Rencontre O mille Fées (Garçons)

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Jeu 3 Mar - 22:03

Oui, c’était clairement parce qu’ils venaient d’une famille de sorcier qu’elle ne pouvait pas faire la référence, enfin, elle pourrait tenter, mais ça ferait juste qu’elle serait obligé de l’expliquer si jamais il connaissait pas…et ça s’explique d’une façon étrange quand même non? Surtout que bon, un film long comme ça…bref, ça suffit, elle n’allait pas évoquer cette histoire…Non non, ça n’avait rien à voir, elle ne faisait pas trop jack non plus hein.

Et sérieusement, la référence à ce film disparue en même temps qu’elle montait les escaliers. Le trac devenant plus important que n’importe quelle autre émotion en ce moment. Bien sûr, ce n’était pas qu’un type de nervosité. Après une rapidement observation du monsieur, ses iris d’émeraudes tombèrent dans ceux de l’homme. Elle avala sa salive, des deux, c’était elle la plus intimidée en ce moment, la plus gênée. Donc naturellement, il la vue le détailler des yeux. Elle avala sa salive, bon sang, son cœur battait si rapidement…Elle eut une pensée à savoir ça remontait à combien de temps qu’elle avait vu un homme nu. Un peu plus d’un an. Mais pas comme ça. Là, c’était quelque chose de nouveau complètement. L’étincelle? Bien sûr qu’elle se trouvait là, l’étincelle de jeune fille et aussi de l’artiste.

Il était beau, confiant et souriant. Et elle était comme toute coincée dans son corps déjà menu, nerveuse à souhait et rouge comme une tomate. Ils faisaient un drôle de duo en ce moment en tout cas, mais ce moment leur appartement et cela donna un brin de courage, d’excitation à la jeune femme. Même si c’était pour un jeu, il savait qu’elle dessinait bien et possiblement qu’il allait avoir des attentes, ou du moins, elle, elle allait en avoir. Elle voulait l’impression comme avec son premier portrait, elle voulait lui couper le souffle par son talent comme vengeance que lui allait lui couper par sa nudité. Tout cela devenait soudainement très intéressant, très excitant. Elle lui avait demandé comment il voulait s’installer puis là il arrêta de la regarder, il n’y avait pas songé. Joanie fit elle-même un tour de la chambre du regard pour tenter de voir ce qu’il pourrait faire puis il enchaîna avant qu’elle puisse avoir une idée de génie. Le lit? C’était le lit ou la chaise dans sa tête. Elle ne fit qu’acquiescer d’un mouvement de la tête, si ça venait de lui ça sortirait moins étrange de son côté. Elle avala sa salive et pendant qu’il se préparait, elle poser son carnet et son étui sur le fauteuil, elle croyait peut-être avoir à le déplacer pour avoir un angle qui lui plaisait pour le dessin. Oui, il fallait penser au dessin et non seulement au modèle. Cependant, elle réalisait que lui, la regardait sans arrêt. Et ça la mettait étrangement dans tous ses états, mais Joanie n’était pas une énervée de nature, elle était calme. Un canard sur l’eau. En surface, c’était calme, mais sous ce petit corps il avait pas mal d’agitation.

Quand il toucha à son élastique, elle crut mourir. Elle ne pouvait pas faire ça réellement. Elle vivait vraiment ce moment, ce n’était pas un rêve? Non, souviens-toi du bar, d’Antho et de Tristan. C’était la réalité. Mais elle ne bougeait pas, son regard était retourné sur lui. Fallait-il qu’elle détourne les yeux? Non, il la regardait lui, directement dans les yeux. Ses mains se joignirent contre son ventre, elle avait comme une boule dans l’estomac et sa gorge se nouait, ses entrailles se tordaient. C’était un moment intense, unique. Elle fut contente qu’il ne reste pas comme ça durant trop longtemps, c’était tellement intimidant, en avait-il seulement idée? Quand il se coucha, elle prit une bonne inspiration silencieuse et quand il s’installa, son côté artiste trouva la position particulièrement intéressante pour bien dessiner le corps dans des proportions comme ça. Quand il la regarda de cette façon, son cœur sembla faire quatre fois le tour de son corps avant de retrouver son chemin.

Elle sursauta presque quand il lui parla, elle l’avait observé. Pas comme une artiste, comme une femme. Mais l’Artiste revint rapidement au galop. Les mains. Elle analysa ses paroles puis elle marmonna d’une voix qui montrait sa nervosité, une voix un peu chevrotante.

‘’Attend…’’

Elle ira tirer sur le banc pour le mettre dans une position qui permettait de voir en premier son visage, son regard en premier plan. C’était une position très sensuelle et elle voulait préserver cela dans son dessin, c’était ça qui rendait le tout intéressant. Il put voir dans son regard que là, elle réfléchissait réellement, elle ne l’observait pas, puis elle s’approcha, ses mains se frottant un peu sur le côté de ses cuisses. Elle inspira un moment et le regarda.

‘’Tu pourras comme…cacher un peu, avec tes deux mains jointes…’’

Et comme pour illustrer ses propos, elle le fit sur son propre corps, de bout, un peu de côté à lui pour qu’il puisse bien la voir. Puis elle arrêtera, trouvant ça un peu gênant. Une main repoussera ensuite une mèche de cheveux.

‘’Ça donne un caractère un peu plus…sensuel si c’est un brin caché…’’

C’était dit dans un murmure, pourquoi elle avait dit ça? Parce que c’était vrai et il était nu, ce n’était pas une étude d’anatomie comme dessin puis elle alla s’asseoir sur le banc, son regard se tournant vers lui, attrapant tout son bric à brac, fusain et tout. Elle était assise sur le bord du banc, le carnet appuyé sur ses genoux, une main sur le dessus du carnet pour bien le tenir et son autre main armé de son fusain et avant de se lancer, elle le regarda.

‘’Et regarde moi…’’

Ça prenait un drôle de sens dit comme ça, mais elle voulait capter son regard, capter un peu ses émotions, essayer de voir ce qu’il pensait pendant qu’elle le dessinait, oui, c’était étrange, c’était…ce que l’Artiste voulait.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Ven 4 Mar - 7:33

James avait certainement vu la Demoiselle le détailler. Un moment du moins, lorsqu'elle est arrivée en haut de la mezzanine. Avant qu'elle ne plonge ses ils vertes dans les siennes. Un moment. Un moment qui aura pour effet de le faire sourire d'avantage. Bon, certes il était bien avec son corps. Il vivait bien avec la nudité. Oui, le Tavernier était saoul, c'était un peu plus facile, mais en général, ce n'était pas quelqu'un qui vivait avec beaucoup de pudeur. Puis, le fait que Joanie l'ait un peu étudier, cela lui fait du bien. Il de dit que peut-être, ce n'est pas nécessairement que pour l'art. Enfin, façon de parler. Peut-être que la Demoiselle le trouvait de son goût, physiquement parlant. 

Et physiquement parlant, elle aura tôt fait de le voir dans chacun de ses détails, car James s'était mis nu et s'était étendu de son long sur le lit. Ayant une idée de posture pour le dessin. Donc voila, il s'était allongé, sur le dos, sens contraire normal du lit. Il la regardait, sans cesse, puis de toute façon, il lui avait posé une question. C'était évident qu'il attendait la réponse. Cela prit un moment, mais puisqu'il l'observait, il put remarquer qu'elle le regardait. Que la Timide le regardait d'une drôle de façon. En fait, d'une façon différente de quand elle le regarde normalement. Ni comme une artiste qui étudie sa toile. Son paysage. Non, plutôt comme quelqu'un qui est attiré par quelque chose... Dans cette situation par quelqu'un. Le sourire du Copropriétaire revint. Un léger sourire. Amusé, mais encore une fois content qu'elle aime le modèle. Puis, elle lui dit d'attendre. Puis, elle s'activa à tirer le fauteuil. Puis, elle se mit près de lui, aux côtés du lit. Joanie lui dit qu'il pourrait placer ses mains d'une certaine façon, que cela ferait plus sensuelle. Son sourire s'accentua et il se plaça, au bon vouloir de l'Artiste. 

Ses mains iront contre son pubis, enfin, au début de celui-ci. Juste en haut du membre de l'entre-jambe. Les mains se croisent, l'une par-dessus l'autre, voilant ainsi ses parties intimes pour l'artiste. James avait sans doute exprès, mais il avait pris son temps dans ses mouvements, la regardant de biais un peu. C'est un joueur l'Excentrique. Et c'était bien un jeu. Et puis, il l'avait vu , la façon dont elle l'avait regardé. C'était peut-être pour cette raison qu'il avait fait cela de manière si ... Sensuelle. Comme elle venait de le dire. 

"Est-ce que cela te convient comme cela?"

Il avait murmuré ses mots. Bas, très bas, presque inaudible. Rajoutant un certain charme à ses paroles. Puis, la Demoiselle ira s'asseoir sur le fauteuil. Il la suivi du regard. Puis, elle lui commanda de le regarder. Ce qu'il fit. Il leva à demi la tête, posant se perles hypnotiques sur elle, sur sa personne.  C'était réel. Ils en étaient vraiment rendus là. Lui, nu, sur son lit, à la regarder le dessiner. Ses iris avaient pris un air plus charnel, plus sensuel. Une intensité, une fièvre dans le regard, que sans doute seule l'alcool pouvait lui apporter. Il se fit silencieux. Attendant qu'elle débute sans doute. Ou pour retrouver un sens à tout cela. Il avait le temps de penser, le James. Ce qu'il fit. Prenant une respiration singulière. Essayant de calmer ses muscles et son corps. Il se doutait qu'il en avait pour longtemps à être dans cette position. 

Puis, il pensa. Il pensa à sa demande qu'il venait de lui faire. De se mettre nu devant elle. Qu'elle le dessine dans son état le plus vulnérable, car il l'était, vulnérable. C'était sans doute la première fois qu'une femme le voyait nu! Certes, on avait déjà vu son torse, ses jambes, mais jamais la partie inférieure à la ceinture. C'était une première fois.Oui, bon, il était plus âgé, mais pendant plusieurs années, il était promis à Delphine. Ayant une vieille âme, il se préservait pour elle, sans doute. Puis, avec sa mort et l'arrivée des plans de la Taverne, il avait été occupé ou peut-être qu'il ne voulait pas franchir cette étape. En fait, cette vieille pensée d'attendre la bonne, d'attendre le mariage habitait le Tavernier. Il n'avait pas que ses vêtements qui faisait vieux, il avait aussi ses pensées. Donc, tout cela pour dire que tout son être, tout son corps était parfaitement vierge. Vierge de regard et de toucher. Et c'était pour cette raison qu'il trouvait cela étrange qu'il lui ait demandé cela. Non, il n'était pas pudique, mais quand même. Ce devait être l'alcool... Ou autre chose... 

Bref, elle se mit sans doute à le dessiner. Lui, il n'avait pas d'autre choix de la regarder. Elle pourra voir qu'il prenait cela très au sérieux. Ne bougeant presque pas, mis-à-part son ventre qui se soulève, qui se contracte sous sa respiration. Ses mains avaient gardé leur emplacement, à son pubis. Il était délicat dans cette position. Puis, il lui murmura, sans toutefois bouger...

"Est-ce la première fois que tu dessines un nu... Car pour moi, c'est la première fois qu'on me dessine nu..."

Il eut un petit rire, un frêle rire, un rire de gêne. Oui, il était un peu gêné là. Rien ne paraissait dans son corps et le ton de sa voix, mais son rire l'était...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Ven 4 Mar - 12:49

Il n’avait pas que physiquement parlant que la jeune femme le trouvait de son goût, mais ça, il ne le savait pas. Disons qu’elle avait un coup de cœur sur son allure, son style, son apparence première. Et à force de le voir, sa personnalité colorée aussi avait su la charmer. Puis quand elle l’avait finalement rencontré, elle avait réalisé à quel point cet individu était unique. Intimidant dans sa confiance, mais réconfortant en même temps. Oui…James était unique et c’est ça qui la charmait, qui lui plaisait. Ils étaient complètement différents, oui, mais ce n’était pas un problème. Là, elle avait du mal à cacher le fait que physiquement, elle était conquise. Ça sonnait peut-être pervers? Non, rien chez Joanie ne pouvait paraître pervers. Tout était si délicat, si pure chez elle.

Elle se sentait intimidée en ce moment, parce qu’il la laissait un peu commander, décider et faire des choix. De par sa nature gênée, c’était déjà un pas un peu difficile de s’affirmer comme ça, mais c’était l’Artiste qui s’affirmait et non la jeune demoiselle qu’elle était. Elle, la jeune demoiselle, se sentait fragile devant ce qu’elle voyait. Elle avait chaud malgré la chair de poule qui passait sur ses bras. Et il souriait. Joanie n’arrivait pas à sourire, trop intimidée, trop gênée.

Faisait-il exprès? Elle n’aurait su le dire ou du moins pas le confirmer, mais ce n’était pas méchant de sa part, elle le savait. Avait-il remarqué qu’elle aimait ce qu’elle voyait? Elle rougit un peu plus. Sa respiration était difficile, lente, mais subtile. Elle voulait paraître en contrôle. Sauf que la jeune femme, tout son corps parlait. Ses regards nerveux, ses membres gourds un peu. Et puis sa voix.

‘’Ce…c’est parfait comme ça.’’

Parfait. Elle se souvenait de quand elle lui avait dit qu’il était parfait dans sa nervosité, là elle tentait réellement de contrôler ses mots et ça s’entendait très bien. Elle s’était ensuite installée, on dirait qu’avec la tablette et le fusain entre ses mains, elle se sentait un peu plus en confiance, elle n’avait qu’à laisser ses émotions passé au travers du dessin. Oui, ça elle pouvait le faire. Ça serait d’autant plus facile avec lui comme modèle. Son regard la fit vibrer à l’intérieur, elle lui avait commandé de la regarder et elle sentait que ça allait la déconcentrer un peu. Non, il ne fallait pas. Attarde toi sur ce regard, rend le sur papier tel quel. Oui, le défi reprit le dessus, elle voulait l’impressionner. Il put remarquer qu’elle avait commencé. De grands lignes, le contour de son corps peut-être, du lit, parce que le lit faisait partie intégrante du dessin, même les chandeliers sur les côtés. Elle le regardait pas moment, il pouvait voir qu’elle plissait parfois faiblement les yeux sur certains détails qu’elle percevait, une concentration parfaite commençant à se voir dans son regard malgré sa respiration courte. Joanie semblait dessiner rapidement, elle n’en n’était pas aux détails visiblement.

Parfois la jeune fille en elle reprenait le dessus, observant justement cette respiration si calme, si contrôlée. Son corps dans toute sa particularité. Son regard qui captait très souvent le sien malgré que ce n’était pas ça qu’elle dessinait. C’était sans doute parce qu’elle était cette jeune fille que l’Artiste arrivait à faire un beau travail. Quand il parla, elle ne fit que lever son regard vers lui. Son rire, cette nouvelle intonation de gêne lui arracha un délicat sourire. Involontairement, ça la mettait en confiance sa façon qu’il avait eu de s’exprimer. De la gêne? Étant une pro en la matière, elle arrivait facilement à le deviner dans son rire. Il était magnifique, ce fut sa première pensée. Toujours avec son petit sourire, elle le regarda un moment puis retourna à son dessin, en même temps qu’elle répondait, doucement, toujours dans l’idée de contrôler ses dessins.

‘’C’est la…première fois oui. Je ne…pensais pas non plus, elle avala sa salive, elle contrôlait sa nervosité, elle ne voulait pas dérailler sur les mots, être capable d’en faire un.’’

Puis elle plongea un bref instant son regard dans le sien. Elle lui faisait tellement confiance, comme ça, sans raison apparente. Et elle voulait qu’il sache qu’elle n’avait jamais cru avoir le courage de le faire. Voulait-elle l’impressionner? Peut-être, c’était peut-être ça, ne pas avoir l’air d’une fragile gamine qui se cache sans cesse derrière la gêne. Elle murmura de nouveau, dans un bref souffle.

‘’Si tu veux prendre une pause, ne te gêne pas…j’en ai encore pour un petit moment, je me doute que ça ne doit pas être…nécessairement confortable.’’

Son souffle se perdit à la fin de ses mots. N’oublie pas de respirer Joanie, c’était important.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Ven 4 Mar - 16:40

Ouf! Il aurait eu envie de soupire. Pendant plusieurs fois. Soupirer de gêne, de stress. Quelle idée il avait eu quand même, de se faire dessiner comme cela. De plus, il ne pouvait faire autre chose que de la regarder. De la voir, en train de faire des courbes sur un dessin, qu'il ne voyait pas. Sa respiration restait calme, mais comme Joanie c'était à l'intérieur que tout se passait. Son sang chauffait. Sa tête cognait, tout comme son coeur. Il n'avait jamais ressenti cela comme sensation. Peut-être à cause qu'il ne s'était jamais mis nu devant une Femme. Peut-être que pour lui c'était la première fois qu'il se dévoilait comme cela. Non, ce n'était pas un garçon pudique, mais James pour la première fois de sa vie il était intimidé. Pas nécessairement par Joanie. Non, plutôt par la situation elle-même. Vous savez, quand on se met nu devant une personne la première fois. Quand on se montre à son plus vulnérable. 

Il prenait de temps en temps une bonne inspiration. Ses perles ne la lâchant pas. Au contraire, il l'observait travailler. Ne voulant pas la déconcentrer, simplement regarder ce qu'elle faisait. Puis, de toute façon, ce n'est pas comme s'il avait d'autres choix. Le Tavernier se surprit à l'observer travailler, mais aussi à regarder la jeune femme qu'elle était. Il la trouvait bien belle, assise comme cela dans son fauteuil, à lui. Si sérieuse, si concentrée. Il quitta quelques fois son visage, allant vers ses bras, ses mains qui le dessinaient, puis il remontait vers son visage. Un léger sourire restait imprégner sur sa bouche. Délicat. James la trouvait charmante lorsqu'elle plissait les yeux pour s'attarder à certains détail. Un frisson vint de nouveau traverser sa chair. Un frisson d'excitation mais de timidité. La lumière des chandelles donnait une beauté à Joanie qu'il ne pouvait pas décrire. Une beauté naturelle, fragile. Comme sa position en ce moment. Et à chaque fois que son regard d'émeraude se soulevait et croisait le sien, il l'attrapait au vol. Comme s'il lui parlait à travers ce silence. Il parlait avec ses yeux. Avec une intensité. 

Puis il avait parlé. Il lui avait posé une question. Et elle sourit. Un sourire qu'il trouva ravissant. Certes la gêne avait paru dans le ton de sa voix et il ne s'en voulait pas. l'Excentrique n'avait pas honte de cette gêne. Puis, elle répondit en continuant le dessin. Lui, n'arrêtant pas de la regarder. Ho! C'était la première fois, pour elle aussi. De faire un nu. Il prit de nouveau une inspiration. Ne sachant pas trop pourquoi, il en était heureux. Et le reste de sa phrases lui arracha un petit rire, encore une fois empreint de timidité. Il fermera se paupières un moment, suite à son regard dans le sien, essayant de se calmer, de retrouve rune lignée de pensées raisonnable. Puis, ses paupières s'ouvrirent, se reposant sur l'Artiste. Elle pourra le voir, puisqu'elle le regardait dans les yeux. Puis, elle enchaîna de nouveau... S'il voulait prendre une pause. Ce n'était pas qu'il n'était pas confortable, mais il avait besoin d'activer la circulation sanguine dans son enveloppe corporelle. Donc, il se redressa, s'appuyant un moment sur ses coudes, regardant la chambre. Pensif. La tête lui tournait tout d'un coup. Comme s'il réalisait la soirée qu'il venait de se passer. Puis, se perles revinrent vers elle. L'observant de nouveau, sans sourire cette fois-ci. Puis, James sortit du lit. En silence. Dos à elle, donc la Timide ne pourra que voir ses fesses. Il prit son sous-vêtement, le remettant. Ses gestes étaient lents. Délicat. 

Puis il se retournera vers elle. Ses mains s'étant jointes dans le bas de son dos, il s'approchera d'elle, allant se placer derrière le fauteuil. Il voulait voir le dessin, le début de quelque chose. Il pencha son corps, posant sa tête, son menton, près de son épaule, aux côtés de son visage. Donc, elle pourra le sentir tout près d'elle. Ses perles allant sur le papier, observant ses traits, les contours, les lignes. Le champs visuel. Puis, un moment, sa tête se tourna à demi vers elle. L'observant à son tour de profil. Des yeux jusqu'au menton. Puis il murmura...

"Tu es magnifique Joanie..."

Il se redressa ensuite, retournant vers le lit, s'asseoir au bord de ce dernier. Reposant ses perles sur elle. Il devait lui dire. De toute façon, elle avait accès à son corps, gratuitement, dans son état le plus vulnérable. Il pouvait lui faire ce compliment. Son sourire revint enfin, encore une fois travaillé par la gêne. 

"Dis-moi, que dois-je faire maintenant... Après ma pause... J'aimerais que tu me guides de nouveau..."

Il avala un moment sa salive. Pourquoi était-il dans ces états comme cela? Pourquoi les gens se mettaient-ils dans cette position là Oui, James se posait réellement ces questions. Et lorsqu'il pensa "cet état", il faisait référence à l'Acte charnel, au stresse de la première fois. Pour les gens se faisaient vivre autant de sensation. Son corps avait de la difficulté à calmer les tensions dans ses muscles. Ses joues se contractaient de temps en temps, signe qu'il avait un stress, une petite anxiété passagère. Sans doute, pour la première fois de sa vie, il ne savait pas quoi faire de son corps, de sa tête et de son esprit...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Ven 4 Mar - 23:19

Quand même amusant qu’il commençait à être nerveux pour une idée que lui avait eu. Amusant et intriguant quand même. Sauf que la jeune femme ne vit pas cela, elle entendit la gêne dans son rire, mais son regard ne lui démontrait pas. Pas encore en tout cas. C’était l’impression qu’elle avait en tout cas. Elle restait bien assise sur le bord du banc, le bout des fesses, comme prêt de tomber même, mais elle était soutenue par ses jambes, l’une plus avancée que l’autre dans un angle qui ne semblait pas confortable, mais pourtant, elle n’avait pas plus bougé que lui au final. Juste sa main qui dessinait des lignes, des formes que lui ne pouvait pas percevoir pour le moment. Parfois elle semblait faire des ombres avec le bas de sa paume, doucement. Joanie soutenait son regard un bref moment quand elle croisait avec de ce concentre sur son corps, des plus du drap du lit, la définition de ses muscles, de ses mains jointes…

Il eut ensuite ce moment si…intense pour une raison que Joanie ne pouvait exprimer, quand elle lui dit que c’était la première fois qu’elle dessinait un nu, elle n’était pas trop certaine de savoir comment analyser sa réaction. Elle le voyait vraiment sous un autre jour, c’était le cas de le dire hm-hm, mais aussi dans sa personnalité, il avait une petite timidité cachée derrière l’Excentrique James. Et ça aussi, ça la charmait, comment il avait fermé les yeux pour mieux la regarder. Joanie imaginait-elle des choses? Il n’avait que les chandeliers quand même…Puis comme si elle aussi en avait besoin, elle demanda s’il voulait une pause. Elle n’eut pas besoin de lui dire deux fois en tout cas. Il se redressa un peu, elle pinça un peu les lèvres, pris une inspiration et regarda un moment les chandeliers, avançant rapidement ces derniers pour que ça soit une histoire du passée dans son dessin, elle n’avait pas besoin de James couché pour pouvoir les faire. Mais son regard…sérieux? Aucune idée, elle n’avait pas capté tout le regard, juste un peu et ensuite ses iris d’émeraude tombèrent sur ses fesses, le rouge lui revint naturellement aux joues et elle continua brièvement les chandeliers…son regard semblant combattre l’envie de le regarder quand même. Un peu. Quand il se retourna, elle s’étira un peu le dos, faisant un mouvement avec sa nuque comme si elle voulait se craquer le cou.

Quand elle le vit s’approcher, elle se douta qu’il voulait voir ou elle en était. Elle se sentit de nouveau rougir, ses coudes se rapprochant comme de son corps par la timidité tandis qu’elle tenait maintenant le carnet à deux mains, elle avait déposé le fusain sur sa cuisse. Il était tellement proche, juste à côté de son visage, elle sentait que ses cheveux le frôlaient. L’espace d’une demi-seconde elle prit une bonne inspiration. Il avait la forme de tout son corps, du lit, des chandeliers qui eux étaient presque terminés. Il avait les bases de son corps, les détails de ses muscles et de son torse avait été magnifiquement fait, les cheveux, un peu les jambes…mais visiblement, elle gardait ses mains et son visage pour la fin. Oui, c’était volontaire, son visage était fait à très rapide, mais pas encore d’éclat. Elle voulut lui expliquer, mais il tourna un peu la tête, elle figea. Son cœur s’arrêta. Sa respiration se stoppa. Il avait un tel effet sur elle, plus qu’il ne pouvait peut-être le penser. Puis il dit qu’elle était magnifique. Et d’instinct, parce que ça pouvait bien s’accompagner, elle répondit, tout bas, l’avait-il entendu? Parce qu’il s’était levé si vite…

‘’Toi aussi…’’

Elle avait tourné la tête en retard vers l’épaule ou il se tenait quelques instants avant, regardant là où il ne se trouvait plus. Le rouge revint lui brûler les joues. Elle avait chaud. Sa respiration reprit, plus difficile. Elle retourna ses iris ensuite vers lui, tombant dans les siennes, elle pourrait s’y noyer, c’était pour ça qu’elle gardait ses yeux pour la fin, parce qu’ils méritaient une attention particulière. Son sourire était teinté de cette émotion qu’elle lui découvrait, la gêne, un brin de timidité.

Ses mots lui firent un drôle d’effet, piquèrent un peu son cœur. Qu’est-ce qui se passait? On dirait qu’elle avait manqué un épisode de leur soirée. Elle se sentit triste pour lui pour aucune raison apparente. Joanie était une fille sensible, peut-être détectait-elle un peu qu’il semblait avoir une petite nervosité? Non, elle ne mettrait pas ce mot-là. Elle s’activa alors, doucement, elle se leva en posant son carnet ainsi que son fusain sur le fauteuil, doucement. Elle passa ses paumes sur ses jeans, d’une part parce qu’elle avait l’impression d’avoir les mains moites et de l’autre côté parce qu’elle était tachée de son crayon. La Timide s’approcha lentement, osant un peu de combattre ses propres instincts de gêne. Elle prit place à côté de lui, pas trop près, pas trop loin…

‘’Je veux bien…te guider. Mais veux-tu toujours continuer..? Elle le regarda à ce moment avec une tendresse toute pure, toute fragile. Tu…est-ce que tu voudrais un verre d’eau, quelque chose..?’’

Oui, elle sentait que quelque chose n’allait pas, mais elle ne savait pas quoi faire pour tente de l’aider, c’était ce que ses mots voulaient dire ‘’ qu’est-ce qui se passe? Que puis-je faire pour t’aider?’’ Mais elle ne le disait pas directement. Elle pensa que c’était peut-être finalement tout l’alcool qui entrait en ligne de compte, c’était possible quand même. Il avait été assez saoul quand elle était arrivée.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Sam 5 Mar - 10:56

Est-ce qu'il l'avait entendu, lorsqu'elle répondit à son compliment?Hm, oui! Certes, il s'était relevé très rapidement après lui avoir dit cela, mais il n'était pas sourd. Il n'avait pas de musique dans la pièce, seulement le bruit sourd des chandelles sur les tables de chevet. Donc, oui, même si elle lui avait dit avec sa petite voix de souris, tout bas, il avait pu entendre ses mots. Qui auront pour effet de le faire sourire. Un sourire charmant, mais encore une fois empreint de nervosité. C'était nouveau, tout cela, pour lui. Joanie était quelqu'un de sensible? Lui aussi, on ne pouvait pas être excentrique dans la vie et ne pas être proche de ses émotions. Si la Belle n'avait pas été là, il aurait sans doute fixé le vide pendant quelques minutes, quelques heures, pensif à ce qu'il venait de se produire, à sa demande, qui au début était une bonne idée de gars saoul, mais qui là montrait sa vulnérabilité. Son inexpérience avec les femmes. C'était sans doute la première fois qu'il était confronté à ce genre de situation. Certes, il avait déjà embrassé Delphine. Lorsqu'il avait 22 ans et elle 18 ans. Ils voulaient essayer. Essayer avant de s'engager. Cela s'était reproduit quelques fois. Jame lui avait peut-être frôlé le corps quelques fois. Et elle, elle avait fait l'inverse. Par dessus leurs vêtements. Mais jamais, il n'avait ressenti ce qu'il ressentait en ce moment. Peut-être parce que là, il était à nu dans tous les sens du terme devant elle. 

Le Tavernier ne répondit rien à son commentaire, que son sourire et son regard furent office de réponse. Elle se leva pour venir s'asseoir à ses côtés. Il la suivra du regard, jusqu'à temps qu'elle soit assise dans le lit. Ses perles se posant dans les siennes. Puis, elle lui posa une question, s'il voulait toujours continuer. James eut un petit rire aux lèvres. Un rire cassé de timidité, comme un enfant qui mange un biscuit avant le souper et qu'il se fait prendre. Comme si l'Excentrique venait de se faire prendre par la Timide. Il secoua la tête, pour chasser ses idées de première fois, du stress qui venait avec et il revint vers elle, avec son charmant sourire. 

"Oui, je veux bien continuer... Mais je vais aller nous chercher deux verres d'eau. "

Il se leva, la regardant encore un moment, puis, il descendra en bas de la mezzanine. Une fois seul, dans le froid de son loft, il prit une bonne inspiration. Une longue inspiration, puis il se dirigera vers la cuisine. Une fois la, il appuie ses paumes contre le comptoir de la cuisine, face au lavabo, fermant les yeux un moment. Bon, il devait se reprendra. James devait retrouver sa force, sa droiture. Ce n'était tellement pas son genre d'être ainsi, si vulnérable. Puis, il ouvrit les yeux et  il remplira deux verres d'eau. Il remontera les marches, armé de son sourire. Un sourire plus calme, mon gêné. Sa conversation avec lui-même lui avait fait du bien. Il lui tendit un des verres et lorsque Joanie lui prit, il boira le sien, d'un trait. Cela faisait du bien. Une fois terminée, il déposera son verre sur une de ses tables de chevet, prenant ensuite dans l'un de ses tiroir un cendrier et son paquet de cigarette. Il reviendra s'asseoir à ses côtés. Reposant se perles sur les siennes. 

"Est-ce que ça te va si je fume une cigarette... Je crois que cela me détendrait un peu... En veux-tu une....?"

Il eut un petit sourire, attendant sa réponse, lui tendant le paquet, peu importe son choix. Puis, lorsqu'elle lui répondra, par l'affirmative, il prendra une cigarette du paquet, la glissant entre le majeur et l'index, tirant par la bouche sur celle-ci pour l'allumer. Il prendre une longue inspiration, pour faire entrer la fumée au gout de tabac dans sa bouche, dans sa gorge et dans ses poumons. Puis, il expira la fumée, faisant bien sorte de ne par la diriger vers Joanie. Une fois sa première inspiration prise, il déposera son paquet dans le tiroir, se retournant vers elle. Il tenait sa cigarette d'une main, l'autre étant contre sa cuisse. Il avait une façon de fumée un peu vieille, comme s'il sortait des années 20. C'était charmant. Il dégageait beaucoup l'Anglais. Oui, la cigarette le détestait un peu, faisant tourner sa tête et replacer ses esprits..

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Dim 6 Mar - 15:23

Joanie était de ces filles qui étaient sensibles, parfois trop. Pensant principalement aux autres avant elle-même. Du moins, sa fratrie en premier lieu et sa mère. Elle vivait encore avec sa mère probablement parce que sinon, elle se retrouverait seule avec Myriam. En même temps, sa mère était tout sauf exigeante, disons que rendu à un cinquième enfant, elle comprend bien le mode d’emploi. Cependant, cela gardait Joanie à la maison, n’imaginant pas sa mère seule. Bien sûr, Alice vivait encore là, mais elle allait à l’école, donc seulement l’été elle était présente. Oui, c’était une raison pourquoi Joanie restait à la maison, parce qu’elle était assez mature, assez prête pour vivre dans ses choses à elle. Et sa mère la pousserait probablement à aller de l’avant avec son idée et c’était ça qui mettrait Joanie encore plus mal à l’aise. Elle ne pensait pas nécessairement à ce que elle, elle désirait. Peut-être pour cela qu’elle disait ne pas savoir quoi faire. Parce que oui, aller à l’école moldue quelque part pour étudier l’art lui plairait énormément.

Bref, tout ça pour dire que oui, elle sentait que quelque chose n’allait pas ou du moins qu’il avait quelque chose de différent avec l’excentrique. Elle ne le connaissait pas parfaitement, mais elle pouvait dire qu’elle ne l’avait jamais vu comme ça. Et là aussi, quelque chose la frappa. C’était la première fois qu’ils se retrouvaient seuls tous les deux. Dans son appartement à lui…et avec lui qui avait passé plus de temps nu que vêtu. Bon, bien sûr que mis sous cet angle tout ça sonnait étrange!

Au compliment qu’elle lui fit, il n’eut qu’une réaction physique. Un sourire, un regard. Heureusement, elle n’aurait peut-être pas survécu à des mots. Il lui demanda de la guider, elle répondit en allant s’asseoir à côté de lui. Bien sûr, ses mots étaient maladroits, mais en s’assoyant à côté de lui, elle avait offert un peu de sa présence, elle était là, elle ne savait peut-être pas quoi dire, mais sa présence pourrait faire office d’aide pensa-t-elle. C’était difficile d’aider quelqu’un correctement sans pouvoir parler correctement. Il eut un rire à sa question, un rire encore différent, mais elle ne pouvait s’empêcher de trouver ça adorable quand même. Adorable, mais elle se sentit un peu coupable. Pour aucune raison apparente, c’était sa nature. Elle avait encore une fois coincée ses mains entre ses cuisses, posture digne de sa gêne. Elle avait aussi arrêté de le regarder et même quand il se retourna vers elle, elle fixait encore ses cuisses. À ses mots, elle ne fit qu’hocher un peu la tête et murmurer un tout petit ‘’d’accord.’’ Elle ne savait pas quoi faire, mais il avait dit vouloir continuer alors il le voulait…c’était son jeu à lui, probablement qu’il lui aurait dit s’il avait voulu arrêté, non? Elle ne tourna ses iris vers lui que quand il entamera sa décente. Elle pinça les lèvres en retenant un soupir. Elle avait chaud, elle tira un peu le collet de son chandail pour lui faire un peu d’air, elle se sentait…toute chose on dirait. La timide ne savait pas si elle se sentait bien ou pas. C’était compliqué.

Ou c’était elle qui s’en faisait trop, tout allait bien. Quand il remontera, elle prit un verre qu’il lui tendit en prenant une petite gorgée, haussant un sourcil quand lui terminera d’un coup son verre. Elle eut presque envie de lui tendre le sien, assoiffé James? Elle tenait ensuite son verre à deux mains. Ses iris ne le quittant maintenant plus, il était un peu différent, plus en contrôle? Elle ne saurait dire. Son cœur battait encore fort dans sa poitrine. Pourquoi? Parce qu’elle avait eu une idée. Oserait-elle la lui partager? Il eut un bref échange sur une cigarette avant tout.

‘’Non non, ça ne me dérange pas du tout et non merci, je n’en veux pas.’’

Elle lui fit un petit sourire, délicat. Elle aimait la senteur de la cigarette, sa mère et Antho en fumant à l’occasion. Mais elle, quand elle fumait, elle s’étouffait comme un adolescente. La jeune femme avait continué de le regarder, l’observer. Oui, il fallait oser. Et elle le fit, elle n’avait plus envie d’hésiter, et il lui avait dit qu’il ne voulait pas qu’elle soit gênée avec lui.

‘’James? Oui, elle aimait un peu prononcer son prénom, je…j’ai eu une idée. Pour notre jeu. Elle avala sa salive et se lança. Est-ce que moi j’ai le droit de te poser des questions quand tu es gêné? Comme ça il n’y a…pas que toi qui apprend à me connaître, mais moi qui en apprend sur toi…’’

Ouf que ça avait été difficile! Non, mais sérieusement, elle avait dit BEAUCOUP de mots. Et avouez aussi certaine chose. Elle était trop timide pour lui poser des questions comme lui il lui en posait alors si c’était dans le cadre du jeu…ça allait l’aider elle. Et puis si ça pouvait détendre l’atmosphère actuelle…tant mieux non?

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 7 Mar - 7:58

Donc, voila, ils s'étaient retrouvés de nouveau sur le lit. Lui fumant une bonne cigarette, qui le détendait et elle qui le regardait. Il répondait à son regard, ne la lâchant plus maintenant. Oui, son attitude avait changé depuis sa visite en bas. Il s'était parlé, il avait remis un peu d'ordre dans sa tête et dans ses pensées. Le froid lui avait fait du bien. La cigarette également. Puis, Joanie devint tout nerveuse à ses côtés, comme si quelque chose la gênait. Il eut un petit sourire, un sourire interrogateur. Il prit une autre inspiration de sa cigarette et il expira la fumée peu de temps après. James secoua un moment la cigarette de son pouce, au-dessus du cendrier, pour retirer l'excès de cendre. Il avait fait cela machinalement, tout en regardant l'Artiste. Il attendait qu'elle parle, qu'elle dise le pourquoi de sa gêne, car il le sentait, l'Excentrique sentait qu'elle allait parler.

Puis, elle parla. Elle commença par nommer son nom. i elle, elle aimait prononcer son prénom, lui, il aimait l'entendre le prononcer. Vraiment. Son sourire s'accentua. Il hochera une fois la tête pour lui dire qu'il était tout ouie. Elle avait une idée, pour leur jeu. Ah oui? Une idée, laTimide avait pensé à cela. À leur jeu? Une nouvelle règle? Il était très surpris, mais très heureux de cette initiative. D'autant plus lorsqu'elle continua et parla de lui poser également des questions lorsque lui, il était gêné. Bon, peut-être que le James s'était fait démasquer il y a quelques minutes et c'était cela qu'il lui avait donné son idée, mais cela ne le dérangeait pas, car il se disait que sa raison était qu'elle voulait apprendre à le connaître également. Ce qui lui fit un léger baume au coeur. Léger. Il tire de nouveau sur sa cigarette faisant le même manège que la fois précédente. Puis, il était pensif tout d'un coup, son regard allant sur les main de Joanie, coincées entre ses cuisses. Il passera un moment son pouce de la main qui tenait sa cigarette contre ses lèvres. Uns instant, puis, il revint à elle. 

Il avait une idée également. Ainsi qu'un magnifique sourire. Quelques étincelles dans les yeux. L'effet de la fumée et de l'alcool mélangées sans doute. Oui, cela fait tourner la tête, mais différemment. Comme s'il était sur un nuage et il aimait mieux cela qu'être dans un piège de pensées négatives sans fin comme tout l'heure. Donc, il répondra, en murmurant...

"C'est une excellente idée Joanie. Je suis d'Accord que tu me poses des questions, lorsque je suis gêné... Pour apprendre à me connaître également. Comme je le fais avec toi..."

Lui aussi, il avait des aveux dans ses mots. Qu'il aimait sans doute cela, le jeu, pour apprendre à la connaître, mais qu'elle, elle veuille également faire ce jeu, avec lui, en retour, cela le comblait d'une certaine façon. James se disait qu'il ne devait pas la forcer. Il calcula vite, mais il se disait que si elle ne voulait vraiment pas faire ce dessin de lui nu, elle l'aurait refusé. Ce qui aura pour effet de détendre totalement le Tavernier, oui vraiment. Il était déjà prêt à continuer. Cela le soulageait, d'une certaine façon. Puis, il enchaîna, avec l'idée qu'il avait eu, toujours en murmurant, rajoutant une touche de romantisme avec la lueur des chandelles. 

" Je suis d'accord pour ta nouvelle règle, mais j'en rajoute une aussi. Lorsque je te pose une question, tu as le droit de me la retourner, pour en connaître ma réponse. Et vice-versa..."

Ce qui voulait dire que s'il lui posait une question, elle avait le droit de dire: "Et toi?" Ce qui était en soi très gentil et qui faisait en sorte qu'ils apprennent plus à se connaître. Il tira une dernière fois sur sa cigarette et faisait le manège qui va avec. Puis, il l'éteindra dans le cendrier. Revenant à elle, il l'observa un moment, un délicat moment. Ses perles, son nez, son menton, ses lèvres, son cou, le haut de sa poitrine, puis il reviendra à ses yeux. James se disait qu'il avait tous les droits de faire cela, puis qu'elle, elle avait le droit de le regarder nu, enfin, vraiment nu. 

"On se remet au travail... "

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Lun 7 Mar - 13:07

La cigarette et la fumée dans la pièce semblait donner un nouvel effet à la chambre du Tavernier. Elle aurait peut-être aimé aller à l’extérieur un brin, pour prendre une bouffée de froid parce que tout ça était intense également pour la jeune femme, mais d’une façon différente. Plus sourde, Joanie était sensible, mais elle ne s’emportait pas souvent et en dehors de la fois du ‘’tu es parfait’’ ce n’était pas arrivé de nouveau. Là, son contrôle était fragile, précaire, il pouvait basculer à tout moment. Fumer lui donnait un autre style et surtout si légèrement vêtu, il avait un charme, une sensualité qu’elle ne saurait décrire.

C’était peut-être pour ça qu’elle se força à dire quelque chose, à trouver autre chose. Oui, le jeu. Le jeu les unissait et peut-être que cela allait détendre l’atmosphère. Pas qu’elle ne trouvait pas juste qu’il était le seul à lui poser des questions, non, c’était tout sauf de l’injustice pour elle. Elle était seulement avide de le connaître aussi, avide de connaître des détails de sa vie pour se créer une image de plus en plus clair de l’homme qu’elle appréciait de plus en plus.

Elle finit par se lancer, maladroitement, comme incertaine. Son sourire l’aida, oui sa façon de sourire était parfaite. Bon, était-elle tombée dans la contemplation? Que c’était-il passé dans sa tête durant que lui préparait des verres d’eau? Le cerveau d’un Artiste parfois… elle regretta presque aussitôt son initiative lorsqu’elle fut dite. Parce qu’il ne répondit pas tout de suite. Elle avait fait une bêtise, comme lui regardait ses mains, elle pencha la tête, se mordait un peu l’intérieur de la joue. Du coin de l’œil, elle le vit la regarder de nouveau, elle allait pour dire qu’elle s’excusait, qu’elle n’aurait peut-être pas dû proposer cette variante, mais son sourire l’arrêta dans son élan. Elle pinça alors un peu les lèvres, ne sachant pas quoi penser de son sourire et de se regard. L’Artiste analysant un moment ce qu’elle voyait puis il finit par murmurer. Elle sourit. Ouf, ce n’était pas une bêtise qu’elle avait fait. Il était d’accord, son dos sembla se redresser un brin par le soulagement de ne pas avoir fait quelque chose de mal, un délicat sourire venant sur ses lippes. Oui, c’était un réel soulagement pour la non confiante Timide. Oh, on dirait que le but du jeu avait changé non? Les questions n’étaient pas au départ pour que sa gêne se dissipe avec lui? Là, c’était pour apprendre à la connaître? Cela lui fit un petit point au cœur, une chaleur qui se rependant dans son corps. Son sourire s’accentua malgré elle et c’est environ à ce moment que sa voix résonna de nouveau, ses iris retournant vers lui.

Il rajoutait une nouvelle règle, une règle qui lui plut tout de suite. C’était une idée superbe, parfaite pour les deux êtres qu’ils étaient. Elle hocha positivement la tête, une main se délogeant d’entre ses cuisses pour aller replacer une mèche de cheveux.

‘’Oui, cette règle me va parfaitement aussi.’’

Elle aussi, elle murmurait, tout doucement. C’était peut-être l’ambiance, les lumières tamisées, la fumée…mais tout cela lui faisait un effet…disons spécial. Ça éveillait les sens. Joanie avait continuer de l’observer, elle avait cette tendance à regarder comme si elle voulait voir l’âme d’une personne, mais pas de façon perçante, non, c’était en douceur, en toute pureté. Son regard sur elle ne la dérangea…étrangement pas. Ne la gêna pas non plus. Oui, c’était l’ambiance, c’était sûr. On se remet au travail? Il lui fallut une seconde pour réagir. Elle hocha la tête, se levant doucement pour lui laisser la place.

‘’Oui, bonne idée.’’

Murmura-t-elle doucement, elle alla prendre son carnet de dessin à ce moment pour regarder un instant ce qu’elle avait fait et surtout pour revoir les plis du lit, parce qu’ils s’étaient assis, brisant légèrement le cadre qu’elle avait fait, ou du moins, certains détails. Elle avait légèrement les lèvres entrouvertes dans son observation de son dessin et du lit, sa langue passa derrière ses dents, invisible aux regards, mais c’était un signe de réflexion. Là, elle sentit un brin de gêne puis elle le regarda.

‘’Je…il faudrait juste que je replace peut-être un peu les draps autour de toi…Si ça ne te dérange pas…quand tu vas être installée. Elle prit une inspiration et continua de parler. Il me reste ton visage à dessiner et tes mains…’’

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 7 Mar - 14:50

Donc, ils avaient établi une nouvelle règle. Joanie avait le droit de poser des questions à James, quand ce dernier était gêné en retour. Ils avaient le droit également de retourner la question à l'autre. Cette, au début, ce jeu était pour que la Belle apprenne à être moins gênée avec lui, mais dans ce jeu il avait tellement plus que cela. La preuve, ce soir, il l'avait dit. Que c'était pour apprendre à se connaitre et avec les nouvelles règles, ils apprendraient à se connaître de façon égale. Il s'était dévoilé, dans le tourbillon d'alcool et de la cigarette, une barrière avait flanché et ses mots avaient devancés sa pensée. Cela ne le dérangeait pas. De toute façon, Joanie l'avait bien vu nu ce soir, il n'avait pas grand chose à cacher de plus. S'il pouvait se mettre devant elle, il pourrait lui dire n'importe quoi, maintenant. 

La Timide était d'accord avec sa nouvelle règle à lui. Bon, tout le monde était d'accord, il proposa donc de se remettre au travail. L'artiste trouvait que c'était une bonne idée. Puis, elle quitta le lit, pour prendre sa tablette à dessins et analyser son oeuvre. Lui, il l'analysait. Il la regardait regarder son portrait nu. Puisqu'elle ne le voyait, il se permit de la détailler de nouveau, mais plus en profondeur. Oui, c'était la première fois qu'ils se retrouvaient seuls, sans bruit ambiant. Qu'eux, sa chambre et la lueur des chandelles. Cette dernière donnait à l'artiste un brin de sensualité. Un brin érotique à la jeune femme. Il la trouvait déjà belle, déjà magnifique, mais là, comme cela, dans ses appartements, avec la lumière, la situation, c'était une nouvelle envie qui s'emparait de lui. Une envie qui avait rarement eu dans sa vie. Puis, il secoua la tête, comme pour chasser ses pensées de sa tête. Se disant:"Tu rêves James, elle ne te regardera pas comme toi tu la regardes..." Puis, la Timide parla. Parla de replacer les draps. Si cela le dérangeait. Elle lui informa de ce qui lui restait à faire. Il se racla la gorge un moment, puis lui répondit... 

"Hm, non, ça ne me dérange pas, fait ce que tu as à faire..."

C'était dit dans un magnifique sourire. Puis, à son tour, le Tavernier se leva, sans toutefois la regarder, là, car il se mit dos à elle, pour une fois de plus retirer son boxer, dévoilant à nouveau son magnifique fessier. Une fois que cela sera fait, il pivotera légèrement sa tête en biais, pour la regarder, un moment. Cela dura quelques secondes, avant qu'il s'exécuta pour reprendre sa place sur le lit. Coucher sur le dos. La tête sur l'oreiller. James prit une nouvelle inspiration, un léger sourire au coin des lèvres. C'est qu'il pensait en ce moment. Au fait que Joanie devait venir proche de lui. Lui étant nu. Replacer des draps. Draps qui l'entouraient. Près de lui. Lui qui était nu. Oui, il était effectivement gêné. Stressé également. C'est peut-être pour cela qu'il mit ses mains rapidement, comme elles étaient placées la première fois. Sur le bas de son ventre, comme pour cacher ses parties intimes. Oui, même si cela ne changea rien, il fit cela pour se protéger. Protéger son corps de ses pensées. Il se parlait:"Du calme, James elle ne te touchera pas, elle va toucher le lit." Puis, sa tête se redressera, en biais, pour la regarder, pour attendre de voir ce qu'elle va faire. Gardant sa bouille timide. 

"Est-ce que c'est correct comme cela, Madame l'Artiste..."

Et comme à chaque fois qu'il était gêné, il devait parler. Il devait casser le silence, car cela le rendait trop mal à l'aise. Oui, il avait hâte qu'elle bouge, qu'elle fasse quelque chose, pour que la pression disparaisse, pour voir ce qu'elle allait enfin faire, à quelle proximité elle allait le faire. Il fallait que son corps se calme, surtout le bas de son ventre, qui se contractait, qui frémissait sous de petits chocs électriques... Oui, il fallait qu'il pense à une belle voiture rouge...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Lun 7 Mar - 22:18

C’était mignon comment les deux semblaient se justifier à l’aide du jeu. Oui, ils savaient maintenant que l’autre voulait apprendre sur l’autre, mais il restait que c’était plus facile de le faire via le jeu. Bon, d’accord...via ce même jeu, James c’était mis nu, mais c’est une autre histoire. Et puis, ils avaient convenus de nouvelles règles seulement sur les questions et non les actions. Joanie n’aurait jamais le même courage que lui pour se mettre nue ainsi.

En parlant de nu, son dessin n’était pas terminé à Joanie. Elle prit une inspiration avant de parler, parce qu’elle savait ce que ça impliquait, mais si lui voulait aller jusqu’au bout, elle aussi. Joanie avait pris un moment pour analyser le dessin puis la chambre et le lit. Il lui en restait peu et elle appliquerait des détails d’ombrage et autre plus tard…ils n’allaient quand même pas y passer toute la nuit…Bref, elle mentionna ses demandes et ce qu’elle devait faire. Bon, peut-être qu’elle exagérait…Non, en réalité c’était vraiment son côté artiste qui parlait, elle n’aimait pas faire mal les choses pour aller plus rapidement. Elle n’avait pas songé probablement que bon…il allait être nu quand elle allait replacer les draps autour de lui. Et avant qu’elles ne soient cachées, elle vit ses jolies fesses du coin de l’œil, comme trop timide pour se rincer correctement l’œil quoi. Déjà qu’elle rougit juste à penser au fait qu’elle regardait volontairement ses fesses. La Timide passa une main dans ses cheveux ramenant presque le trois quarts de ses cheveux du même côté. Malgré l’heure, elle ne se sentait pas du tout fatiguée. Non tout ça la rendait parfaitement réveillée, c’est clair.

Elle ne capta pas nécessairement le regard qui lui lança avant de se coucher, trop concentrer à…heu…concentré à quoi en fait? Se concentrer tout court probablement. Puis il s’installa sur le lit, comme tout à l’heure et là, elle pivotera pour le regarder complètement. Une petite seconde, elle remarqua les différences d’avec son dessin. Oui, les draps avaient bougé, cachant plus, cachant moins certains endroits près de son corps. Ce n’était pas dramatique, mais elle ne voulait pas gâcher son dessin.

‘’Oui…c’est parfait.’’

Joanie s’approchera alors de lui, doucement, timidement en tenant son carnet d’une main, comme pour voir ou se trouvait les ‘’petits problèmes’’ Et oui, elle tentait de ne pas penser à sa nudité. À la maigre protection des mains sur cette dernière. Elle avala sa salive et elle frôla les draps du bout des doigts en faisant très attention à ne pas toucher la peau de son modèle, sinon elle allait clairement mourir. Pouf, une Joanie inconsciente. Bon, on se calme, mais bon, elle était près et ça la déstabilisait. Elle tentait de faire rapide et professionnelle, mais James devant voir qu’elle était nerveuse, timide. Elle n’avait pas osé trop parlé au départ parce que bon, elle se concentrait encore hein l’Artiste.

Soyons honnête, elle ne s’attarda pas trop sur les draps près du bas de son corps. Ses iris s’attardant parfois sur sa légère musculature, la définition de ses bras, mais pas ses mains. Non, pas d’aussi près, de sa chaise, ses mains étaient bien belles, mais aussi près, c’était angoissant un peu. Finalement ses iris se tournèrent sur son visage. Son magnifique visage. Elle eut un petit sourire nerveux. Elle approchera ses mains.

‘’L’oreille cache un peu ton visage comme ça, attend…’’

C’était murmurer, comme souffler. Elle coinça son carnet sous son bras et de ses deux mains, elle tenta d’écraser un peu l’oreiller de le mettre comme ‘’sous lui’’, juste pour qu’elle puisse bien voir. Joanie frôla peut-être la peau de sa joue, ce qui la fit rougir et parlé pour briser la gêne.

‘’Pardon, je…hm. Elle changea alors aussitôt de sujet. Oui, il fallait parler. Est-ce que nos nouvelles règles sont rétroactives…tu sais, pour que tu puisses répondre à des questions que…tu m’as déjà posées?’’

Oui, elle avait frémit. Oui, ça l’a troublait. Et non, elle ne voulait pas que ça se voit. Elle se redressa une fois son manège fait et elle alla s’asseoir sur son banc. Il fallait respirer. Oui, c’était important.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Mar 8 Mar - 17:46

Bon, elle venait de lui dire tout était parfait, enfin, la façon dont il avait repris place sur le lit. Elle n'avait donc pas à revenir placer les draps du lit? Hein, elle n'avait pas à le faire? Hm, cela ne marchait pas comme ça, beau James. Un petit stress commença à s'emparer de lui lorsqu'elle s'approchera du lit pour replacer les draps. Cela paraissait dans son sourire, dans la façon dont il la regardait. Une petite étincelle de timidité au fond de l'oeil. Mon Dieu, qu'il avait chaud, malgré tous les frisson qui parcouraient son corps. Et malgré le fait qu'il soit complètement nu. Il remarqua que la Timide faisait bien attention de replacer que les draps au contour de son haut de corps. Le bas était évité un peu. Une chance, il n'aurait pas supporté. Mon dieu, qu'elle était près. Il aurait eu qu'à bouger un peu et elle l'aurait touché. Sa main contre sa peau, et juste à penser à cela, il déglutit un moment avec difficulté. Ne pas oublier la belle voiture rouge, James. 

Si lui, il pouvait voir qu'elle était nerveuse, elle put voir la même chose sur l'Excentrique, malgré son merveilleux sourire. Puis, la nervosité augmentera d'un cran. Lorsqu'elle parle et s'approchera de sa tête. Que faisait-elle? L'oreiller, Hum? Devait-elle absolument le bouger. Ho mon dieu. Ses mains s'approchaient, très près de lui. Même que l'une d'elles frôlera sa joue. Ses perles l'avaient fixé, elle. L'observant, l'analysant. Il était si silencieux. Puis, à son touché, il avait un retint un petit bruit, un léger frémissement. Oui, une chance que le Tavernier put le retenir, car elle était si proche, la Joanie, qu'elle aurait pu l'entendre. Bon, il devait se calmer. Calmer la tension qui avait dans le bas du ventre, calmer son rythme cardiaque. 

Puis, elle parla, pour couper le malaise qu'il se créait lui-même dans sa tête. Elle s'excusa, de l'avoir toucher. Il l'écouta, il la regarda également partir vers le fauteuil. Non, il ne l'avait pas vu frémir non plus. Heureusement, car le Copropriétaire aurait prit la main de l'Artiste et il l'aurait peut-être tiré dans le lit. Qui sait. Les pulsions d'un jeune puceau, nu, saoul, dans un lit, on ne sait pas où cela peut nous mener. Il avait suivi sa marche, puis, il secoua un moment la t^te, pour reprendre conscience, pour assimiler tout ce qu'elle venait de lui dire. Il fallait que tu répondes, James... Il se racla la gorge... 


"Hm, oui, cela peut-être rétrospectif..."

Puis, il pensa aux questions qu'il lui avait posé. Si elle était en relation avec quelqu'un ? Ho, il n'a rien là à cette question. C'était facile. Même qu'il se détendit un peu, en repensant à cela. Oui, il valait mieux relaxer et parler. Cela faisait en sorte que le bas de la ceinture ne s'active trop. Donc, avant même qu'elle ne pose la question qu'il lui avait déjà posé, il répondit à nouveau... 

"Non, je ne suis pas en relation, avec personne... "

Il eut un petit rire, puis il réfléchit s'il lui avait posé une question. Une autre question. Et là, il se  souvint. De l'autre question qu'il lui avait posé. Ho mon dieu! Le rythme de sa respiration augmenta un brin, à nouveau. La question était: À quel âge était ton premier baiser... Ton premier baiser? Ses joues s'empourprèrent un moment, mais peut-être qu'elle n'aura pas la chance de le voir, dû au peu de luminosité de la pièce. Il savait à quel âge il avait eu son premier baiser. Il savait à quel âge elle avait eu son premier baiser. Tout d'un coup, il se trouva tellement pathétique, dans ses mentalités et ses valeurs de vieille âme. D'attendre. De se donner à la bonne. Il avait sans doute énormément honte de qui il était et de l'homme qui lui faisait face. Mais bon, elle, avec sa belle timidité, elle avait été capable de lui répondre. Il devait lui répondre. Son regarde se détourna, se posant vers le plafond. Il restait dans la même position, simplement son regard qui déviait. Qui ne voulait pas affronter la réaction à Joanie. Puis, il chuchota, comme pour lui-même, comme pour faire face à ses propres mots...

"Et mon premier baiser fut à l'âge de 21 ans... Je crois..."

Il ne développa pas plus sa réponse. Si elle voulait en savoir plus, de toute façon, elle n'avait qu'à posé une question. Il lui répondrait, même s'il avait honte de ses réponses. Ses perles océaniques devait se perdre dans le plafond, vous savez, quand on fixe quelque chose trop longtemps et que les yeux s'embuent un peu d'eau... Bon, pouvait-elle recommencer son dessin, là, il ne se sentait pas bien. La tête lui tournait. Une pulsion au crâne. Toc... Toc... Toc...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Mer 9 Mar - 15:16

He oui, les caprices d’une Artiste James. Toi, tu étais bien parfait dans ta position, mais les éléments autour de toi ne semblaient pas l’être pour notre jeune timide. Beau contraste avec le fait qu’elle avait passé un certain moment près de son corps nu, près de sa peau. Ses doigts délicats faisant attention et bien sûr, elle n’osait pas trop le regarder dans les yeux, se concentrant sur les draps. Oui, les vilains draps qui avaient bougés. La magie ne pourrait pas satisfaire sa façon dont elle voulait les placer, non, son côté Artiste lui disait qu’il fallait faire les choses avec ses propres mains parfois.

Cependant, elle ne put éviter de regarder un moment son visage quand elle fut à la hauteur de celui-ci. Elle vit un peu de nervosité, enfin, c’était ce qu’elle croyait dans ses yeux, dans son sourire. C’était peut-être pour ça qu’elle fut déconcentrée et qu’elle toucha sa peau. Son corps voulait peut-être trop ce contact, mais elle ne l’assumait clairement pas, ça c’était évident. Du moins, pas en ce moment. Elle se remit donc à parler, pour briser le silence, briser le malaise. Elle lui parla des questions que lui, il lui avait posé. Il commença par se racler la gorge et confirma que oui, ce l’était. Bien, c’était bien. Pendant qu’il réfléchissait, elle se réinstalla comme tout à l’heure, un brin plus tendue, plus crispée. Encore une fois, le carnet contre ses genoux, une main tenant le haut de ce dernier pour le tenir debout, l’autre main avec le fusain. Oui, ce n’était pas idéal, le carnet comme ça dans l’air, mais ses traits étaient si fins, ses gestes si délicats qu’elle arrivait quand même à faire des merveilles. Elle pensait aussi aux questions et il fut plus rapide et commença par dire qu’il n’était pas en relation. UNE CHANCE. Premièrement parce que c’était terriblement gênant de penser qu’elle le dessinait nu et qu’il avait une compagne. On imagine la scène? Oui, c’est gênant. Et aussi…parce que bon, ça lui fit plaisir un peu. Elle s’en doutait peut-être, mais la confirmation ne fit que la rendre plus heureuse. Enfin, un bonheur calme hein. Son rire la fit sourire. Joanie avait commencé à dessiner, reprendre certains très, en détailler d’autres. Ses gestes semblaient plus précis maintenant. Elle avait travaillé rapidement pour ne pas qu’il soit inconfortable.

Reprendre le dessin lui fit du bien, la détendit clairement. Il n’avait plus le malaise de la proximité entre les deux. La Timide n’était pas habituée à ce genre de situation, mais en dehors de quelqu’un qui dessine beaucoup de nus, qui seraient à l’aise? Remarqua-t-elle l’effet de la deuxième question sur lui? Non, parce qu’elle était occupée à dessiner, entrant dans une transe qui ne lui permettait pas de voir le temps qui passe. Elle avait encore ses mots qui résonnaient dans sa tête et elle n’allait sûrement pas réaliser combien de temps avait passé avant qu’il ne reparle. C’était faux. Elle remarque quelque chose d’étrange quand il détourna le regard. Ah? Qu’est-ce qui se passait? Il en était à la question du baiser si sa mémoire était bonne –Et elle l’était s’entend.- Elle s’arrêta de dessiner à ce moment, le faible plus du fusain sur le papier se stoppa. Puis il parla. 21 ans. Elle haussa naturellement les sourcils. C’était…âgé 21 ans pour un premier baiser. Et on pouvait s’imaginer que c’était la première étape du reste. Et du reste on sait tous de quoi on parle hein? Sa surprise n’évoqua pas du dégout, non, pas du tout. Surprise parce que la société actuelle ne laissait pas deviner que c’était possible. Sa réaction verbale vint cependant assez rapidement.

‘’Tu es vraiment unique James…il avait comme un petit sourire timide dans sa voix puis elle reprit comme pour être sûr qu’il ait bien compris, mais dans le bon sens…’’

Oui, elle le pensait vraiment. De toute façon, regardez cette fille, peut-elle mentir? Sans doute pas! Il avait, en effet un petit sourire sur ses lippes. Ses joues s’étaient empourprées, elle regarda un moment son dessin sans le voir puis elle reprit la parole, dans un murmure, doucement.

‘’Tu…es tellement différent des autres. Des autres quoi? Tu as une façon bien à toi de tout faire…t’habiller, d’agir et même de fumer. Oui, elle avait remarqué tout ça et elle eut un petit rire gêné, levant un moment son regard vers lui. Je trouve ça…enfin…hm… Quoi? Excitant, magnifique, intéressant, passionnant, intriguant? Unique oui…’’

Ah ouais, il en avait des choses pas dites dans ses mots hein? Elle ne savait pas pourquoi elle s’était laissé emporter à parler comme ça. Quelque part elle enviait cette fille qui avait mérité son premier baiser. Elle devait être spéciale…oui, c’était évident pour Joanie qu’elle devait l’être. Elle aurait pu trouver un autre compliment qu’unique pour la fin de ses mots, amis ça aurait été trop. L’Artiste finit par relever un peu son regard, un petit sourire d’excuse et de timidité et elle se remit à dessiner, plus lentement…ses mains tremblaient un peu.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 10 Mar - 17:33

Pourquoi avait-il eu la brillante idée de faire un jeu avec la Demoiselle? Un jeu de questions et d'actions? Hein, pourquoi? Car il ne pouvait pas s'empêcher d'ajouter sa touche personnelle, peu importe où il passait. Puis, sans doute que Joanie l'intriguait. Oui, une fille aussi belle et aussi timide, ce n'est pas à tous les jours qu'il a la chance de croiser cela. Quand James l'avait remarqué, assise au comptoir, à dessiner ou à regarder son portrait, quelque chose en lui s'était déclenché. Comme s'il devait absolument la connaître, apprendre qui elle était. Elle avait tellement mis de la perfection dans sa reproduction que cela en était troublant. Comme si elle pouvait le connaitre juste en le dessinant sur un bout de papier avec du fusain. Lui, il ne connaissait absolument rien d'elle. Et lorsqu'il vit qu'elle était aussi gênée, l'idée du jeu lui sembla une merveilleuse idée. 

Jusqu'au moment où il fut saoul et que l'idée du dessin nu lui traverse l'esprit. Au départ, c'était une magnifique idée. Et de plus en plus, de plus en plus qu'il était là, couché sur le dos, à fixer son plafond, il trouvait l'idée un peu moins bonne. Pas qu'Il était pudique et qu'il n'aimait pas son corps. Non, ce n'était pas cela. Pas qu'il ne faisait pas confiance à Joanie. Ce n'était pas cela, mais els règles du jeu avaient changé. Puis, les questions que Jame lui avaient posée refirent surface. La première ne le dérangeait pas, mais la deuxième le confronta à ce qu'il avait de plus vulnérable. Sa virginité. Ses pensées. Ses valeurs. Il n'était pas né à la bonne époque. Il avait peut-être peur du jugement de la Timide, ou peur de son propre jugement. Bref, il avait été honnête, comme elle, elle l'avait été avec lui. Et il lui avait répondu. 

En fixant le plafond. Il entendait les trait du fusain sur le papier. Le Tavernier se concentrait sur cela. Sur ses traits. Sur le bruit du glissement rocailleux. Il eut un léger soupire. Puis, Joanie se mit à parler. Elle disait qu'il était unique. À ses mots, il leva les yeux vers elle. Son visage était fermé. Le sourire n'y était plus, mais il était attentif à ce qu'elle disait. Son regard comprenait un mélange de mélancolie, de tristesse et de gêne. Comme cela, ses perles prenait une drôle de couleur. Le vert plus présent, sans toutefois perdre du bleu. Puis, elle enchaîna... Dans le bon sens du terme. Ses mots résonneront dans sa tête. Que voulait-elle dire par là... Unique dans le bon sens... Du terme. Puis, la Bibliothécaire s'expliqua, dans un murmure... Ce qu'elle voulait dire par unique. Puis, à la fin de ses paroles, il capta son petit regard, avec son petit sourire. Il ne put que faire autrement et lui sourire. Un léger, presque invisible sourire. De remerciement sans doute. Peut-être le comprenait-elle mieux que n'importe qui. Elle avait remarqué des choses sur lui que sans doute sa propre soeur n'avait jamais remarqué. 

Ses yeux resteront sur elle. Un moment. Sa respiration se calma, son rythme cardiaque également. Il reprit contenance. Ses muscles, sur son visage et sur son ventre se détendirent, ainsi que la tension à ses épaules. Puis, il lui murmura... 

"Tu sais... Tu es unique aussi dans ton genre... Je n'ai rarement vu une femme qui était comme toi. Tu es si délicate que j'aurais peur de te briser.... Mais en même temps.... Je ne sais pas... Excuse-moi..."

La fin de ses mots n'était pas que murmuré, elle était presque silencieuse. Comme s'il avait perdu la voix en cours de route. Puis, ses perles détourneront leur regard, pour se planter de nouveau au plafond. Son corps était calme, mais ses yeux qui parlaient pour lui. Une étincelle de tristesse. Il ne sait pas pourquoi il avait dit tous ses mots, mais James les pensait. Puis, il s'était emporté à la fin et il le regrettait maintenant! Joanie n'avait pas à recevoir cela de sa part. Ce qu'il allait dit était gros, très gros. Et pour lui, délicate était un compliment. Un compliment d'une pureté exceptionnelle, car il était confronté à des femmes si fortes dans son entourage, que d eta voir là, si fragile... Il trouvait cela tellement charmant, tellement désirant... Ouf, non, il n'aurait pas pu dire ses mots et c'est pour cela qu'il se tut, regardant de nouveau le plafond, encore avec la t^te qui cogne... Toc... Toc... Toc...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Jeu 10 Mar - 18:12

Joanie devait avoir une vieille âme. Une sagesse que peu de jeunes de son âge possèdent. La sagesse de la vieillesse si on veut. C’était peut-être son amour pour l’art. Elle s’était perdue si souvent dans des œuvres diverses datant d’époque lointaine, les trouvant fascinantes. Elle n’était pas une amatrice du moderne et du contemporain. Juste à voir sa chambre, on ne dirait pas une chambre du 21e siècle! Elle appréciait d’avantage les arts manuels que les nouveaux arts que l’on peut faire à l’ordinateur par exemple. C’était aussi peut-être une sagesse qui lui venait d’évènements difficiles, comme la mort de son père.

Joanie sentait le regard de James sur elle quand elle parlait, jouant avec son fusain entre ses doigts. Elle ne dessinait plus, non, elle ne pouvait pas dessiner convenablement en parlant de la sorte. L’éclat de son regard quand elle décida de le regarder l’a mis toute à l’envers. Elle détectait mal la couleur de ses yeux, mais c’était l’intensité ou…peu importe, son regard vint la chercher au plus profond d’elle-même, causant une série de frissons sur ses bras nus. Ensuite elle s’était remise à dessiner. Avec minutie. Continuant quelques secondes quand il se remit à parler, mais elle s’arrêta rapidement, son corps semblait se crisper à ses paroles. Il avait dit femme. Elle n’était pas une gamine tuée par la gêne à ses yeux? Non. Femme. C’était le mot qu’il avait choisi pour parler d’elle. Non pas une fille. Joanie avait tellement craint de passer pour une jeune fille, une enfant à ses yeux. Un frémissement passa dans sa colonne vertébrale et elle se redressa un peu, légèrement. Ses perles verdâtres se poseront sur lui. Son cœur s’était mis à battre si fort, si rapidement. Elle osa, parce que la curiosité était plus grande que la timidité, parce qu’elle devait savoir, on dirait que c’était plus fort qu’elle.

‘’S’il te plait, ne t’excuse pas James…tu…n’as pas du tout à…te retenir de parler avec…moi, elle prit une petite inspiration, En même temps quoi…?’’

C’était dit tout bas, avec sa petite voix de souris. C’était étrange peut-être avoir une conversation dans cette situation, mais ça ne la dérangeait pas, en réalité, elle pensait juste à la suite de ses mots, parce que ça la faisait frémir, sauter des respirations, c’était intense. Il avait quelques choses dans ses mots qui faisaient travailler son corps énormément. Et elle le pensait, il ne fallait pas se retenir, surtout pour avec elle. Joanie pouvait écouter et là, elle voulait surtout entendre ce qu’il avait tant retenu. Cependant, elle fut patiente, son corps crispé, oui, mais pas par l’attente, par la gêne, pas les chocs électriques dans son petit corps.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Ven 11 Mar - 8:39

Puis, le bruit du fusain se tut. Il n'avait plus que le silence des chandelles dans la chambre. Lueurs qu'il fixait sur le plafond. Essayant de ne pas penser. Essayant de se concentrer sur l'ombre de la lumière. Oui, c'était une bonne idée. Non, il ne remarqua pas que Joanie s'était arrêtée pour le regarder. Suite à ses mots. Suite à ses aveux. Oui, pour lui, c'était une femme. Seulement une femme pouvait être aussi fragile, aussi compliqué dans sa pureté. On l'avait dit, James était un garçon sensible. Il éprouvait un respect pour les Femmes comme rare un Homme pouvait en éprouver. Peut-être que c'était pour cela qu'il avait attendu la Bonne. Peut-être que c'était pour cela qu'il attendait le mariage. Respectant les règles d'autrefois. Quand les Hommes faisaient la cour aux Femmes. 

Et là, ce qu'il lui avait dit c'était peut-être cela. Une forme de romance, mais dans sa position, nu, dans son lit, cela enlevait un certain charmant. Ou cela en rajoutant. Il n'en était plus sûr. C'était pour cela que le Tavernier s'était remis à fixer le plafond. Pour penser à ce qu'il venait de dire. De faire. Il trouvait un brin la situation embarrassante. Il se trouvait embarrassant. Vraiment. Pourquoi avais-tu dit cela, James? Pourquoi t'étais-tu laissé autant emporter par tes émotions. Puis, la Timide parla. Au début, il ne la regardera pas. Fixant toujours le plafond. Mais son coeur se mit à battre de nouveau plus rapidement. Étrange réaction physiologique. Elle lui disait qu'il ne devait pas s'excuser. Qu'il n'avait pas à retenir ses mots, avec elle...

C'est à ce moment que son minois se soulèvera pour qu'il plonge de nouveau son regard dans le sien. Et elle reprit ses mots, dans une question. Joanie voulait savoir la suite de ses mots. Ce qu'il avait voulu lui dire et qu'il avait coupé en plein milieu de la phrase. Pour s'excuser. Les coups de son coeur puis le bruit de sa tête qui cogne commencèrent à faire un beau duo, une belle mélodie. L'Excentrique prit une grande inspiration. Pour essayer de calmer son corps. Ses réactions. Puis, un léger sourire revint à ses lèvres. Lorsqu'il l'observa. Si petite, si belle dans son fauteuil. Puis, il murmura à son tour... 

"Et en même temps... Tu as une force dans ton regard qui contraste bien avec ta fragilité... Que j'aime bien..."

Et il eut un petit rire timide, rabaissant son minois pour qu'il fixe de nouveau le plafond. Il devait avoir quelque chose qui faisait en sorte que son regard retourner toujours là. Une sorte d'attraction silencieuse. Peut-être la peur de voir ses réactions. Un échappatoire. Sans doute cela, un échappatoire. Même si tout ce qu'il venait de dire, James le pensait. Il était sincère, mais il n'était pas habitué à faire cela. La seule fois qu'il avait courtisé une fille, c'était prévu. Les liens étaient déjà fait avant même qu'il ait poussière de désir. Donc, là, c'était totalement nouveau pour lui. Ses mains, sur ses parties se resserrent un peu, comme si tout d'un coup, il avait froid. En fait, il avait des tonnes de frissons qui parcouraient son corps. Dû au stress, à la peur, au désir. Son coeur battait encore tellement fort dans sa cage thoracique qu'ils e disait que ce n'était pas normal. Un coeur ne pouvait pas battre aussi vite... Si ?

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Sam 12 Mar - 17:17

C’était ses vieilles valeurs qui le rendaient si spécial aux yeux de l’Artiste. Elle aimait cela, enfin de plus en plus. On s’entend qu’aux premiers regards, c’était son style, son visage, son sourire. Elle ne le connaissait pas, mais côté physique il lui plaisait déjà. Maintenant savoir que la personne derrière tout ça était toute aussi intéressante, passionnante, c’était vraiment agréable. Cela faisait seulement qu’elle l’appréciait réellement, avec toute son unicité. Il était parfait à ses yeux. Ses yeux d’Artiste, ses yeux de timide. La jeune femme l’avait connue excentrique, mais il avait aussi un côté plus tendre, plus sensible. Il n’avait absolument rien qu’elle apprenait de lui qui lui déplaisait ou qui la dérangeait.

Elle voyait un peu son profil de côté de sa position pendant qu’il regardait le plafond. Elle s’attarda sur les lignes de son visage, de ses cheveux, son nez, ses lèvres…on se concentre. C’était peut-être ce qu’il s’apprêtait à lui dire qui la rendait nerveuse. Sa main qui tenait son fusain s’activant un peu en le bougeant entre ses doigts, bougeant un peu les fesses comme pour retrouver une position confortable. Elle parla ensuite pour savoir ce qu’il voulait dire, ses joues devenant plus rouges encore quand il la regarda à la fin. Son sourire aussi l’acheva mentalement, à l’intérieur. Comme si son corps prenait feu, mais un feu agréable, comme l’alcool dans la gorge. Il finit par lui répondre, ses iris remplis de pépites verdâtres ne quittant pas se regard si hypnotique.

Puis il répondit, il continua sa phrase de tout à l’heure. Elle déglutit avec difficulté. Un faible sourire venant sur ses lippes. Un sourire rempli de gêne, de joie peut-être, mais plus caché, plus doux. Elle abaissa un moment ses yeux sur ses cuisses puis elle le regarda de nouveau, même si lui regardait maintenant le plafond, plus tendrement peut-être. C’était un compliment qui lui faisait chaud au cœur, vraiment.

‘’C’est vraiment gentil…je…merci…’’

Murmura-t-elle doucement puis elle se remit à dessiner, le bruit du fusain habitant de nouveau le silence de la pièce. Elle avait presque terminé, mais ce qui lui restait comprenait des détails qu’elle ne voulait absolument pas rater. Cela prit donc un petit moment. Moment durant lequel elle repensa à ce qu’il lui avait dit, à ses mots qui résonnaient sans cesse dans sa tête. Son cœur battait encore fort, mais sa respiration était plus calme, plus contrôlée. Elle commençait à fatiguer un peu, mais que physiquement, elle sentait que son corps était plus lourd, pourtant son cerveau était très réveillé lui. Elle eut un faible sourire lorsqu’elle termina, regarda l’ensemble du dessin, elle avait été concentrée durant tout ce temps, mais là, elle se sentit un peu gênée. Elle venait de dessiner James. Elle s’éclaircit un peu la gorge, timide avant de parler, doucement, comme pour ne pas briser trop le silence.

‘’James…j’ai fini.’’

Oui, c’était fait. Elle avait rempli son action qu’il lui avait demandée et qui avait entraîné bon nombre de découvertes, de discussions…oui, elle était vraiment contente d’avoir dit oui maintenant. Après avoir regardé son dessin, elle lèvera les yeux sur lui, attendant une réaction, une réponse.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Dim 13 Mar - 9:33

Elle le trouvait gentil! Elle le remercia, suite à ses mots. Oui, il en avait beaucoup dit, des mots. Des mots sincères. C'était courtois, poli et respectueux. Surtout respectueux. De toute façon, juste à le regarder, juste dont la façon qu'il s'habillait, on voyait clairement qu'il respirait le respect. Comme un Homme d'époque qui faisait la cour aux femmes, mais de façon si romanesque, si tendre. Chaque étape, chaque pas respirant le respect de soi et d'autrui. Oui, ses mots reflétaient tout cela, comme tout son corps. Puis, bon, il avait retourné son regard vers le plafond. Pour réfléchir à la situation. Pour calmer sa tête. Pour calmer son coeur. Les émotions contre la pensée. Un dur combat. Et avoir un point centré sur quelque chose, ici le plafond, l'aidait à ne pas trop s'affoler. À garder quand même un juste milieu. 

Puis, elle se remit à dessiner. Le bruit du fusain contre le papier lui fit un bien fou. Comme s'il pouvait se concentrer sur ce bruit, ainsi que sur son regard sur le plafond. Oui, James était bien, avec le bruit ambiant que l'Artiste créait en le dessinant. Cela le rassurait D'une certaine façon. Puis, un moment passa. Il se surprit même à fermer de temps en temps les yeux, un peu plus calme, un peu plus apaisé. Joanie repensait aux mots qu'il lui avait dit. Lui, il essayait de les éloigner de sa tête. Pas qu'il ne les aimait pas. L'Excentrique ne réalisait tout simplement pas qu'il lui avait ce genre de truc. À elle qui connaissait si peu. Mais une soif de lui dire avait pris possession de son corps et impulsivement, il lui avait fait ses aveux. Aveux tellement sincères. Les chandelles étaient presque toutes fondues. Une légère lueur provenait de l'extérieur, à travers les rideaux. Signe que le jour allait bientôt se lever. 

Il devait être aux alentours de 6h00, 6h30 du matin... Un dessin de nu, cela ne se fait pas en criait ciseau. Cela prend du temps. Et c'est ce qu'ils ont fait, ils ont pris leur temps. Puis, la Bibliothécaire lui avoua qu'elle avait terminé. Il ouvrit les yeux, levant la tête vers elle. Un léger sourire vint à sa bouche. La regardant un moment. Croisant son regard. Il soulèvera son torse. S'étirant les bras un moment. Cela faisait longtemps qu'il avait été dans la même posture. Le corps était plus lent, plus lourd. Ensuite, il passera une main dans ses cheveux, comme pour les replacer. James se lèvera du lit, face à elle. De toute façon, maintenant, elle avait tout vu. Pourquoi se cacher, cela rajouterait que du malaise à la scène. Donc oui, nu comme un verre, il était face à elle. Il la regardera, plongeant ses perles dans les siennes. Son sourire avait disparu à ce moment. Ayant une moue un peu plus sérieuse. Puis, attrapera son boxer pour l'enfiler, pour cacher ses parties, sans toutefois dévier le regard. Comme s'il la défiait. 

Peut-être qu'il avait besoin de cela. De voir qu'elle le regarde. Pas juste pour le dessin. On se rappelle. Il est puceau. Jamais une femme n'avait vu son corps. Ni le toucher. Ou presque. Pour lui, il n'était pas un sujet au désir. Bref, une fois le boxer mit, il s'assit au lit, tapotant le matelas de sa main, pour l'inviter à s'asseoir à ses côtés. Son sourire revenant. Un léger sourire. Un gentil sourire. D'une part, il était quand même heureux de ce qu'il venait d'accomplir. C'était une grosse étape pour lui, il ne fallait pas l'oublier. Puis, il racla la gorge...

"Viens, je veux voir ton dessin... Et après, je te laisserai partir. Tu dois être épuisée... Je ne te retiendrai pas plus longtemps..."

C'est vrai qu'il se faisait tard, ou tôt, c'était au choix. Et quelque chose dans son sourire, dans ses perles océaniques laissaient croire qu'il se sentait mal de la garder ici, avec lui, chez lui, sans aucune bonne raison... Sauf un dessin de lui, nu...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Lun 14 Mar - 18:07

C’était peut-être pour ça qu’elle lui faisait presque aveuglément confiance. Elle n’aurait pas suivi n’importe qui dans son appartement, soyons honnêtes. Et encore moins le dessiner nu. Ce n’était pas pour rien que c’était la première fois qu’elle le faisait! Elle avait tellement été inspirée, attirée par ce qu’il dégageait depuis le départ qu’elle ne doutait absolument pas de ses mots et de ses gestes. Ce n’était pas un maniaque sexuel et elle n’avait jamais pensé que ça pourrait être le cas.

Elle détourna son regard de son œuvre et du modèle que pour réaliser que le jour commençait à pointer le bout de son nez. Elle eut une pensée pour sa mère. Elle allait…non, elle n’allait pas la tuer. Pas que la mère de l’Artiste s’en foutait, mais c’était sûrement l’enfant en qui elle avait le plus confiance et avec son instinct maternel de superman, elle devait savoir que tout allait bien pour sa benjamine. Joanie eut un sourire pour elle-même ainsi qu’un petit sourire. Moui, elle allait en avoir des questions sa chère maman. C’est pour ça qu’elle n’augmenta pas la cadence, préférant faire quelque chose de beau, de parfait.

Elle parla donc doucement quand elle mentionna qu’elle avait terminé et elle eut droit à un sourire qui la fit sourire également. Son corps était un peu crispé par la position, mais elle était fière de son travail, heureuse de sa nuit et…satisfaite dans l’ensemble de sa vie. Oui, c’était peut-être la fatigue qui lui donnait l’effet d’être sur un petit nuage. Ses yeux brillaient un peu de cette fatigue d’ailleurs, mais rien de grave et d’alarmant. C’était peut-être pour ça que malgré sa gène, elle ne fut pas capable de détourner rapidement le regard de sur lui quand il s’habillera. Oui, la fatigue rendait le corps lent à la réaction. Donc voilà…mais ça ne restait pas une excuse s’entend. La vraie raison étant qu’elle…bon…on va le dire une fois. Elle aimait le regarder nu. Voilà, c’est dit, on passe à autre chose.

Elle avait croisé son regard, soutenu son regard. Le rouge lui montant aux lèvres. Elle était une femme faible ou se regard lui fit de l’effet? Oui, vraiment. Oui, elle le regardait, elle ne pouvait pas s’en empêcher là. Elle avait arrêté de respirer quelques secondes. Ce fut le tapotement sur le lit qui la fit repartir ses poumons et elle se lèvera de suite, sentant son corps comme grincer par la posture adoptée durant un bon moment. Elle tenait son carnet à deux mains, comme d’habitude, un sourire plus que gêné habitant ses lèvres. Après ses mots, elle vint poser ses fesses là où il avait tapoté le matelas, comme si elle voulait que lui établisse la distance entre eux. Ce fut une fois assise qu’elle parla.

‘’Je ne pourrais pas dormir je crois, Dit-elle en se disant en même temps que c’était peut-être étrange qu’elle dise ça puis elle reprit doucement, comme pour lui faire oublier ce qu’elle venait de dire. Je crois que j’opterais plus pour une chocolat chaud.’’

Elle sourit doucement à James, timidement bien sûr et elle lui tendit le carnet, avalant sa salive. En regardant le résultat en lui donnant, elle réalisa comment elle avait fait un côté terriblement sensuel avec le jeu des lumières et ça la gêna encore plus…elle s’était peut-être un peu gâtée dans ce dessin la petite Tremblay.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 14 Mar - 19:22

Elle n'avait pas dévié son regard& Elle... N'avait pas... Dévié son regard? Oui, cela avait surpris le Tavernier, même s'il n'avait laissé rien paraître et qu'il s'était habillé comme si rien N'était. Crier ou faire: YOUHOUUU, n'aurait pas été élégant. Puis bon, la réaction de Joanie, à le regarder nu, à ne pas détourner les yeux de sur son corps, l'avait touché. Mais bon, il évita ce malaise, n'en parlant pas et simplement à l'inviter à s'asseoir à ses côtés, sur le lit, une fois que ses boxers fut mit. Non, il n'en fera pas de cas, mais il allait sans doute penser pendant un long moment à ses perles de forêts sur sa chair dénudée. Aucune femme ne l'avait vu nu, c'était déjà dit, mais jamais, non plus, il n'avait ressenti l'effet que cela faisait d'avoir un regard de femme sur son corps et de sentir un peu d'affection dans ce regard. De l'affection sur ce que les yeux voyaient. 

Puis, bon, elle se leva, armé de son carnet et l'Artiste vint s'Asseoir enfin à ses côtés. Non, elle n'était pas loin de lui. James avait fait en sorte qu'elle soit proche. Quelques centimètres les séparaient à peine. La largeur d'une main d'homme, peut-être! Tout au plus. Il ne la voulait pas loin. Bon, premièrement, car il voulait admirer son dessin. Deuxièmement, car il aimait la savoir près de lui. Le fait qu'il soit encore en boxer, si proche de la Mademoiselle, fit augmenter sa respiration un moment. Oui, un moment. Une respiration accélérée de gêne, d'envie, de timidité... D'inexpérience... 

Puis, elle répondit à ses paroles. Qu'elle ne pourrait pas dormir. Lui non plus, il ne pourra pas beaucoup dormir. Sa tête était trop allumée pour dormir immédiatement, en tout cas. Son sourire s'accentua à ses paroles. Un chocolat chaud. Elle était adorable. Parfaitement adorable, la Timide. Il passa de nouveau, une main dans ses propres cheveux. Pour bouger un peu. Pour activité la circulation sanguine dans ses veines. Comme toute réponse, il lui fit un clin d'oeil. Pourquoi un clin d'oeil??? CAR IL NE SAVAIT PAS COMMENt RÉAGIR À SES MOTS. Cela voulait dire quoi? Elle voulait un chocolat chaud! Devait-il lui en faire un? Voulait-elle partir maintenant? Devait=il l'embrasser? NON! Cette dernière option était à éviter. Puis, elle lui tendit le carnet, ce qui lui sauva la vie. Il lui sourit, un peu de rose aux joues, suite à son geste tout à fait enfantin. James se saisit du carnet. La regardant un dernier moment, avant de contempler son portrait. Son portrait nu. 

De le voir ainsi, comme cela, dans cet été, sur une feuille, cela avait quelque chose de bizarre, de surréaliste, mais aussi d'Excitant. Excitant dans tout les sens. Il avait quelque chose dans ce portrait de sensuel... Quelque chose qu'il ne voyait pas de sa personne, qu'elle, elle avait été capable de capter, de reproduire. Il observa, un long moment. Au moins, dix minutes. En silence. Analysant chaque détails. Ses perles s'embuèrent. Comme lorsqu'il fixait le plafond, comme lorsqu'il regardait quelque chose pendant trop longtemps et qu'il était ému. C'était un sensible, l'Excentrique. Puis, son minois se redressera, plongeant ses perles mouillées dans les siennes. Sa respiration était lente, coupée par les émotions qu'il ressentait. Puis, il chuchotera, très bas...

"C'est magnifique Joanie... Je ne... sais pas quoi dire..."

Une de ses mains délaissera le carnet, pour que ses doigts viennent frotter ses yeux... Sensible, je vous l'avais dit...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Mar 15 Mar - 16:05

Durant la dernière étape de son dessin, Joanie avait réussi à se laisser totalement absorber par son art. Par son envie de faire quelque chose de magnifique de faire une œuvre digne de ce nom. Pour elle et surtout pour lui. Pour l’impressionner, pour qu’elle puisse rendre ce que elle, elle voyait de lui. Bien sûr, cette dernière raison restait quand même plus discrète, moins assumée dans sa tête, mais c’était peut-être celle qui faisait qu’elle se concentrait plus. Concentration qui avait quand même pris pas mal de son énergie et surtout que la nervosité consommait pas mal du corps également. Elle se sentait fatiguée, mais de cette bonne fatigue, agréable qui laissait présager des souvenirs qui ne s’oublieront pas. La fatigue faisait de ces effets parfois… Au fond, sa gêne, c’était son cerveau qui contrôlait ça. Qui faisait monter le rouge aux joues, qui la faisait baisser les yeux. Il devenait moins vif une fois qu’elle était fatiguée, comme n’importe qui au fond. S’il pouvait voir vraiment comment ce regard lui était souvent destiné de la part de l’Artiste. Bien sûr, il avait une étincelle de plus avec sa nudité, un peu de désir même si c’était terriblement gênant pour la jeune femme de penser cela. Mais c’était présent. Elle le trouvait beau, parfait comme elle avait déjà dit.

Son corps semblait réagir de toute sorte de façon à sa proximité, de la gêne, des regards furtifs, des petits tremblements parce qu’il était si peu vêtu. Parce qu’elle aimait regarder son profil. Elle l’avait dessiné si longtemps que maintenant elle le regardait avec un regard qui exprimait peut-être un peu trop ses émotions en ce moment. Elle ne pouvait cependant pas faire autrement, elle n’arrivait pas à éteindre ça de ses yeux. Heureusement, ils échangèrent quelques mots. Rapidement. Trop rapidement. Joanie ne sut pas trop comment interprété sa réaction, parce qu’elle avait l’impression d’avoir dit quelque chose de bizarre avant même qu’il ne réagisse. Alors il fallait juste passer à autre chose, hein, bonne idée. Un clin d’œil. Elle aussi avait les joues rouges. Ils devaient être mignons tous les deux à ne pas savoir trop comment agir. Elle croisa ultimement son regard avant qu’il ne regarde son dessin. Elle passa ses mains sur ses cuisses, signe d’un peu de nervosité de la jeune femme puis elle regardera son profil, regardera sa réaction.

10 minutes parfois c’est long, parfois c’est court…là, Joanie ne vit pas le temps défiler, elle le regardait. Elle allait finir par le connaître par cœur, surtout avec ses deux dessins de lui et surtout son envie, son désir de le connaître. Son regard se risquant à glisser sur ses épaules, ses bras, son torse…parce qu’elle l’avait dessiné d’un peu plus loin, là elle était près de lui, elle pouvait mieux regarder, mieux voir. Puis ses iris finiront sur son dessin, pas trop longtemps, elle sentait une gêne la gagner en le regardant trop longtemps. Une gêne liée au désir. Retournant finalement à regarder son visage. Son regard attira son attention, voyant la brillance qui s’y installait. Elle se sentie émue un peu à voir sa réaction. Provoquer des sentiments avec ses œuvres, c’était le plus beau cadeau d’un Artiste. Et à voir James comme ça, si sensible, si beau, elle se sentie toute chose. Le cœur léger, tiède. Cœur qui manqua un battement quand il leva finalement son regard. Regard qu’il n’eut pas à chercher trop longtemps parce qu’elle les attendait, ses yeux. Ses si beaux yeux, maintenant remplis de larmes. Il était magnifique, elle eut envie de lui dire. Sa voix aux accents de son pays résonna dans ses oreilles comme une mélodie. Elle était complètement charmée par lui, s’en doutait-il? Le sentait-il?

C’était soudainement si puissant, si fort, mais si pure comme sentiment. C’était peut-être sa réaction. Sa sensibilité, son regard, sa voix, son corps, lui tout entier qui affecta la jeune artiste. Qui alluma en elle une pulsion soudaine, une pulsion qu’on ne pourrait jamais douter d’elle, qui venait tellement de son subconscient, d’envies refoulées et de désirs non assumés.

La main plus proche de lui vint se poser entre eux, doucement, pour pouvoir se soutenir tandis que son corps s’approchait du sien. Précisément son visage vers le sien. Que faisait-elle là? Si près? Elle approchait ses lèvres des siennes. Ce fut plus une douce caresse qu’un baiser appuyé. Délicat comme un nuage, mais électrisant comme la foudre dans son corps. Tout son corps, sa tête, son cœur l’avait poussé à aller l’embrasser, dans toute sa timidité, dans toute sa pureté d’âme. Cela ne dura pas longtemps parce qu’elle reculait déjà un peu la tête. Figée de terreur de son audace. Le regard allant dans le sien. Elle avait tellement peur d’avoir brisée quelque chose. C’était la crainte, l’effroi qui la faisait figer ainsi, sinon elle aurait pu s’enfuir tellement qu’elle se sentit gênée. Elle avait aimé ça, elle avait trop aimé ça. Et si lui ne la voyait pas comme ça? Que comme une gamine un peu trop entreprenante maintenant? Oui, la peur dévorait soudainement son âme, son corps. Ses yeux brillèrent un moment. Ah Zut! Que venais-tu de faire?! Elle aurait été capable de vivre près de lui sans rien n’avoir que pour le plaisir de sa compagnie, elle s’en serait contenter de crainte de ne plus le voir et si maintenant elle venait justement de tout briser? De faire écrouler ce qui les liait?

‘’James…je…’’

Et elle se tut. Sa voix montrait sa crainte, mais bon Dieu qu’elle avait aimé cela, qu’elle avait maintenant le souvenir de ses lèvres sur les siennes. Sa voix mourut dans l’angoisse et attendant, maintenant, fatidiquement sa réaction.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Mar 15 Mar - 18:14

L'impressionner? Elle voulait faire cela pour l'impressionner? Elle avait mis beaucoup d'efforts pour rendre l'oeuvre encore plus magnifique, pour l'impressionner? Elle pouvait dire qu'elle avait réussi. Après tout, sa réaction prouvait totalement cela. Oui, certes, c'était un homme sensible, la James. Cela n'en prenait pas gros au Tavernier pour être touché. Pour plonger dans ses pensées. Il avait un regard sur lui-même peu favorable. Il ne se voyait pas comme les autres le voyaient. Peut-être que c'était pour cela qu'il s'habillait de façon si excentrique. Qu'il fumait différemment, qu'il pensait différemment. Sa façon d'être répondait à son côté émotif. Comme ses yeux qui s'embuent à la vision de son dessin. En fait, il ne pleurait pas. Seulement que ses perles océaniques était humides. Un peu plus mouillées qu'à la normale. Un peu plus rougies. Un regard intense, empreint de sincérité, d'émotions, de passion. Il ne faisait rien à moitié, le James, même dans ses réactions. La fatigue et l'alcool qui coulait dans ses veines n'aidaient pas. Cela rendait ses sentiments plus sensibles. Il était un peu plus à fleur de peau. C'est pour cela qu'il avait frotter ses yeux d'une main. Du pouce et de l'index. Pour reprendre contenance. Il avait passé trop de temps à regarder le dessin. Trop de temps à l'analyser. Cela l'avait touché Puis, son minois s'était levé, vers elle. Encore avec les yeux rougies, remplis de sensibilité. Mais avec un petit sourire aux lèvres. Léger sourire. 

Puis, Joanie déposa sa main contre le matelas, dans l'espace qu'il restait entre leurs cuisses. C'était si proche. Elle le frôlait presque. Ce qui aura pour effet de le faire frissonner. Ce N'était pas trop difficile d'arriver à cette réaction. Dans sa position, dans son état... Dans sa presque nudité. Non, il n'avait pas remarqué son regard, lorsqu'il regarda son dessin, mais juste le contact de sa main, si près de lui, lui faisait le même effet que si le Tavernier avait capté ce regard, ce regard qui détaillait son cops. Une gêne. Une timidité. Mais du désir également faisaient vibrer son être. 

Puis, ses perles océaniques la fixera. Savait-il qu'il la charmait autant? Que Joanie le désirait autant? Non, il ne le savait pas. James n'était pas le genre de garçon cocasse au niveau des relations interpersonnelles. En fait, il était aveugle, car dans sa vie, il n'avait eu qu'une seule relation, avec une fille et cela datait quand même de quelques années. De plus, il n'avait même pas eu à faire les démarches pour avoir cette relation, tout avait été planifié pour lui. Pendant un moment, il fixa son regard, oui. Jusqu'à l'instant où il perdit le contact avec ses yeux de sapin. Il avait perdu le contact, car le Bibliothécaire avançait son minois vers le sien.  

Que faisait-elle? Elle voulait avoir une autre vision de sa tête? Il avait quelque chose entre les dents? Étrangement, son coeur se mit à battre si rapidement, que cela en était presque insupportable. Sa respiration, inexistante. Il n'osait pas bouger, ni même respirer, de peur de créer un malaise, de faire fuir Joanie ou bien de tout simplement s'évanouir. S'évanouir, car elle déposa délicatement, en une caresses ses lèvres contre les siennes. C'était tellement doux qu'il se demandait s'il ne rêvait pas. Non. Il n'avait pas fermé les yeux. Surpris par son geste. Mais il ne l'avait pas repoussé non plus. Il avait retenu un frémissement. Un soupire. Non, James n'était pas habitué à ce genre de geste envers lui, mais il était capable de gérer quand même un peu ses émotions. Il avait senti des chocs électriques tout au long de son échine. Choc qu'il le rendait un peu fiévreux. Un peu paralysé. 

Et la Belle recula sa tête. Ses perles océaniques accueillit son regard. La fixant. Oui, il la fixait. Il ne parlait pas. En fait, il ne savait pas quoi dire. Ses mains s'étaient accrochées à son carnet. James devait se soutenir après quelque chose, pour ne pas tomber. Il prit une bonne inspiration. C'était impossible. Une fille comme Joanie ne pouvait pas l'avoir embrassé. Et pourtant, c'était bien ce qu'elle venait de faire. Il était incapable de penser. Puis, la Timide prononça son prénom. Ce qui aura pur effet de refaire fonctionner sa respiration, adéquatement. Il aimait entendre son nom... Il aimait qu'elle prononce son nom en fait. L'Excentrique ne répondit pas. Pas tout de suite. Non, ses perles l'analysaient plutôt. Ses yeux parlaient pour lui. Un peu de peur. Peur de ne pas savoir comment réagir à tout cela. D'avoir l'air tellement idiot dans cette situation. Il avait aussi une petite étincelle dans son regard. Un étincelle de désir. Certes, il était puceau, mais c'était quand même un Homme. Il ne fallait pas l'oublier. 

Il déposa finalement le carnet de l'autre côté de lui, sur le lit, sans toutefois la quitter du regard. Puis, ses mains iront se saisir du cou de Joanie, la tirant vers lui. Avançant sa tête vers la sienne. Puis, là, il ferma les yeux, pour venir cueillir de nouveau un baiser. Un baiser qu'il répondra, cette fois-ci. Un baiser dont ses yeux se fermeront, pour profiter de c moment. Un baiser empreint de timidité. De gêne, mais qui était aussi contrôler. En fait, c'était comme s'il embrassait pour la première fois. Une femme qui ne lui était pas destinée, mais dont le désir de l'embrasser était fort.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Mer 16 Mar - 15:10

S’il y a bien une chose que Joanie sait se reconnaître, c’est son talent de dessin. Bien sûr, elle ne se lance pas des fleurs à elle-même, mais elle a assez d’humilité pour reconnaître qu’elle a un certain talent et elle avait bien réalisé que quand elle mettait beaucoup du sien, elle arrivait à faire des œuvres qu’elle trouvait magnifique. Là, ce dessin, elle le trouvait magnifique. Parce qu’elle ressentait quelque chose de fort pour le Tavernier et c’est avec ce regard qu’elle avait dessiné, avec cette passion. Donc oui, c’était pour l’impressionner, mais ce ne fut pas difficile de se donner à fond pour son dessin. Joanie était une personne en apparence très calme, mais de par ses œuvres, son talent, elle avait une intensité cachée que l’art permettait de transmettre. Sa réaction l’avait touchée. Touchée parce que c’était sincère, ce n’était pas de la fierté qu’elle avait ressentie quand elle vit son regard, non, de l’envie, de la passion, quelque chose qui causait des papillons dans son estomac, qui faisait contracter ses muscles. Elle ne connaissait pas une autre personne sur cette terre qui soit comme James Taylor.

C’est pour ça qu’elle réagit ainsi, qu’elle laissa aller son corps. La fatigue prenant un peu les commandes pour abaisser ses barrières. On dirait que son corps fit une pause pour fonctionner correctement, il ne restait que l’envie de l’embrasser, une envie urgente, comme si si elle ne le faisait pas, elle manquerait sa chance. Donc moment de pure envie, de sentiments sincères puis la peur s’invita. Une peur qui fit lever le duvet de sa nuque, qui fait ralentir le cœur et donne l’impression des coups de couteaux dans la gorge, oui, elle avait peur. Elle était tout simplement terrorisée. Le regard sapin de Joanie tombant dans la mer des iris de James. Il ne parlait pas, il ne faisait que la regarder et la peur faisait jouer l’imagination de la jeune femme. Il était choqué qu’elle ait fait ça…elle sentait comme des fissures dans son âme, elle tremblait un peu et ce n’était pas parce qu’elle était appuyée sur le matelas entre eux. Peut-être tentait-il de trouver des mots pour lui expliquer que c’était impossible et elle, elle allait trouver une façon de lui dire qu’ils pouvaient oublier s’il le désirait, elle ne voulait pas perdre James de sa vie. C’était intense comme pensée, mais elle le pensait vraiment. C’était sans doute ce qu’elle était sur le point de dire avant que la peur ne noue sa gorge, ça faisait mal.

Puis elle se noya dans son regard, la peur avait de l’imagination, mais l’espoir était présent. Tout petit, dans un coin. Qu’avais-tu vu dans ses yeux, Joanie? Il a…oui, quelque chose non? Regarde bien, regarde mieux. Elle était tellement perdue dans son regard qu’elle eut presque un sursaut quand il bougea, mais il continuait de la regarder alors elle continuait de le regarder aussi. Jusqu’à ce que ça ne soit plus physiquement possible de le regarder parce qu’il venait de se saisir de son cou…pour l’embrasser de nouveau. On dirait que son corps venait de prendre feu, un feu chaud et froid en même temps. Des frémissements qui parcourent son corps en entier, des orteils jusqu’à la pointe de ses cheveux, des frissons d’excitations circulant sur sa chair tandis que son sang semblait bouillir. Ses doigts sur le matelas se crispèrent un peu de surprise. Joanie répondit au baiser, peut-être avec moins de retenue, en savourant plus ce baiser. Ce n’était pas son premier baiser à la jeune femme, mais un comme ça? Oui, ça n’avait rien d’un premier baiser ordinaire. Et surtout, elle ne voulait pas qu’il prenne fin. Sa main qui n’était pas sur le matelas se leva pour se poser entre son épaule et son cou, la paume sur la clavicule, le bout de ses doigts s’accrochant à l’épaule. Sa peau nue causa d'autres courants électriques sur son corps, ses muscles se contractant, son corps répondant à ce contact avec satisfaction avec une soif qu'elle avait du mal à contrôler. Son cœur battait à ses tempes comme un fou. L’artiste n’arrivera à terminer se baiser, non, elle le laisserait mener, parce qu’elle…elle n’en serait pas capable.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Marie_Eve_1989 le Mer 16 Mar - 19:06

Non, il ne devait pas avoir deux personnes dans la vie qui étaient comme James. James était un être unique, à part. Il s'encadrait bien dans le monde magique, car dans ce monde on pouvait se permettre un peu plus de fantaisies. Un peu plus d'extravagance. Alors que le monde des moldus, dans la génération d'aujourd'hui, c'était un peu plus difficile de cadrer dans le moule, lorsqu'on était James. Tout cela pour dire qu'une chance qu'il faisait partie de la famille des sorciers, car oui, c'était un être à part, mais dans le bon sens du terme. C'est pour cela qu'il avait été tellement touché par son dessin, car il était fantastique oui, mais il venait chercher en lui des émotions profondes. Ce n'est pas tout le monde qui aurait réagi de cette façon. Non, effectivement, il n'avait eu lui pour faire cela. 

Puis, suite à sa réaction, Joanie l'avait embrassé. En fait, elle lui avait fait une caresse sur la bouche, de ses lèvres. Il avait eu un moment de silence. Un moment où la forêt avait rencontré l'océan. Un moment où les regards parlaient à la place des bouches. Puis, il avait poussé le carnet de sur ses cuisses. Il avait libéré ses mains, pour se saisir de sa gorge. Pour l'embrasser à son tour. Pas un petit baiser. Non, un baiser où l'alcool avait sans doute réveillé chez lui des pulsions qu'il ne connaissait même pas. James l'embrassait comme si c'était sa dernière chance. Comme s'il devait à tout prix l'embrasser pour rester en vie. C'était un baiser assoiffé de désirs, de barrières détruites ainsi que que de passion. Un baiser qui faisait en sorte que cela ne le dérangeait pas de ne plus avoir de souffle. D'avoir de la difficulté à respirer. Un baiser langoureux. Un baiser mouillé, mais pas trop. 

Un baiser qu'elle répondit. Dans la même direction. Non, il n'avait pas de retenue dans ce baiser. C'était évident. C'était un baiser où la peau se lève sous les frissons. Où le coeur se met à battre tellement vite qu'on pense qu'il va exploser. Que les poumons fournissent plus assez d'air pour répondre à la fonction simple de respirer. Ce n'était pas son premier baiser, à la jeune femme, lui non plus, ce n'était pas son premier baiser. Par contre, tout comme elle, c'était son premier baiser aussi... Intense. Puis, elle vint mettre sa paume contre sa chair. Ce contact aura pour effet de le faire bouger, comme si la Bibliothécaire lui donnait la permission. Tout en continuant le baiser. Ses mains glisseront vers sa poitrine, sans la toucher. Juste la frôler. Puis descendra vers ses hanches, puis son fessier, pour se saisir de ce dernier. Lorsque ceci sera fait, il l'apportera dans le lit, la couchant sur ce dernier, sur le dos. Les mains qui étaient sur ses fesses iront se saisir de son chandail, à son bas, pour le retirer. Le soulever vers ses bras. L'Excentrique stoppera son baiser, gardant les yeux fermés, pour passer le chandail par-dessus sa tête. Une fois que cela sera fait, James viendra donner une caresse du bout des lèvres sur les siennes. Un moment, avant de glisser sa bouche à son cou, pour ensuite descendre vers le haut de ses seins, couverts encore de son soutient-gorge. Il évitera ceux-ci, passant directement sur son ventre. Une fois, sur ce dernier, il inondera sa chair, autour de son nombril, de baisers. Délicats, comme une caresse, comme s'il voulait goûter le grin de sa peau. Il murmura, contre cette dernière...

"Je veux te voir moi aussi.... Je veux voir ton corps..."

Et lorsqu'il aura prononcé ces mots, ses doigts s'activeront déjà à déboutonner son pantalon, alors que ses lippes continuèrent ses caresses contre son abdomen. Il se fit plus lent, comme s'il attendait son accord, même si le désir, et la tension sur tout son corps -oui oui, tout son corps- étaient encore présents. Comme s'il attendait une réaction de la part de la Timide. Certes, il était puceau, mais il avait quand même des envies le James. Étrangement, le premier baiser de Joanie avait fait naître chez lui des désirs qu'il ignorait l'existence. Encore une fois, même S'il était puceau, il ne faisait que répondre à ce que son corps lui disait de faire. Oui, cela l'excitait. Son coeur tremblait sous l'excitation. Il comprenait mieux maintenant pourquoi tout le monde aimait autant cela, car c'était bon. Le corps perdait contenance, contrôler, mais c'était une perte qui le faisait frémir.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Vanoute le Jeu 17 Mar - 14:36

Si Joanie avait un jour espéré dans sa tête de timide pouvoir embrasser un jour James, elle ne s’attendait pas à ce que ce soit ce soir-là et que ça escaladerait aussi intensément. Rien pour lui déplaire cependant. Le baiser qu’il lui avait rendu lui donnait le droit de ne plus avoir peur, de se laisser aller. D’ailleurs se baiser pourrait bien ne jamais se finir que la jeune fille en serait enchanté. Elle avait du mal à respirer, mais peu l’importait, plus il avait de contact avec les lèvres de James, mieux c’était. C’était un baiser fiévreux qui éveillait des envies, des désirs au fond d’elle. C’était intense oui. Passionnel. Joanie avait l’impression d’être loin, de ne plus être dans la réalité. Il n’avait qu’eux deux. L’ambiance feutrée de la chambre avec les chandelles mourantes et la lumière montante de la journée qui filtrait au travers des rideaux.

Elle avait ensuite initié un mouvement, juste parce qu’elle voulait sentir sous ses doigts le contact de sa peau, parce qu’elle y avait pensé durant son dessin, elle voulait connaître la sensation de sa peau. Mais c’était un geste simple parce que malgré l’enivrant baiser, elle restait ce qu’elle est. Un brin timide. Si ce n’était qu’un baiser, ça ne sera que ça, mais elle voulait juste frôler sa peau…et visiblement elle eut un retour qui lui montra bien que la gêne n’avait pas de place entre eux. Elle sentait tout son corps se tendre sous ses mains, voulant se presser contre lui, comme une soif puissante, féroce. Un faible soupir, un frémissement ira contre les lèvres du Tavernier, avant que le baiser reprenne de plus belle. La main à son épaule montant un peu à sa nuque, l’autre ira à sa mâchoire quand il la soulèvera pour ne pas briser le baiser, comme si ça serait la fin du monde, comme si c’était impossible à imaginer. Elle sentait son corps frissonner de toute part quand il caressa à peine sa poitrine, encore plus quand il se saisit de ses fesses. Ouf, qu’elle avait chaud, c’était inattendu, soudain, mais satisfaisant.

Elle sentit le matelas contre son dos, l’air frais frôler sa peau quand il lèvera son chandail, elle frémissait, mais elle ne faisait rien pour l’empêcher, au contraire, elle sembla s’être abandonné dans ses envies parce qu’elle regagnera ses lèvres aussi rapidement que possible quand le chandail fut passé au-dessus de sa tête. Elle aurait peut-être fait pareil avec lui, mais…il portait beaucoup moins de vêtements qu’elle. Une autre vague de frissons passera sur son épiderme à cette pensée. Joanie était enivrée de ses sensations, de lui.

Cependant il ne s’attarda pas trop sur ses lèvres ensuite, ses lèvres glisseront sur sa peau. La main à sa nuque glissera dans ses cheveux, sans serrer, tremblante de passion. Sa tête se tournera sur le côté, les yeux toujours clos. Comme si en fermant un de ses sens, elle affutait les autres. Pour sentir chaque millimètre de ses lèvres sur sa peau nue. L’Artiste avala difficilement sa salive, prenant le temps de reprendre un peu d’air, mais il pouvait sentir sous ses lèvres qu’elle respirait lentement, comme si elle oubliait par moment et il pouvait sans doute sentir son cœur qui semblait être sur le point de se rompre. Les baisers semblèrent près de son nombril furent les plus intenses, ça nourrissait ses envies de plus en plus, la main qui n’était pas dans ses cheveux était sur le matelas et elle dû serrer un peu les draps, comme pour se calmer, se contenir. Sa voix résonna alors dans la chambre, un murmure qui lui fit légèrement ouvrir les yeux. Voulait-elle se dévoiler à lui? Oui. La timide ne ressentait pas le besoin d’avoir cette barrière en ce moment, elle avait besoin peut-être qu’il la voit aussi, parce qu’elle avait eu un regard d’une douce passion quand elle l’avait vu nu, elle espérait peut-être voir la même chose dans son regard quand lui la verrait…oui, elle était menue, son ventre était petit, sa poitrine n’avait rien d’impressionnant, mais elle était une femme et non une petite fille. Elle avait déjà l’effet enivrant de voir qu’il ne la considérait pas comme telle, il fallait maintenant lui montrer.

Puis il fallut qu’elle bouge un peu, être active dans une situation pareille l’empêchait d’être trop gênée. Ses deux mains iront doucement se saisir de son visage, pour le relever, doucement, briser le contact de ses lèvres contre son ventre, juste assez pour qu’elle reprenne un peu contenance et aussi parce qu’elle voulait l’embrasser. Elle s’était redressée un peu elle aussi pour accueillir ses lèvres des siennes. Son baiser avait quelque chose de plus sensuel, qui témoignait de son désir pour lui. Elle prit son temps, voulait-elle que ce baiser fasse de l’effet? Peut-être. Elle ne fit que reculer son visage ensuite, respirant presque le même air que lui, si respirer, elle en était capable en ce moment. Elle ne fit ensuite que murmurer, contre ses lèvres.

‘’Vas-y…’’

Une voix vacillante, basse, douce…puis elle ouvrit un peu les yeux, que pour capter son regard. Oui, elle avait les joues rosées par le désir et l’excitation et par la gêne…mais oui, elle lui donnait la permission, elle voulait, elle le désirait même fortement qu’il la voit comme elle, elle l’avait vu.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Rencontre O mille Fées (Garçons)

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum