne fit que suivre Tristan. En silence. Un silence lourd, terriblement lourd…

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Ven 12 Fév - 23:08

Oui! Disons que les gens du groupe auraient préféré revenir au malaise général du début de soirée que de vivre ce qui se passait en ce moment. Ce n’était pas une situation idéale, mettons. Amandine et Anthony ne dansaient même pas ensemble. La Blondinette était prise avec le Père de Tristan. Sans parler d’Anthony qui était obligé de danser avec sa très chère McCarthy. Sans compter que Peter devait être seul. Puis, pour terminer, Tristan et Mélina devaient s’accompagner alors que les deux personnages préfèreraient être à des milliers de kilomètres de cette danse. Tout était joyeux. Dès lundi matin, Amandine ferait sa recherche à savoir quels brillants étudiants avaient eu cette idée. Tout d’un coup qu’ils étaient malades et qu’elle n’a pas envie de les soigner. Rancunière? Légèrement… Disons que cela avait créé un léger froid sur cette soirée qui devait apporter tant de changements.

Donc, voilà, chaque personne avait été rejoindre son cavalier. Commençons par Amandine. Il avait eu les présentions très étranges de Tristan. Une relation trop simple entre Le Père et le fils. Amandine en prenait note. Elle trouvait cela vraiment étrange, mais elle se sentait quand même privilégiée d’assister à cet échange. Elle sourit au Monsieur lorsque celui-ci lui prit la main. Il la salua comme on salua une Dame. Elle sentait gênée d’un coup, mais d’une gêne de petite fille. Oui, elle se sentait petite tout d’un coup face à cet Homme. Jamais, O grand jamais, elle aurait cru réagir ainsi face à un Ryans. L’Aide-Infirmière se saisit du bras du Gentlemen, car oui, cela en était un. Elle le suiva jusqu’à la piste de danse. En tout cas, il avait tombé sur la meilleure cavalière qu’il aurait pu. Elle connaissait ses danses tout de même. Elle se doutait que cela serait une valse. Elle était prête, même si cela faisait si longtemps. Elle se plaça. Dos droit, bras levés. Elle suivra l’Homme, flottant au rythme de la musique, avec son sourire à la bouche, c’est qu’elle aimait danser quand même. Elle ne dit rien, en tout cas pas la première, car elle ne savait pas quoi dire.

Alors que pour Anthony, il avait suivi McCarthy, les deux devaient chialer sur l’autre. Pour eux, ce sera sans doute leur plus belle danse à vie. Non! Mais bon, ce sera un charmant souvenir à raconter. Surement pas, mais pour les autres, oui. Tandis que pour Peter, il s’était ramassé à la table des boissons, prenant un morceau d’amuse-gueule ici et là. Certaines étudiantes étaient venues le voir, pour l’inviter à danser. Il avait été poli, avec son sourire, en refusant leur offre. Il avait une phrase du genre : Vous viendrez me voir lorsque vous ne serez plus de cette école. Cela voulait tout simplement dire qu’il ne pouvait pas. En tant que bon Professeur, même s’il était jeune, il respectait les valeurs de l’école. Il était droit le Peter. Pas qu’il ne voulait pas d’ennuis, simplement qu’il préfèrerait danser avec quelqu’un de son rang… Enfin, quelqu’un d’autre voilà. Lorsque cette danse sera terminé, il sera prêt, ou pas à revoir ses nouveaux amis. Enfin, tout dépendant, peut-être qu’il n’ira pas les revoir non plus. Il était justement nouveau au sein de ce groupe et il ne se voulait pas insistant.

Pour terminer, Tristan revint vers Mélina. Elle était seule, le Guerrier l’avait laissé pour danser avec la Chouette. Cela était peut-être mieux ainsi, il ne voulait pas faire face à Anthony et ses grands airs de Faux Grand Frère. Le Professeur de défenses était son ami, mais il ne voulait pas se justifier de ses agissements avec la gente féminine. Ce qu’il faisait de sa vie le regardait seulement. Égoïste? Surement, on en avait déjà parlé. D’ailleurs c’est sans doute encore ce mot qui était pris au creux de sa gorge qui avait de la difficulté à avaler. Donc, voilà. Le Prince se dirigera également vers la piste de danse. À deux couples environ d’Amandine et de son Père. Il était silencieux. Le minois fermé et le regard froid. Une fois arrivé à destination, il se retourna vers Blanche-Neige, la regardant fixement. Sans rien laisser paraître sur son visage que de la Haine. Droit devant elle, elle se saisit d’une main, l’autre allant se caller au milieu du dos de la Demoiselle. Même ses gestes étaient saccadés, sans douceur. Il était tellement loin d’elle qu’il aurait pu avoir un autre couple entre eux. Non, aucun mot ne sortit de sa bouche. Il n’en avait pas envie et ce qu’il aurait à dire ne serait pas nécessairement gentil. Donc, valait mieux qu’il se taise.

La musique commença. L’instinct d’Amandine avait raison, c’était une valse. Une magnifique valse, sur un rythme féérique. Tristan commença ses pas. Il avait le rythme et savait parfaitement ce qu’il faisait. En tout cas, ce n’était pas sa première valse. Du moins pour la danse. Car cela devait être sa première valse aussi silencieuse et austère. Tant qu’à elle, la Comédienne suivait les pas du Père à Tristan, connaissant parfaitement les temps et la cadence de la danse. Alors que pour PA, il se saisit d’une coupe de champagne et en prit une longue gorgée, lançant un regard sur les danseurs, surtout sur un couple en particulier…

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Ven 12 Fév - 23:40

Si Mel’ aurait pu lire l’avenir, elle n’aurait pas été à la soirée, point à la ligne. Juste pour éviter ce moment, éviter les 5 prochaines minutes qui allaient passer. S’enfermer dans son bureau, entouré de ses pots d’ingrédients à mijoter on ne sait quelle potion. Elle se jurait de trouver les élèves responsables et de trouver une raison de les mettre en retenue et récurer tous les chaudrons du château jusqu’à ce qu’épuisement s’en suit. Oh oui, elle était en colère. Elle aimait cependant mieux être en colère que triste. Oui. Elle ne voulait pas pleurer. Melina n’avait pas encore explosé depuis le retour de la guerre. Ça allait arriver s’ils continuaient sur cette lancée et ça ne serait pas beau.

Pour ce qui est de Gabriel, son début de soirée était parfait! Il avait la plus belle cavalière et il était content d’être là. Il dégageait beaucoup le papa Ryans, mais Amandine allait tout de suite noter la différence entre Tristan et son père. Le père avait une douceur certaine dans ses gestes, donc quand ils se mirent en position de valse, il était délicat…En fait, il agissait peut-être avec Amandine comme si ça avait été sa fille, après tout…n’avait-il pas eu une fille près de son âge? Il gardait un sourire sur ses lèvres en l’observant, l’air de rien, le papa avait noté toutes les personnes dont lui avait parlé son fils. Il avait cette jeune femme magnifique, ce jeune homme avec l’aide-infirmière qui devait être là durant son temps et la cavalière de son fils, mais il sentait le désert antarctique que dégageait le duo. Disons qu’il ne s’attendait peut-être pas à ça. Enfin, Gabriel continuait de mener la danse avec talent, avec une habitude certaine.

Gabriel : Et bien vous êtes une très bonne cavalière, dommage que je vous ai privé de votre accompagnateur pour cette première danse. Il ne semble pas être entre de très bonnes mains en ce moment.

D’accord, lui aussi savait tout sur tout, il avait un sourire dans sa voix quand son regard tomba sur Anthony et McCarthy. Cette dernière n’arrêtait pas de se plaindre qu’il faisait de trop grands pas, qu’il n’avait pas de rythme. Elle tentait de mener la danser alors qu’on sait toutes que les hommes font ça normalement, c’était tradition McCarthy, calme ton poil de jambe! Mais Antho’ faisait la sourde oreille en regardant devant lui en retenant des soupires, il ne voulait pas la regarder, genre, pour pas vomir oui. Mais il répondait à ses insultes en tentant de ne pas l’insulter aussi. Elle était folle, c’est sûr. Non, mais le formol ça se boit pas vieille chauve-souris! Antho’ jetait des coups d’œil vers les autres duos. Il ne se sentait pas terriblement jaloux envers Gabriel, regrettant de ne pas avoir eu la première danse avec Amandine…mais il préférait se dire qu’il allait en avoir d’autres, des danses. Oui, plusieurs autres espérons. Oh et n’oublie pas. Il y a la gente féminine dont Antho’ se fout et il y a celle qu’il connait, c’est pas pareil!

Revenons maintenant…à notre duo polaire. Elle ne parla pas non plus. Pas un seul mot, les lèvres bien serrées. Peut-être que tu n’avais jamais vu Melina aussi froide aussi beau Prince. Elle était en colère et pour une des rares fois, elle ne culpabilisait pas. Non. Du moins pas devant lui, pas maintenant. Elle positionna ses mains avec justesse. Elle était maladroite parfois la belle quand elle dansait, mais là, elle se promettait d’être excellente. D’être parfaite. Et puis…comble de malheur, tous les deux avaient une chimie bien visible pour danser ensemble. Il avait peut-être été le premier avec qui elle avait valsé à bien y réfléchir. Oh et tu la fixes beau blond? Alors elle ne te quittera pas des yeux non plus. Si tu savais comment ça lui prenait du contrôle pour faire ça, c’était tellement difficile, mais elle n’allait pas se décevoir elle-même. Elle se devait bien ça Blanche-Neige. Il fallait qu’elle se défende un peu, tu n’as pas toujours raison Tristan et Melina n’a pas toujours tort.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Dim 14 Fév - 8:59

Il avait tout d'un même un contraste entre le Père et le Fils. Le Père passait une excellente soirée, alors que la Fils, sa soirée laissait un peu à désirer. Pas qu'il s'ennuyait, disons qu'il avait un brin de distraction, non simplement, qu'il aurait mieux danser avec une autre personne. Le Ténébreux aurait même préféré danser avec la cavalière de son père, plutôt d'être avec celle qui était attitré. C'est pour dire que son plaisir était vraiment bas dans la courbe du bonheur. Mais bon, tant mieux si le Papa s'amuse, c'était le but de la soirée, de sa visite. Sans doute la plus part des gens devaient s'amuser. Oui, sans doute, mais un étrange karma s'était installé au sein du groupe. Levez la main ceux qui s'amusent entre Amandine, Peter, Mélina, Anthony et Tristan en ce moment? Hm, on note le silence suite à cette question. 

Donc, encore une fois, décortiquons duo par duo. En débutant par celui d'Amandine et Gabriel. Amandine notait la différence. Il était plus... paternel. Plus doux. Moins charmeur, sans toutefois perdre son charme. Il était un magnifique Homme qui dégageait d eta sécurité, alors que Tristan dégageait du mépris. Enfin, pour elle bien sûr. Elle suit le rythme de la musique, de ses pas, avec élégance et délicatesse. Se remettre à la danse était pour elle un petit bonheur et partager ce moment avec le Monsieur était certes un peu gênant, mais tout de même, elle profitait de la danse. Il agissait comme si cela était sa fille? Mignon, car après tout, il avait beaucoup de ressemblance entre Amandine et Delphine. D'une beauté naturelle, grande, aux boucles dorées. Un côté excentrique, théâtrale. Un caractère de caca qui explosait de temps en temps, mais ça il ne put le voir en ce moment même. Des perles qui parlaient, qui ressentaient des émotions au lieu de les dire. Seul la couleurs de celle-ci était sans doute le point contraire l'une de l'autre. Delphine avait un regard d'acier. Gris pâle au contour bleu foncé. Alors qu'Amandine avait les yeux de couleur d'automne, un mélange entre le brun, le vert et le doré. Puis, le Père prononça quelques mots. Il pourra sentir son dos se arquer, légèrement tendu tout d'un coup. Cette famille devait avoir des yeux et des oreilles partout. Elle nota le compliment, mais elle nota surtout la fin de sa phrase. Comment savait-il cela, celui-là? Elle garda son sourire, mais celui-ci devint plus délicat, plus timide. Elle jeta un regard en biais à Anthony. Pauvre de lui.

Amandine:"Merci, vous n'êtes pas mal vous non plus. (On note un peu d'humour ici. Elle voulait détendre l'atmosphère.) Hm! Il va s'en remettre, c'est quelqu'un de fort... Je crois qu'il peut survivre à ce moment ... Sans moi."

Elle avait murmuré ses phrases. Elle se sentait prise au piège. Comme son propre père avait découvert sa fille en train d'embrasser son premier amoureux, il y a des décennies. Elle se racla la gorge, puis continua à danse, reportant son regard sur le Monsieur. Puis, le duo peu probable entre Anthony et la Vieille Chouette. Pauvre Guerrier. Il avait sans doute eu la pire cavalière de la soirée, mais cette pige restera gravée dans les mémoires. Amandine se fera un plaisir de lui rappeler cette danse jusqu'à sa mort, si elle n'est pas ce soir. On ne sait jamais, Madame McCarthy pourrait lui tomber dessus et il mourrait d'asphyxie. Hm, non, on ne le souhaite pas, mais tout de même, c'est sûr qu'Amandine se fera un plaisir de lui rappeler ce moment. Tristan aussi. Surement Peter également. Et quelques étudiants. Bref, toute l'école. 

La musique jouait déjeta depuis un bon nombre de temps. Tristan se disait que cela faisait exprès. Qu'ils avaient choisi la plus longue mélodie sur cette terre. Oui, il en était sûr. Oh, étrange, elle savait danser la Blanche-Neige, ou cela tombait comme ça. Ils allaient bien ensemble, sur une piste de danse. Ho mon dieu que le Stagiaire aurait aimé qu'elle se plante, mais meilleure chance pour la prochaine fois. En plus, elle le défie du regard. Un petit sourire vint à ses lèvres. Un sourire froid, un peu arrogant. Il soutenu toujours son regard. Jusqu'à la fin de la mélodie. Les couples se stoppèrent. Il eut une vague d'applaudissements. Tristan nicha ses mains au creux de ses poches. La regardant toujours. Cela aurait pu durer des heures, mais il finit simplement par éclater de rire. Un rire machiavélique, presque silencieux, glacial. Puis, il secoua sa tête, reculera de quelques pas, se dirigeant vers la sortie la plus proche. Amandine avait terminé sa danse avec une légère révérence, pour remercier son accompagnateur. Lorsqu'elle était penchée dans sa révérence, elle remarqua au loin le départ de Tristan. Elle se leva immédiatement, posant son regard sur Mélina. Tant qu'à Peter, il avait noté la scène du début jusqu'à sa fin. Il se saisit de deux coupes et s'approchera du Professeur de potions. Il lui murmura...

Peter:"Viens, je vais te montrer le Lac... Je lui ai apporté une touche magique..."

C'était sa façon polie et subtile d eta sortir d'ici.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Dim 14 Fév - 18:51

Un contraste? Oh oui, on ne peut plus parfait, c’est clair! Mais ils restaient de la même famille quand même ces deux-là. On ne se cache pas que Tristan devait tirer un peu plus de sa mère. En tout cas, le père était content et passait un agréable moment avec la jeune femme. Lever la main ceux qui s’amusent? Attendez, Melina doit être dans le négatif des mains levées. C’était pénible et plutôt triste considérant que la soirée devait être un renouveau, un signe que la paix existait. Enfin, il ne fallait pas généraliser le monde et sa propre vie, n’est-ce pas?

Gabriel n’avait pas à faire quoi que ce soit pour que son charme se fasse ressentir. Il était un gentleman, tout ce qui a de plus poli et courtois. Un faible sourire trainait sur ses lippes en réalisant que sa cavalière était douée. Bien sûr, Gabriel remarqua rapidement la ressemblance entre Amandine et sa défunte fille. Tristan avait vu juste. Bien sûr, il le constatait un peu dans ce qu’il voyait en ce moment bien qu’il n’avait peut-être pas idée à quel point elles pouvaient justement se ressembler. Donc voilà deux ressemblances; sens de l’observation en plus de tout savoir. C’était agaçant n’est-ce pas Boucle D’or? Gabriel continuait de l’observer, c’est vrai! Pauvre jeune homme quand même. Puis elle répondit, tout d’abord son sourire se fit un peu plus amusé. Elle semblait timide, mais savait répondre. C’était adorable. Il rajouta quand même, peut-être pour la taquiner gentiment.

Gabriel : Il ne fera qu’apprécier davantage les danses suivantes.

Et il sourit d’un air heureux. Il n’avait pas connaissance de comment l’ambiance était glaciale pour les autres membres du groupe…Anthony, lui était en train de devenir fou. Genre, réellement.

Anthony : Vous me marchez sur les pi-
McCarthy : C’est vous qui ne savez pas diriger!

Il la transformerait en gros crapaud gluant s’il le pouvait. Ou en petit souris. Non, une souris, c’était mignon. Un truc moche. Peut-être une truite. Bref, il continuait de fixer au loin, oui concentration Elle allait finir un jour cette satanée valse! Il eut un peu de consolation en regardant Amandine. Il allait peut-être avoir une danse plus tard…cependant il croisa le duo de Tristan et Mel. Ça faisait presque mal de les voir, ça faisait frissonner tant qu’on dirait ils voulaient s’arracher la tête.

À eux deux, Tristan et Melina devait refroidir tous les couples dansant près d’eux. C’était une triste beauté de les voir ensemble, mais ô combien que ça ne semblait pas plaisant pour les deux parties. Tu crois qu’elle te défie Tristan? Non, elle ne cherche pas les problèmes, mais elle ne veut plus avoir l’impression d’être moins, d’être rien. Non, elle ne te défie pas, même si c’est ce que tu penses. Tu avais envie qu’elle se plante? Elle faisait tout pour ne pas se tromper, elle voulait être parfaite, encore une fois, parce qu’elle se battait contre elle-même plus que contre toi. Il avait eu le don de la faire sentir comme une moins que rien, mais la colère l’aidait tellement à se tenir debout à tenter de prouver qu’elle, Mélina Johnson, avait une valeur certaine et qu’elle ne dépendant pas seulement de ce que Tristan Ryans pensait. Bon sang que personne ne se doutait de comment la tête de Mélina travaillait en ce moment, comment aussi elle souffrait. Le sang battait si fort ses tempes qu’elle en entendait presque assourdie la musique. Tu aurais pu juste partir Tristan, pas besoin de forcer le couteau dans la plaie, pas la peine de jeter du feu sur la douleur. Parce que oui, là oui, tu lui avais encore fait mal. Vraiment, comment tu faisais Blanche-Neige. Elle ne le quitta pas des yeux cependant quand la danse se termina, non, elle fixa son dos. Lui il n’avait pas mal. Et c’était sûrement ça qui la brûlait intérieurement. Elle tentait encore de se concentrer sur la colère, parce que c’était plus facile. La tristesse…non, pas tout de suite, pitié. Son cœur battait si fort, sa gorge était nouée au point de faire mal. Elle sentait les regards sur eux, sur elle. Le rouge lui monta aux joues, principalement par la colère. Ce fut une lui voix lointaine, mais proche qui lui fit quitter la porte d’où était parti Tristan. PA. Elle pivota lentement son regard vers lui, la tristesse était aux portes de son cœur, non…elle ne voulait pas être triste. Elle le regarda comme si elle ne le voyait pas au départ puis elle acquiesça d’un vague mouvement de la tête.

Mélina : D’accord.

C’était dit tout bas, difficilement. Elle prit les devant, prenant sa coupe d’une main que PA pu sentir tremblante. Il fallait qu’elle sorte, qu’elle respire, par pitié, un peu d’air…

Maintenant pour Gabriel, lui, il avait entendu le rire au loin pendant qu’il s’inclinait devant la jeune femme. Du coup, lui aussi tourna son regard presque en même temps sur le duo qui se séparait. Son sourire se perdit un peu. Il regarda de nouveau Amandine, reprenant un sourire doux.

Gabriel : J’ai été très heureux de cette danse, je vous remercie beaucoup. Veuillez m’excuser, j’aimerais rattraper mon fils puisqu’il semble avoir oublié de me dire au revoir.

Il voulait paraître un peu amusé considérant que le froid venait d’être perçu par le père. Il la quitta donc dans un dernier sourire et se dépêcha de se diriger vers l’endroit d’où était parti Tristan.

Finission maintenant sur une pointe un peu plus…légère. Dès que la danse fut terminé, Antho’ lâcha McCarthy comme si c’était la peste personnifiée et pivota déjà. Il avait tout vu et il trouvait ça difficile, il voulait parler à Amandine, à Mel…bref, aller régler les choses, mais une claque sur son joli postérieur l’arrêta d’un coup suivit d’un rire de bonne femme.

McCarthy : Vous êtes encore un gamin. Aller suivre des cours de danse Tre-um-blay.

Non, ça ne venait pas de se passer. NON PITIÉ. Il avait figé avant de partir, comme si on venait de s’en prendre à son âme.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 15 Fév - 9:26

Donc, voilà, Peter avait amené Mélina à l'extérieur pour qu'elle prenne de l'air. Enfin, cela avait été plutôt le contraire. C'était Mélina qui était sorti en premier. Il l'avait suivi, bien sûr. Il sourit aux étudiants qui les regardaient. Un regard qui se voulait rassurant du genre: Ce n'est pas de vos affaires, elle va bien, je m'en occupe. Au passage, il vola une bouteille de champagne qui était dans un sceau à glace, sur une des tables. Il devait se dire que c'était une question de vie ou de mort. Non, en fait, du champagne dans cette situation ne ferait pas de tord. Donc, une fois sortie, le Sincère ira se mettre à son niveau. Tenant d'une main sa coupe et sous ce bras tenant la bouteille, il saisit de sa main libre le poignet du Professeur de Potions, la tirant un peu plus à l'écart du Chapiteau, vers la bordure du lac, où se trouvait une immense pierre. 

Peter:" Viens, ici, personne ne nous verra...."

Il la tira, très gentiment, très délicatement, comme une caresse vers l'arrière de la roche. Le Professeur de balais retirera sa main de sur son poignet. Il mit la bouteille de champagne dans l'eau, de façon qu'elle garde sa froideur. Il déposera sa coupe sur le rocher, retirant son veston gris, ne restant qu'en chemise et en cravate. Il prendra soin de mettre son veston sur les frêles épaule de Blanche-Neige. Il avait quelque chose d'attentionné dans les mouvements du Sincère sans toutefois l'être trop. Il voulait peut-être qu'elle se change les idées ou juste qu'elle se sente mieux. PA ne voulait surtout pas qu'elle ait froid. Une fois le veston mis, il reculera d'un pas, posant ses perles sur elle. Sans sourire, il avait vu la scène et il ne voulait pas dédramatiser ce qu'elle vivait. Non, il faisait juste la regarder. Puis, tout en l'observant, il ira s'asseoir sur un morceau du rocher, reprenant sa coupe et une gorgée au passage. Il se faisait silencieux. Il n'avait pas à parler. C'était elle qui avait besoin d'air. 

Pendant ce temps, Amandine avait terminé sa danse et avait tout vu de la scène le départ de Tristan, avec ce rire. L'arrivée de Peter. Les salutations hâtives de Père. Au moment où Gabriel prononça ces phrases, la Blondinette avait déjà un pas en direction de Tristan. Elle stoppa son élan. S'il n'avait pas dit qu'il allait voir son fils, Amandine s'aurait fait un plaisir d'aller le voir. Oui, c'est ce qu'elle s'en allait faire. Boucle-d'Or, impulsivement, s'en allait prendre la direction qu'avait pris le Ténébreux, mais son Père la devança. C'était peut-être mieux ainsi après tout, car Oh Mon Dieu, qu'elle ne se serait pas gênée, même s'il avait eu des spectateurs. Donc, figée, elle fit un sourire d'au revoir au Papa Ryans. Silencieusement. Non, elle ne répondit que par son sourire. Elle retint de dire quelques phrases désobligeantes envers son fils, mais elle garda son sourire. Lorsqu'il disparut du chapiteau, ses perles chercheront Anthony. Elles le trouvèrent. Et HO MON DIEU! Son regard capta le moment où la Vieille Chouette déposa sa main sur son postérieur, le quitta, laissant le Guerrier seul, figé à son tour. Elle retient un rire, posant ses doigts sur ses lippes. Non, ne rit pas. Elle s'approchera de lui, croisant ses bras sur sa frêle poitrine. 

Amandine: "Est-ce que je devrais être jalouse. Tu sais, si tu veux, je peux te laisser terminer la soirée avec elle... "

Elle fit une moue qui sembla jalouse, puis éclata d'un rire franc. Non, pour l'instant elle ne parla pas de sa danse avec le Père, de la danse à Mélina, elle voulait bien rire de ce qu'il venait de se passer. Elle marcha jusqu'à lui, gardant toujours ses bras croisés, osant le regarder dans les yeux. Est-ce que tu respires encore Anthony? AHAH!

Pour terminer, Gabriel avait poursuivi Tristan. Il n'aura pas à chercher bien loin. Il se trouvait aux côtés d'un Grand Chêne, les mains dans les poches, en train d'observer la lune. Son minois était fermé, aucune émotion était distingue, à part l'os et le muscle de sa mâchoire qui travaillait. Nerveux? Non, ce n'est pas du stress, c'est plutôt une manie de contrôler la rage qui l'habite. Très silencieux dans sa posture, dans son être et dans son âme. Bref, il doit avoir de la glace qui se forme à ses pieds.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Vanoute le Lun 15 Fév - 12:36

La soirée avait pris une tournure que personne ne se doutait. Ce n’était pas tant la première danse, il aurait simplement suffit qu’un couple ne soit pas ensemble et ça aurait tout réglé. Ou que PA ait été pigé au lieu de Tristan. Non, mais imaginez comment ça aurait tout changé! L’ambiance aurait été moins glaciale et puis…des envies de meurtres auraient été évitées. Mais le destin et ce drôle de hasard voulait faire les choses autrement. Honnêtement, avait-il seulement eu une bonne chose à la danse de Tristan et Mélina? Absolument pas. Au moins Amandine et Gabriel avaient eu un moment agréable et Antho’, lui, il allait être traumatisé à vie.

Commençons par Mel’ qui semblait être dans une autre dimension tellement elle se sentait loin. Elle avait eu des inquiétudes sur la soirée, mais rien de ses doutes n’égalaient ce qui venait de se passer. Mélina n’avait pas vu les étudiants en sortant, elle gardait un visage étonnamment fermé considérant que c’était une jeune femme près de ses sentiments normalement. En fait, là, elle voulait peut-être éteindre tout ça, se mettre sur neutre durant quelques instants pour tenter que la douleur ne serre pas autant son cœur et sa gorge. Vous savez les douleurs mentales vertigineuses, qui font aussi mal qu’un coup de couteau? Mouais… Bonne idée, le champagne allait sûrement être une des seules choses qui allait pouvoir l’endormir ce soir-là. En sortant, elle ne savait pas trop où elle voulait aller. Loin. Loin. Genre à l’autre bout de la tête s’il vous plait. Elle sentit la main de PA sur son poignet, on dirait qu’elle ressentait des petits chocs électriques. Le froid de la nuit l’avait frappé de plein fouet, des élans d’hiver se sentaient à cette heure. Ce n’était plus l’automne. C’était l’hiver qui arrivait. Froid et glacial. Sans merci. Sa voix, cependant, lui sembla plus douce au professeur de balais. Délicate, sans méchanceté.

Elle le suivit docilement derrière la pierre. Elle le regarda s’activer pour mettre la bouteille dans l’eau. Ça aussi, dans un autre contexte, ça aurait pu être clairement mieux. Mais là, il n’était là que par gentillesse, pour prendre soin. Une personne qui la connaissait si peu…Elle n’arrivait peut-être pas à te le montrer, PA, mais elle t’était éternellement reconnaissante de ne pas l’avoir laissé seule. Mélina continuait de le regarder quand il mit son veston sur ses épaules. Ça faisait du bien de sentir le tissus sur ses épaules. Elle allait céder bientôt et ça l’énervait au plus haut point. Ses mains tremblaient. De froid, de colère, de tristesse… de toute peut-être. Elle termina la coupe d’un trait. Parler? Pouvait-elle vraiment mettre des mots sur ce qui venaient de se passer? Elle avait l’impression que si elle parlait, elle allait pleurer, mais là elle s’obstinait avec elle-même. Blanche-Neige voulait résister…elle n’avait rien à prouver à PA cependant et jamais il ne la jugerait, elle n’avait pas eu besoin de beaucoup de temps pour comprendre ça. Elle avala sa salive. Elle alla déposer la coupe sur le rocher puis décida de mettre ses bras dans les manches du veston. Ses gestes étaient saccadés. Elle le regarda, elle n’avait même pas la force de lui sourire, mais ce mot, bien que brisé, difficile était d’une sincérité pure.

Mélina : Merci.

Elle pivota ensuite pour aller près du lac, regardant l’eau calme, les petites lumières qui dessinaient encore sur le lac leurs formes. Elle avala sa salive, ferma les yeux et plaça une main pour couvrir ses lèvres et elle ferma les yeux. Par pitié, elle ne voulait pas pleurer…

À l’intérieur du chapiteau? Les gens avaient repris les danses, l’ambiance était maintenant différente avec la danse terminée. Il avait eu des éclats de rire en voyant Anthony se faire taper le popotin par l’infirmière. Bon sang. Le pauvre. Il avait l’air d’une statue. Puis la voix de sa cavalière se fit entendre.

Anthony : Attend, j’essaie d’efface ça de ma mémoire… je crois que je vais me laver les fesses avec de l’eau de javel ce soir…

Puis il la regarda, un faible sourire venant sur ses lèvres. Il aurait pu en dire des choses sur la phrase de la jeune femme. Oh, jalouse? Si seulement…Il avala sa salive en toussotant un peu dans son point en faisant un signe de tête à Amandine de quitter la piste de danse avec lui.

Anthony : Je savais que son animosité cachait seulement quelque chose d’encore plus malsain…!

Puis il eut un frisson de dégout, un vrai de vrai. Il regarda ensuite les deux sorties d’où étaient partis ses amis et il poussa un profond soupir.

Anthony : Mouais. Je m’attendais pas à tout ça…

Puis il la regarda, il ne voyait pas PA et assuma qu’il était parti voir Mel’, devaient-ils y aller aussi? En grand garçon qu’il était, il semblait bien maladroit en ce moment. Il ne savait pas quoi faire et ça se voyait.

Gabriel, quant à lui, remarqua son fils et calma son pas avant d’arriver à sa hauteur, lui lança un bref regard avant de suivre son regard pour observer la lune à son tour. Il resta comme ça quelques secondes puis regarda finalement son fils de son regard si doux, si bon papa quoi.

Gabriel: J’imagine que tu ne seras pas d’humeur à me dire ce qui se passe?

Ce n’était pas un reproche, ce n’était pas méchant, c’était rempli de bienveillance, il ne voulait que le bien de son fils et lui le savait également. Il n’était pas très bavard, son fils, mais il osait demander s’il avait le cœur à parler un peu de ce qui se passait dans sa tête.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: {Le Bal d'automne}

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 3 1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum