''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Aller en bas

''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Mer 2 Mar - 15:25

À peine eut-elle quitté le duo que Mélina avait hâte d’entendre l’histoire de cette fin de soirée. Peut-être que ça ne sera pas si passionnant, Antho’ semblait être bon pour s’évanouir sur un fauteuil et bavé le restant de la nuit. L’image fit sourire la jeune femme. Ouais, il était mignon Antho’ quand il voulait. Même saoul, c’était à Amandine qu’il pensait en premier. C’était elle qu’il voulait aller voir à une autre aussi avancée quand il n’avait déjà pas toute sa tête.

Enfin, elle voyait un peu la silhouette de Tristan en avant d’elle, disons qu’elle ne voulut pas vraiment le rattraper, mais de toute façon, en allant pas chez elle, elle bifurquait bien avant pour aller rejoindre la tour de PA. Elle marchait en entendant les sifflements de Tristan et même quand elle tourna pour aller vers la tour, le bruit l’accompagna un petit moment avant de s’éteindre complètement. Le château était très silencieux la vieille des vacances. On préparait des valises, on se disait au revoir dans les salles communes. Mélina avait tout fait bien d’avance cette année, parce qu’elle n’irait chez ses parents que pour mieux repartir en voyage avec eux. Et puis, elle avait d’autres choses à faire aujourd’hui que de préparer ses bagages. Passer la soirée avec Amandine, en premier lieu et elle tenait réellement à aller voir PA. Bon, ils se verraient quand même au matin, mais avec l’habitude de dormir avec lui, la semaine serait peut-être un peu longue.

Bon, vêtue ainsi, le froid du château était particulièrement mordant. Sur ses pieds surtout, ceux qui touchaient la pierre quoi. Elle marchait rapidement, croisant les bras sous sa poitrine. Elle regardait devant elle, son sourire ne la quittant pas et fort heureusement, les escaliers arrivèrent finalement et elle grimpa rapidement, sans se casser la figure. Mel’ et les escaliers… on se souvient. Les escaliers c’est le mal.

Une fois devant la porte, elle l’ouvrit lentement, sans trop faire de bruit. Il avait dit qu’elle avait le droit de venir quand elle voulait et elle lui avait déjà dit que c’était possible qu’elle vienne dormir avec lui cette nuit. Elle referma aussi la porte dans une lenteur des plus silencieuse et c’est sur la pointe des pieds qu’elle se dirigea de son côté du lit et lentement qu’elle ouvrira les couvertures pour s’y glisser doucement. Elle se coucha sur le côté, face à lui. Et elle l’observa un petit moment. Son sourire s’adoucissant, il avait l’air si paisible. Mélina se tenait pas trop loin, juste assez pour pouvoir le regarder correctement, voir l’ensemble de son visage.

Puis elle ne put résister, elle avait fait attention pour entrer dans la chambre, mais en réalité, elle voulait peut-être qu’il se réveille, qu’il sache qu’elle était là. Elle leva une main et vint délicatement la passer dans ses cheveux, près de sa tempe, pour voir si ça allait le réveiller. Sinon, bah elle s’endormirait, parce qu’elle n’allait pas le secouer et pas coller ses pieds froids sur lui, ce n’était pas gentil faire ça!

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 3 Mar - 18:42

Donc, Tristan était parti vers une direction, les mains dans les poches, en sifflant un air du temps des fêtes. Lorsqu'il sentit qu'on le suivait. Il continua sa marche, penchant un peu sa tête en biais pour regarder qui le suivait. Ho. C'était Mélina. Il eut un faible sourire aux lèvres, continuant à fredonner son air. Puis, elle bifurqua. Lorsqu'elle ne sera plus à sa portée de vision, il se retourna un moment, marchant de reculons, observant où elle se tenait il y a quelques instants. Un moment. Un seul moment à regarder une ancienne présence, puis, il reprit sa marche de face, continuant à siffler toujours. Le Blondinet savait que pendant un moment, d'où elle était, elle pourrait l'entendre. Qu'il l'accompagnerait un instant ainsi, jusqu'à sa destination à elle. Lui se rendant dans ses appartements, pour aller juste dormir... 

Tandis que pour Peter, il avait passé une soirée extrêmement relaxe. Il savait que Mélina allait voir Amandine, avant les vacances, pour passer un bon moment entre filles. Puis, elle lui avait dit qu'elle viendrait sans doute venir le rejoindre plus tard dans la nuit, pour respecter leur pacte de partenaires de dodo.Donc, voilà. Le Professeur de balais savait qu'il avait toute la soirée pour faire ses bagages et c'est ce qu'il fit. Une grosse valise. Le lendemain, il partait rejoindre ses parents à la gare de Londres, par la Plate-forme 9 et trois-quarts, pour visiter ce pays un peu, pendant quelques jours. Ensuite, ils se quitteront, ses parents allant dans un voyage d'affaires pour le temps des fêtes et lui chez Anthony, après son invitation à passer Noël avec sa famille. 

Après sa valise, il avait lu, un moment, un livre sur le Quidditch. L'histoire du Quidditch et ses jouets clefs. Puis la fatigue l'avait gagné et il s'était couché. Il avait laissé les rideaux ouvertes, gardant simplement les voiles transparents blancs, pour laisser un peu de lumière naturelle à Mélina quand elle viendra le rejoindre. Il était installé sur le côté, face aux côté de Mélina. Une main sous son oreiller, l'autre contre le matelas. Il dormait paisiblement quand elle entra dans ses appartements. Le Sincère ne s'était pas réveillé lorsque Blanche-Neige entra dans sa chambre, ni même dans le lit. 

Non, c'est lorsqu'elle passa une de ses mains dans ses cheveux, au niveau de sa tempe, qu'il eut un léger soubresaut. Puis, cela pris quelques secondes et le contact de sa main contre sa tête le fit réaliser qu'elle était bien là. Un léger sourire vint à ses lèvres, mais il garda encore les yeux clos. La main qui était posé sur le matelas ira se saisir de sa hanche, doucement, la frôlant presque, pour l'attirer encore plus près de lui. Instinctivement, il glissera une de ses jambes entre les siennes, les entrelaçant, se doutant qu'elle avait froid aux pieds, comme toujours. Mélina pourra donc sentir que ses jambes était dénudé. Il devait être en boxer, par contre, il avait un t-shirt noir, pour le haut. Il était silencieux, pour l'instant. Sa respiration était encore calme, apaisée. Il garda sa main où elle était, sur sa taille. Puis, il souleva sa tête, posant un délicat baiser sur son front. Un baiser, puis un deuxième, pour terminer par un troisième. Puis, il marmonna, encore à moitié endormi... 

"Salut toi... Tu as passé une... Belle soirée...?"

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Jeu 3 Mar - 23:53

Mélina s’était attachée rapidement à cette habitude tout comme elle s’attachait rapidement à PA. Elle aurait bien pu le regarder un petit moment comme ça encore, juste pour le plaisir d’apprendre son visage, de l’imprégner dans sa mémoire. Sauf qu’elle avait voulu le toucher, juste un peu, juste pour voir son sourire, limite, il n’avait qu’à s’endormir tout de suite après que ça ne la dérangerait pas. Et elle eut droit justement à ce sourire. Ce qui la fit sourire à son tour, une petite culpabilité naissant en elle de l’avoir réveillé. Naturellement, elle se rapprochera de lui, face à face comme ça, elle avait l’impression qu’elle allait manquer de souffle.

Son sourire s’accentua quand il glissa ses jambes près des siennes, il commençait à connaître ses habitudes de dodo en tout cas. Elle avait le don de faire presque des nœuds entre leurs jambes maintenant et elle se trouvait parfois vraiment drôle de faire ça. Elle fut quand même surprise de sentir que ses jambes étaient nues, comme les siennes. Ce qui créait une sensation tellement agréable. Le contact corporel c’était réconfortant, c’était doux, c’était chaud.

Sa main glissa de sa tempe jusqu’à sa joue pour quitter finalement son visage sur son menton, du bout des doigts. Elle avait suivi la courbe de son visage sans vraiment s’en rendre compte. Elle posa sa main contre le matelas, fermant les yeux au contact de ses lèvres sur son front. Mélina allait sûrement finir par avoir mal aux joues à force de sourire, mais elle ne pouvait repousser l’effet qu’il avait sur elle. Il finit par parler, doucement, elle entendait le sommeil dans sa voix, mais elle se sentait moins mal, s’il avait voulu dormir, il n’aurait pas parlé.

‘’Salut…Oui, Amandine et moi avons sans doute chanté toutes les chansons que nous connaissions.’’

Elle parlait tout bas, en confidence. Elle alla pour parler qu’elle avait croisé Antho’ et Tristan complètement ivres, mais ce n’était pas les raisons qui l’avaient poussées à se dépêcher de venir le rejoindre. Et elle avait envie de justement, parler de ses raisons. Mélina lui raconterait tout au matin au pire, ils allaient avoir le temps, mais jamais l’ambiance n’était pareille que quand ils se couchaient, la noirceur, la proximité laissait plus de place aux paroles sincères et douces.

‘’J’avais hâte de venir te rejoindre, dit-elle tout bas, sa respiration semblant plus lente, c’était honnête, mais intimidant à dire un peu. Et pour être honnête, j’espérais que tu te réveilles.’’

Elle eut un délicat, un adorable petit rire avant qu’elle ne se colle un peu plus à lui, aller nicher son front sous son menton, la main sur le matelas ira se placer entre eux, à plat sur son torse.

‘’Et toi, tu as passé une belle soirée?’’

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Ven 4 Mar - 8:30

Oui, lui aussi, il s'était habitué à cette habitude de nuit, avec elle. Cela sera vraiment difficile de dormir, les prochaines nuit, surtout sur un lit de camp, dans la chambre à Anthony. Disons, que ce n'est pas le même effet qu'en ce moment, dans son lit, avec elle à ses côtés. C'est pour cela qu'il se "força" à se réveiller un peu, lorsqu'elle le toucha à la tête. Pour profiter de cette nuit, avec elle, avant leur longue vacance, avant qu'ils ne se revoient. Et même s'ils se revoyaient, il ne savait pas exactement ce qu'il allait se passer, où il allait la voir et s'il pourrait dormir avec elle. Donc, oui, il s'était réveillé avec le sourire, les yeux toujours clos, la rapprochant à lui.  

Puis, ils formèrent un noeud avec leurs jambes. Peter pouvait sentir sa peau nue contre la sienne. Un frisson passa dans son dos. Un frisson agréablement surpris de cette nouvelle sensation. Certes, ils étaient vraiment proche là, comme à chaque nuit, mais un contact charnel. Un contact peau à peau rajoutait à cette étreinte un côté puissant à ses sensations, une chaleur nouvelle. C'était un Homme, à ne pas oublier, puis bon, peut-être que ce n'était pas voulu qu'il soit en boxer, il avait sans doute oublié de mettre un bas, mais là en ce moment, il ne regrettait pas de l'avoir fait. Sa peau était si fine, si délicate, contre la sienne. Ouf. Sa respiration s'accéléra un moment. Le Professeur de potions pourra sentir qu'il prend une bonne inspiration, pour tenter de se calmer. Pour repousser certaines de ses pensées suite à ce noeud de jambes. 

Puis, elle retira sa main de sa tempe, dans une délicate caresse, pour aller la poser sur le matelas. Qui aura juste pour effet d'augmenter les frissons sur sa chair. Son sourire s'effaça un moment, car le Professeur de balais était trop occupé à penser comment respirer et à chasser ses envies. Prenant une nouvelle inspiration. Même sa main, à sa hanche se serra un moment. Pas trop fort, il voulait juste sentir son corps contre sa paume resserrée. Puis, elle répond à sa question. Ses paroles ont pour effet de faire revenir le sourire et calmer un peu ses tensions corporelles. Il eut même un petit rire. Il s'imaginait très bien la scène. Il murmur, gardant ses yeux fermés...

"Dommage que je n'ai pas été là pour voir ceci..."

Puis, elle continua ses paroles. Qu'elle avait hâte de venir le rejoindre... Qu'elle espérait qu'il se réveille. Le sourire de Peter s'agrandit à ses mots. C'était mignon comme paroles. Cela faisait du bien à attendre. Puis, Blanche-Neige se colla un peu à lui. Comme si cela pouvait être possible. Nichant son front sous son menton, menton qu'il collera sur le haut de sa tête. Sa main allant sur son torse. Elle pourra donc ressentir son coeur qui battait la chamade encore. C'était un de ses organes qui n'avait pas pu calmer suite aux pulsions du début. Puis qu'elle s'approcha de lui, encore plus, la main qui était sur sa taille glissera dans le bas de son dos, à l'orée de ses fesses, doucement, sans pression, juste une caresse. Puis, elle posa de nouveau une question. Il chuchotera encore...

"Oui, j'ai passé une soirée relaxe à faire mes bagages... Et à t'attendre. Je suis content que tu m'aies rejoint et surtout réveillé. Et si un jour je veux me rendormir, il faudra changer de position, d'accord?"

Il eut un petit timide aux lèvres. Oui, ils étaient trop proches, il pourra pas s'endormir contre Mélina de cette façon, ses pensées allant de tous les côtés. C'était trop charnelle comme position, trop corporelle. Puis, il n'était plus gêné de lui dire ce genre de choses. Pas après tout ce temps. Mais cela ne voulait pas dire non plus qu'il voulait changer dans l'immédiat, ça non! Il était bien contre elle, comme cela.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Ven 4 Mar - 17:27

Le pire chez Anthony ne restait pas le lit de camp, mais bien Alice qui rodait dans la maison. Mélina y avait-elle pensée? Bah, elle n’en avait pas peur, mais soyons franc, c’était vraiment une petite criss. Oui, elle savait qu’elle allait s’amuser avec ses parents et son frère. Et elle savait aussi qu’il avait des questions qui l’attendaient à propos de Peter. Même son frère avait fait son curieux en lui envoyant une lettre. C’était bien avec son frère, ils étaient très proches malgré tout. Son frère lui faisait un peu penser à Amandine parfois. Il serait du genre aussi à faire ‘’Non, mais tu l’as frencher ou pas là?!’’ De toute façon, elle lui rendait bien l’appareil quand lui avait des petites copines.

Elle eut un frisson sur ses jambes, agréable, délicat. C’était le contact charnel, la peau de PA qui faisait cet effet. Ça passait sur ses bras, sa nuque…C’était fou comment son corps réagissait aussi rapidement à sa proximité. Autant que leurs pensées, leurs humours…oui, ils se complétaient si bien. Elle avait chaud, son corps lui donna l’impression d’être fièvreux un petit moment. Et c’était nouveau pour elle, mais elle aimait l’effet que cela faisait aussi chez le professeur de balais. Proche ainsi, elle entendait sa respiration et aussi son cœur battre…et puis lui aussi devait assez bien le sentir son cœur qui battait en désordre. Ce n’était pas méchant d’aimer ça, non? En tout cas, ce n’était pas méchant pour elle. Et PA était expressif, tellement sincère de toute sa personne. Elle sourit à ses mots.

‘’Peut-être qu’un jour tu vas en avoir marre de nous entendre chanter tout le temps…’’

Un jour. C’était tellement une promesse cachée. Ou du moins non dite. Pour elle, PA, n’était pas un garçon parmi tant d’autres, non, il était spécial pour elle. Il lui arrivait même parfois d’être perdue par tant de sincérité de la part d’un garçon, c’était nouveau ça aussi. On ne se cache rien.

Mélina était près de lui, si bien aussi. Elle avait chaud, elle avala sa salive et ferma les yeux. Il fallait qu’elle respire normalement. Doucement. Sa main dans son dos lui arracha de nouveaux frissons, mais elle prenait gout à ses frissons, c’était agréable. Il répondit ensuite à sa question, elle eut un nouveau sourire. Il l’avait attendu? Il était adorable, il savait qu’elle viendrait alors, il avait bien raison. Elle commençait à bien le connaître. Comme quoi dormir souvent avec une personne rend plus proche. Hm. Oui, c’est logique tout ça. Elle gardait son sourire, même qu’un très fin rire glissa un moment sur ses lèvres. Elle décida ensuite de relever la tête. Lentement, ils étaient si près qu’il dû sans doute sentir le souffle de la belle sur ses lèvres. Oui, elle recula à peine son visage, juste pour le voir correctement. Elle avait chaud et les frissons fourmillaient partout dans son dos et sa nuque.

‘’Peter…est-ce que c’est trop intense si j’ai envie de te dire que tu vas me manquer pendant les vacances et que j’ai déjà hâte de te revoir alors que je ne suis pas partie?’’

Oui, elle lui demandait cela…elle avait gagné un peu en confiance avec lui, parce qu’il n’avait pas peur de lui dire des choses, ça n’enlevait pas la gêne, mais ça faisait du bien parfois de retirer ce qui pesait sur notre cœur. Et là, elle avait envie de lui dire qu’il allait lui manquer. Qu’elle voulait passer du temps avec lui. Sa respiration était lente, jouait-elle un peu avec le feu sans s’en rendre compte? Aucune idée, mais tout lui venait tout seul.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Sam 5 Mar - 9:43

Certes, elle n'avait pas à avoir peur de Peter face à Alice, car soyons honnête, le Professeur de balais était tellement sincère dans cette relation qu'il serait du genre à tout raconter à Mélina, dans les moindres détails. Sans nécessairement vouloir la rassurer. Juste parce qu'il doit être le genre d'Homme qui aime mieux prévenir que guérir.  Qu'il aime mieux tout lui dire que de savoir qu'elle apprenne quelque chose qu'elle n'aimerait pas, qu'il ne lui avait pas dit. Donc, oui, dans cette histoire, ce qui était le plus à craindre était Alice en soi. Mais bon, il va trouver des solutions hein, pour pas que le vilain monstre du nom d'Alice l'approche, ou le touche, ou même le viole. Et lui aussi, il savait qu'il passerait un beau moment en premier lieu avec ses parents. Eux, sachant déjà pertinemment qui était Mélina, il n'aura pas trop de questions à ce sujet. Puis, il savait également qu'il passerait un merveilleux moment auprès de la famille à Anthony, mais il avait hâte à son retour de voyage, au Professeur de potions. 

Puis, ils s'étaient entrelacés un à l'autre. Lui encore dans un demi sommeil, les yeux fermés, mais capable très bien de suivre une conversation. Elle, plus réveillée, qui faisait réveiller le corps du jeune Sincère. Oui, sa respiration, son coeur. Il n'était pas gêné de cette proximité, ni qu'elle sache que son corps réagissait à cette proximité. Après toutes ses nuits passées ensemble, c'était devenu une habitude que son corps réponde au sien. Et elle devait l'avoir déjà entendu. Oui, il réagissait à cette étreinte face à face. Peut-être que c'était l'effet du sommeil encore présent dans sa tête qui rendait le tout nébuleux, plus intense, plus charnel. Mais il réagissait. Puis, elle lui fit une promesse cachée, qui aura pour effet de faire sourire le Professeur à nouveau.

"Je ne crois pas que je vais en avoir marre... Mel'..."

Et il fit une promesse cachée à son tour, car pour Peter, elle non plus, elle n'était pas une fille parmi tant d'autres et le fait de la voir chanter à tue-tête avec son amie ne le dérangeait pas, même si cela devait être drôle. Non, il ne se tannerait pas, il en était certain. De toute façon, il était tellement sincère avec lui et avec elle, qu'il ne pouvait pas dire ses mots, s'il ne les ressentait pas un petit peu. 

Puis, il passa sa main dans son dos, près de son fessier, pour la rapprocher un peu, pour que leur corps soit à une proximité qui frôlait la loi d'un corps à corps. C'était presque impossible d'être aussi proche. La prochaine étape devait être que l'un pénètre dans le corps de l'autre. BON! OK! Mauvaise image, mais on comprend tout de même le sens de ses mots. Puis, Blanche-Neige bougea la tête. Recula son visage, à peine. Comme pour se mettre face à face. Et pour la première fois, il ouvra ses yeux, plongeait ses iris dans les siennes. Sa bouche était si proche, qu'il pouvait presque avaler sa respiration. Il ne souriait pas, non, il se concentrait à ne pas flancher, à ne pas l'embrasser et la couper dans ses paroles. Paroles qu'ils avaient de la difficulté à assimiler. Tellement qu'il pensait à autres choses. Mais bon, il était capable quand même de comprendre l'essentiel. Puis, il se racla la gorge, parce que visiblement il manquait de salive. Puis, il lui murmura...

"Non, je ne crois pas que c'est trop intense, si moi aussi je pense la même chose... Et moi, est-ce que c'est trop intense, si je te dis encore une fois que j'ai terriblement envie de t'embrasser..."

Encore une fois? Oui, car depuis le bal, il lui avait surement dit qu'il avait envie de l'embrasser, qu'il contrôlait cette pulsion, pour prendre son temps, pour ne pas les brusquer, pour aller à leur rythme. Mais lia, dans cette position, si près l'un de l'autre, cette pulsion était grande, forte. Le sang bourdonnait à ses tempes. Mon dieu qu'elle avait de beaux yeux. Il prit une inspiration et il fit ensuite une courte expiration. Devant elle, même si elle le regardait, pour lui montrer qu'en ce moment c'était vraiment difficile de se contrôler. Ho et puis...S'il ne l'embrassait pas, il fallait qu'il fasse un geste, quelque chose, pour au moins calmer son rythme cardiaque et respiratoire. Il retira ses jambes d'entre les siennes et sa main dans son dos, tout doucement. Puis, il prendra la position qu'il avait pris, lorsqu'il lui avait fait des chatouilles, Sur elle, à 4 pates. Les mains de chaque côté de sa tête, les genoux de chaque côté de ses jambes. Puis il la fixait. Un moment, quelques secondes, pour enfin se pencher et déposer un baiser dans son cou. Un fin baiser, délicat baiser. Puis, il traça un chemin de baiser vers son oreille, pour ensuite lui murmurer...

"J'ai vraiment envie de t'embrasse, en c moment Mel'... Vraiment!"

Sa respiration était courte, sa voix avait vibrer un peu à ses paroles. Puis, il reprit ses caresses à son cou, avec sa bouche, allant doucement vers son épaule. Oui, elle avait jouer avec le feu...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Sam 5 Mar - 18:47

Ho non, c’était juste Alice qui était ennuyante, on s’entend tous là-dessus. Mais la maman devait avoir un contrôle sur sa fille…du moins, espérons hein! Oui, Mélina avait quand même hâte de passer du temps avec sa famille, mais c’était comme ça, la petite envie de revoir l’autre pesait toujours sur le cœur durant un moment comme ça. Il n’aurait pas une journée qu’elle ne penserait pas à lui, elle le savait et ça lui faisait drôlement du bien de penser cela. C’était surtout pour ça qu’elle avait tant voulu aller le rejoindre cette nuit, pour passer un dernier bon moment avant cette courte séparation.

Oui, si eux apprenaient à se connaître, leurs corps aussi. Elle aussi ses muscles se contractaient sous ses caresses, sous son contact. Son cœur qui tentait de se déloger, sa respiration parfois courte, parfois comme arrêter, oui…si elle commençait à bien le connaître, lui aussi devait commencer à bien la connaître. C’était peut-être elle, c’était peut-être dans sa tête, mais il avait… comme un petit plus cette nuit-ci. L’idée de la séparation? Peut-être. Trop de pulsions retenues? Probablement aussi. Un magnifique, intense mélange des deux probablement. Parce que du côté à Mel aussi c’était…très fort ce qu’elle ressentait. Surtout dans leurs promesses. Il n’allait pas en avoir marre, elle sourit doucement, elle l’espérait, parce que c’était bien le genre de fille à chanter pas mal n’importe quand et comme elle est timide sur sa voix, elle blague souvent en chantant, c’est plus facile.

Mel’ jouait avec le feu. Soyons honnête et elle devait peut-être le savoir. Peut-être. On sait pas. Hm. Elle avait peut-être bien calculé leurs visages tout prêts, le contact de sa main sur son torse, son regard qui se plongeait dans le sien…Ce qui était involontaire cependant fut son regard qui trahira ses pensées, en tombant un bref moment sur les lèvres du professeur. Ça, c’était juste une pulsion. Et comme si c’était une pulsion partagée…oui, comme toujours, mais ils se contrôlaient…trop? Oui, trop. Il s’exprima sur justement ce qu’elle pensait. Elle eut un réseau de frissons dans son corps.

‘’Non puisque moi aussi je pense la même chose.’’

Elle eut un petit sourire en coin, elle avait volontairement repris ses paroles. Dit dans un murmure, un délicat murmure. Et elle le voyait qu’il se contrôlait. Voyait-il qu’elle aussi se contrôlait? Elle en oubliait presque de respirer. Il bougea alors, se retrouvant au-dessus d’elle et elle suivit le mouvement des yeux et aussi avec son corps pour se mettre droite sous lui, pour bien le voir. Elle crut un bref instant qu’il l’embrasserait sur les lèvres, non, il visa son cou à la place. Mélina ferma les yeux. Jamais un garçon n’avait été comme ça avec elle et jamais elle n’avait ressenti autant de frissons, de crispation électrique dans son corps. Elle avala sa salive, nerveuse, charmée. Ses mots, ses mots qui sonnaient comme lointain tant son cœur sonnait fort à ses tempes. Ses mains s’étaient doucement levées, une se posant contre son bras, l’autre se glissant contre sa nuque, tremblante peut-être un peu, mais rien de grave, rien d’inquiétant.

Mais après ses paroles, elles bougeront, venant se saisir doucement de son visage. La main ouverte, les pouces près des oreilles, ses mains un peu dans ses cheveux. Lentement, délicatement, elle redressa le visage de PA, elle avait posé un bref baisé sur sa tempe puis quand elle put le regarder, droit dans les yeux, son regard sembla parler un moment. Une demi-seconde, une demi-seconde qui montrait qu’elle allait flancher, qu’elle ne pouvait pu se retenir que c’était trop fort, trop intense. Et elle n’attendit pas plus longtemps, comme si l’attente avait été déjà trop longue.

Ses lèvres se posèrent sur les siennes. Malgré l’intensité de son regard, de son corps, ses lèvres furent douces comme si elle prenait le temps de bien s’appliquer pour ce premier baiser, de bien sentir celles de Peter. Point de départ d’un courant électrique qui passa dans tout son corps. C’était doux, délicat. Ce fut un baiser qui lui coupa le souffle, qui ne fut pas long. Elle reculera seulement ses lèvres ensuite, mais resta silencieuse, ses mains restant sur le visage de PA, comme surprise de sa propre initiative, Mel’ ne savait plus du tout quoi faire ni quoi dire, n'osant pas ouvrir les yeux encore.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Dim 6 Mar - 8:37

Oui! Ce soir, c'était totalement différent. Leurs corps répondaient de façon très différentes des autres. Peut-être la hâte avant un "au revoir' de quelques jours. Oui! Vous savez, quand on va perdre quelque chose, même si c'est pour un court laps de temps, on a toujours la sensation de la garder, plus intensément, contre soi. C'était sans doute cela. Son corps devait se dire d'en profiter au maximum avant qu'il ne travaille plus avec le corps de Mélina, puis peut-être que depuis un mois, il se retenait trop, il avait trop pensé à cela, donc ave le départ et toutes ses pulsions, ce soir cela créait une tornade de pulsions inassouvies. C'était pour cela qu'il avait fait un mouvement, un geste, qui devait être sans doute pire que le baiser en soi, qu'il contrôlait. Une pluie de baisers à son cou, délicat, entrecoupés de sa respiration. Respiration qui avait augmenté d'un brin, à cette proximité, à ce contact. À ses lèvres contre sa chair. 

Peut-être que Peter avait fait ce geste aussi, car il avait vu le regard de Blanche-Neige sur ses lèvres. Un simple regard, qui avait duré à peine un demi-seconde et qui avait fait brouiller les cartes. Le sang dans ses veines s'était mis à bouillir et oui, il avait flancher, il était venu sur elle. Autre position qui donnait lieu à une autre proximité, différente, mais tout aussi intense. Peut-être aussi ses mots avaient aidé à ce qu'il vienne par-dessus elle. Elle pensait la même chose que lui, à propos de son envie de l'embrasser. Oui, tout cela avait aidé. 

Puis, elle se mit à le toucher également, pendant sa vague de baisers. Une contre son bras, l'autre dans sa nuque. Des frissons froissaient sa chair. Sa respiration augmentant d'un brin, contre son cou, entre ses caresses. Elle tremblait? Lui aussi! Mais il contrôlait, comme elle, ce n'était rien de trop grave, car il était encore capable de se soutenir et de continuer ce qu'il faisait. Mais, il fut arrêter, car Mélina lui prit le visage de façon si douce, si tendre, si sensuel. Suivi d'un baiser contre sa tempe. Oui, elle jouait avec le feu. Il se sentait fiévreux tout d'un coup. Il avait terriblement chaud. Et leur regard se croisa. Un moment. Le sien était rempli d'étincelles, de pulsions retenues, de questions également. Puis, il analysait le sien, son regard. Son regard qui était si intense,e qui parlait pour elle. 

Ensuite! Enfin! Peu importe le terme, le Professeur de potions pose ses lèvres sur les siennes. Dans un doux mouvement. Délicatement, ses lèvres à lui répondit à cette caresse. Du bout des lèvres, comme s'il ne voulait pas lui faire du mal, ne pas la briser. Son coeur tapait si fort dans sa cage thoracique qu'il avait peur quelle explose. Puis, elle reculera déjà ses lèvres, gardant cette position. Lui aussi, ses yeux demeuraient clos. C'était un délicat premier baiser. Sa respiration manquait. Et comme il l'avait pensé, des dizaines de fois, malgré qu'ils avaient répondu à l'une de leurs pulsions, il savait qu'en commençant par l'embrasser, il aurait quand même envie de recommencer. Donc, une de ses paumes délaissera le matelas, glissant dans la nuque de la Belle. 

Il tira sur celle-ci, délicatement, pour faire la bascule, pour que lui se retrouve dos sur le matelas et qu'elle, elle vient sur lui, coucher. Quand ce mouvement sera fait, il gardera sa main dans sa nuque, l'autre allant dans le bas de son dos, pour la rapprocher à lui, pour la coller, pour sentir tout son corps contre le sien. Et enfin, il reviendra l'embrasser. Pendant tout ce temps, il avait gardé les yeux fermés. Ces gestes étaient un peu crispés, comme s'il savait, mais ne savait pas quoi faire. Dans la hâte, dans l'excitation du moment. Par contre, son baiser était contrôlé. Aussi doux que le premier, mais avec une petit faim de plus. Puis appuyé, comme si toutes les pulsions étaient relâchées et qu'il devait l'embrasser à tout prix, avant une fin du monde. Des fois, l'intensité diminuait, laissant place à sa respiration, puis, il recommençait. Un moment, avant de doucement reculer sa tête et ouvrir les yeux, pour la regarder, le souffle coupé. Il ne savait pas quoi dire là, même qu'il était un peu gêné. Peut-être de savoir autant emporté, autant laisser aller. Peter ne voulait pas la brusquer, ne pas en faire trop, mais son corps avait pris le dessus sur sa tête...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Dim 6 Mar - 22:14

La hâte oui, c’était sans doute ça. Savourer réellement un dernier moment. Comme si on espérait satisfaire des jours et des jours entiers afin de faire patienter le corps et le cœur. C’était vain, bien sûr, mais ça rendait les choses différentes. C’était peut-être ça qui rendait Mélina aussi entreprenante pour une fois, pas qu’elle ne le touchait pas, non…mais si elle faisait plus…disons attention pour ne pas jouer avec le feu, là, elle ne s’était simplement pas retenue. Et visiblement pas lui non plus, parce qu’il avait embrassé la peau fine du coup de l’enseignante de Potions. Lui créant d’innombrables frissons, c’était puissant, c’était beau et sensuel. C’était parfait.

Elle avait envie de l’embrasser, peut-être s’était-elle demandé lequel des deux allaient flancher en premier et bien, il avait raison eu d’elle, elle ne pouvait plus résister. Elle avait pris son visage, son corps agissant seul inspiré par son cœur et ses envies. Sans doute il put voir tout cela dans son regard, son regard si bleu, si brillant, mais là fiévreux. Elle aimait avoir l’impression qu’ils puissent se comprendre parfaitement juste à se regarder, oui, c’était une chimie toute particulière, vraiment agréable.

Mélina sentit Peter suivre le baiser, tout aussi délicatement qu’elle, sa réponse la fit vibrer, frémir. C’était un soulagement de pouvoir l’embrasser, de ne plus se retenir, a avait été dur des deux côtés de se retenir et là, elle se demandait bien pourquoi ils avaient fait ça. C’était drôle, mais loin dans sa tête, non là, elle profitait tout simplement. Il faut dire que Blanche-Neige ressentait ce genre de chose un peu pour la première fois. Aussi intensément en tout cas. Elle oublia un moment comme respirer, ou c’était son cerveau qui ne fonctionnait plus, il était occupé ailleurs, à trop faire battre son cœur probablement, à créer des frissons partout sur elle, sur sa peau fine, sa nuque, contracter des muscles. Oui, tout cela était terriblement intense.

Quand il saisit sa nuque, elle eut l’impression qu’il allait l’embrasser de nouveau, mais il la fit basculer sur lui, à la place, mais pas dans un mouvement langoureux, non, juste doucement, lentement. Elle était maintenant couché sur lui, elle manquait d’air, c’était étouffant. Étouffant de la bonne façon, si cela était possible. Aussi près de lui, une main se posera contre son corps à elle, pour toucher son torse, fébrile. Il l’embrassa alors de nouveau, un nouveau coup au cœur, elle répondra au baiser environ de la même façon, d’une douceur marquée, mais comme s’ils en avaient tellement à rattraper que ça rendait ce deuxième baiser un peu moins timide que le premier. Son autre main se glissera sur sa mâchoire, Dieu qu’elle aimait sentir sa peau sous ses doigts. C’était réel. Oui, tout ça était bien réel. Lorsqu’il recula un peu la tête, elle redressera un peu la tête, les yeux s’ouvrant bien lentement. Elle ne rêvait pas. Ses iris croisèrent les siens. Si lui était gêné, elle, elle ne l’était pas du tout. Normalement, Blanche-Neige pouvait être un peu timide là-dessus, mais pas là, non et pour elle aussi c’était un brin étrange. Mais elle n’avait envie que de sourire donc elle lui en offrit un, délicat, remplit de sincérité. La main à son visage caressant doucement son visage puis elle embrassera sa joue, son menton, près de ses lèvres le souffle qui coupait un peu, elle répondait peut-être à ses propres pulsions, elle avait tellement voulu embrasser souvent son visage quand, la nuit, elle se réveillait parfois pour découvrir Peter endormi, paisible. Oui, elle comblait un peu ses fois-là. Elle le regardera par la suite, là peut-être un peu plus gênée. Puis elle murmura d’une voix faible.

‘’Pardon…j’en avais envie depuis tellement longtemps’’

Et ça s’excusait cette petite chose là. Mais pas un vrai pardon, juste pour avoir l’air un peu taquine, juste un petit peu. Elle était tout simplement bien, elle espérait que la nuit ne finisse plus maintenant.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 7 Mar - 11:39

Amandine va pleurer de joie, applaudir sans fin et crier de tous ses poumons lorsqu'elle va savoir comment s'était déroulé la fin de soirée à Mélina. Non, mais on pouvait déjà entendre des louanges au loin. Peter aussi devait crier intérieurement. Pas qu'il n'osait pas l'embrasser en premier. Non, il n'osait pas ou bien, il se faisait un jeu secret de savoir qui flancherait le premier entre les deux. Bon, certes, il avait commencé, en lui avouant qu'il voulait l'embrasser et en lui donnant des petits baisers au creux de son cou, mais c'était le Professeur des potions qui avait brisé la barrière du premier baiser. En premier. 

Puis, il l'avait fait pivoter. Il avait échangé les rôles. La mettant au-dessus de lui, lui en dessous, pour reprendre un baiser. Un baiser plus pressant que le premier. Plus habile, plus langoureux. Un baiser qui se voulait pressant, tout en étant délicat. Un baiser entrecoupé de respiration et de souffle. Des frissons qui parcourait tout son corps. Ses mains, tout au long du baiser, auront gardé leur place. Une à sa gorge, l'autre dans le bas de son dos. Mélina aussi le touchait. Une main sur son torse, qui pourra sentir son coeur battre à la chamade. L'autre sur sa mâchoire. Elle aimait sentir sa peau sous ses mains, il aimait quand elle avait de l'initiative et qu'elle le touchait. C'était doux, c'était bon et cela rajoutait à son baiser une sensualité qui le faisait foisonner d'avantage. Puis, Peter avait arrêté le baiser, pour la regarder. Il accueille son regard, du sien, emprunt d'étincelles. De lumière. Un peu de gêne également. Un peu de gêne d'avoir de la difficulté à respirer, d'Avoir trop aimer cela. De la gêne que son corps réagisse autant à ses baisers. 

Et Blanche-Neige lui sourit. Un magnifique sourit, donc il répondit par un délicat sourire, à son tour. Prenant une bonne inspiration pour calmer son souffle encore rapide. Puis, elle déposera un baiser sur sa joue, sur son menton qui aura pour effet de lui faire fermer les yeux. Un moment. La durée des baisers. Puis, son regard revint, il ouvrit les paupières à ce moment. La main dans le bas de son dos s'activa, délicatement, glissant sur celui-ci, vers le bas, ensuite vers le haut, proche des hanches. C'était un massager, sans masser. Juste forte sa paume contre son dos, mais de façon si sensuelle, si douce. La main qui était à sa nuque avancera vers son visage, pour que le pouce de celle-ci glisse sur ses lèvres à elle, lentement. Comme s'il voulait toucher la douceur de sa bouche, autrement que pas ses propres lèvres. 

Puis, elle parlera. Peter remettra sa main à sa nuque. Ses mots lui arracher gun petit rire. Un petit rire de gêne également, mais un rire sincère. Elle était mignonne à s'excuser comme cela. Même si ce n'était pas réellement des excuses. Elle avait répondit à une envie qu'elle avait depuis longtemps. Il en était fière, car il en avait envie depuis longtemps également. Il murmura à son tour. 

"Je suis bien content que tu as répondu à cette envie. Vraiment, ne t'excuse pas..."

Puis, il vint déposer un baiser sur son front, soulevant un peu sa tête, en fermant les yeux. Il aurait eu envie de recommencer, que la nuit ne se finisse jamais, également, tout comme Mélina. De toute façon, son corps réagissait beaucoup, encore en ce moment, cela prendra du temps avant qu'il se clame et qu'il puisse s'endormir. Il reculera la tête et replongera ses perles dans les siennes. La main dans le bas de son dos pressait des fois un peu plus ses caresses, sans toutefois être trop insistante, restant un moment à l'orée de ses fesses, remontant ensuite vers le haut, pour faire un détour sur le côté de ses côtes. Il se contrôlait même dans ses gestes. C'était une petit pulsion de répondue, car mon dieu qu'il en avait d'autres qui avaient poussé avec le baiser. Un léger sourire amusé à ses lèvres. Il chuchotera de nouveau...

"Je crois qu'on a upgrader notre statut de partenaire de dodo... "

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Lun 7 Mar - 20:12

On pouvait dire qu’Amandine ne s’était pas trompée en pensant que les deux enseigneraient semblaient compatibles. À croire qu’elle connaissait sa meilleure amie par cœur. Oh. Oui, c’était le cas. C’est fou comment le premier baiser avec quelqu’un peut-être timide, une grande barrière, mais une fois qu’elle n’est plus là, le reste ce fait beaucoup plus facilement. La gêne du premier et les désirs refoulés des autres. Oui, ça ressemblait peut-être un peu à ça, non? Parce que même Mel’ s’était laissé aller à suivre les baisers de PA. Oubliant par moment de respirer. Leurs deux cœurs devaient battre à l’unisson, comme frénétique. Comme fous.

Son regard s’encra dans le sien après ses petits baisers, des yeux brillants de quelque chose de nouveau, d’une gêne mêlé à du désir, de passion aussi. Ses mains dans son dos la faisait doucement frissonner, c’était doux, mais puissant comme sensation. Sa main sur son visage aussi lui fit de l’effet, mettant de la tendresse dans son regard. Ouf qu’il faisait chaud. C’est sûr que positionner ainsi…

Elle dit quelques mots, doucement, comme si elle avait peur de briser le moment avec des mots. Elle eut envie de faire la blague qu’il avait fait exprès que ça vienne d’elle, mais ça serait une blague pour une autre fois, elle le pensa un peu quand même. Elle lui sourit comme réponse, offrant son front pour son baiser. Elle prit une brève et profonde inspiration. Blanche Neige devait respirer, ça allait l’aider un peu.

Heu qui avait parlé de dormir? Le sang coulait trop vite dans ses veines, son cerveau était bien trop réveillé et son corps beaucoup trop actif pour qu’elle puisse seulement penser à dormir. Sa main à son visage restait là, caressant parfois du pouce sa mâchoire, descendant parfois vers ses cheveux près de son oreille. Son regard restant dans le sien, comme si elle le contemplait doucement. À son chuchotement, elle eut un petit sourire timide et amusé. Ce fut l’humour qui se fit entendre en premier dans sa voix.

‘’Ah oui? Elle feignit un peu l’innocence. Qu’est-ce que nous sommes devenus alors? Elle eut un sourire en coin, un brin espiègle. Et tu n’as pas le droit de dire partenaire de dodo 2.0 ou encore partenaires de bisous…Parce que bon…c’est pas très joli’’

Elle faisait un peu sa taquine en ce moment. Le bonheur et ses effets quand même. Elle eut un petit rire avant de venir déposer un autre baiser à l’orée de sa bouche. Non, mais elle allait vraiment devenir accro. Ama, au loin, devait être particulièrement contente, involontairement sans doute!

La jeune femme, malgré son humour, elle avait un brin de timidité dans les yeux et aussi dans ses gestes, comme si elle n’osait pas trop bouger, ne savait pas trop quoi faire bien que les caresses de PA étaient acceptés avec joie, c’était doux et agréable.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Mar 8 Mar - 7:20

Pourquoi avait-il dit ses mots. Upgrader! Non, mais pourquoi. C'est cette question qui se posait, à la suite des mots à Mélina! Il était vraiment dans un dilemme là. Il ne laissa rien paraitre, mais intérieurement, cela bouillonnait. Que devrait-il répondre à cette question? Quelles étaient les lois des relations à ce sujet. Lorsqu'on dormait régulièrement avec quelqu'un et qu'on l'embrassait, cela faisait de nous, quoi? Un couple. Une fréquentation? Des amis avec plus! Ils étaient quoi. Le Professeur des potions le mettait dans une impasse, vraiment et puis, vu qu'il était trop sincère comme personne, il se voyait mal inventer un truc, juste pour être drôle et dévier la situation. Non, il n'aurait pas pu lui faire cela, comme il n'aurait pas pu se faire cela. 

Puis, bon, elle ne l'aida pas dans ses pensées, lui donnant un baiser si proche de sa bouche, qu'il en ferma les yeux un moment. Il pourrait juste se remettre à l'embrasser. Hm, je ne crois pas que ce soit la meilleure des solutions, Peter. Il ouvrit les yeux, suite au baiser et aux frissons qui avaient maintenant fait office de sa peau comme maison. Il prit une bonne inspiration. Concentration. Et pour se concentrer, il arrêta ses caresses dans son dos, pour juste garder sa paume contre le bas de ce dernier, près de ses fesses, sans toutefois les toucher. La main à sa nuque glissera sur son épaule, allant rejoindre l'autre dans le bas de son dos. Oui, le Professeur de balais devait contrôler ses pulsions, devait contrôler ses touchés pour ne pas perdre le fil de pensées qui le submergeait. Son sourire amusé se transforma en sourire de gêne. Oui, en ce moment, il était timide, elle pourra le remarquer de un par le sourire, mais de deux par son regard. Qui le trahissait. Cela se voyait qu'il cherchait une réponse adéquate pour eux. Pour leur statut. Il prit une bonne inspiration... 

"Je vais être honnête avec toi, car on se l'était promis... Je ne sais pas quoi te répondre, car si je réponds trop et que toi tu n'es pas rendu là, je vais me sentir terriblement mal... Et si je ne réponds pas assez et que toi... Tu es rendu là, je vais me sentir terriblement mal... Mais oui, on est plus que des partenaires de dodo 2.0 et encore plus que des partenaires de bisous. Je veux continuer à apprendre à te connaître, à te voir, à te toucher et à t'embrasser. Je ne veux absolument pas que ça s'arrête... Alors, si tu as une expression pour ce genre de situation, dis-moi le... "

Il se racla pas moment la gorge, reprenant contenance, car sa voix tremblait un peu. Il avait tant de choses que le Sincère aurait voulu lui parler. De Tristan. De Iris, son ex-petite amie. D'eux. Mais là, c'était comme cela et il ne pouvait pas non plus cacher ce qu'il ressentait, ce qu'il avait envie de faire avec Blanche-Neige. Son sourire s'accentua, à force de la regarder, à force d'attendre une réponse. Une main, contre le bas de son dos, se lèvera, pour venir caresser ses cheveux, replaçant quelques mèches rebelles derrières son oreille. Délicatement. Puis, de plus en plus qu'il la regardait, de plus en plus il avait envie de l'embrasser. 

Il soulèvera sa tête encore une fois, pour venir poser un baiser de nouveau sur son front. Ensuite sur sa tempe. Pour continuer vers sa jouer. Et pour terminer par glisser jusqu'à la commissure de ses lèvres. Doucement. Il s'attarda à cette dernière partie plus que les autres. Mon dieu qu'il avait envie de recommencer. c'était chimique, électrique. Mais il devait attendre sa réponse, c'est pour cela qu'il appuya de nouveau sa tête contre l'oreiller, ouvrant les yeux pour la regarder. Pour analyser ses réactions. Retrouvant peu à peu un vrai sourire, moins de gêne, car après tout, il avait été honnête avec l'ancienne Gryffondor. Peter avait dit ce qu'il pensait, dans la position dans laquelle il était, qu'il voulait par-dessus tout pas que cela s'arrête entre eux. Il était bien, contre elle, avec elle.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Mar 8 Mar - 22:32

Mel’ n’avait pas peur des mots. Enfin, elle n’avait pas peur de les entendre, peut-être de les dire parfois. Malgré tout, elle aimait les choses claires et c’était PA qui avait commencé à parler d’upgrade hein. En effet, l’humour n’aurait pas fonctionné en ce moment, c’était évident. Parce que même si Blanche Neige l’avait apporté avec un brin d’humour, la question restait présente quand même. Qu’est-ce qu’ils étaient. Mélina connaissait-elle la hiérarchie des relations? C’était un peu nébuleux sans doute pour l’inexpérimentée Professeure de potions. Les gens se cassaient vraiment la tête. Mais pourquoi poser la question? Peut-être parce qu’elle voulait savoir ce que lui pensait. Oui, c’était peut-être ça.

Il prit un moment, ce qui commença à inquiéter un peu la jeune femme. Son sourire se perdant un peu, se demandant si elle avait mieux fait de simplement se taire. Elle baissa un moment son regard. Tu étais une idiote Mélina Johnson. Voilà. Pendant qu’elle entrait en mode parano’ elle ne vit pas son sourire qui changea. Son cœur se mit seulement à battre plus vite, plus inquiet puis il se mit à parler, ses iris glissant de suite dans ses perles à lui, il put peut-être la voir, l’inquiétude, la crainte. Surtout qu’elle ne souriait pas. Cependant, ses paroles eurent tôt fait de la calmer un peu. Ouf. Une vraie parano cette fille. Elle retint même un soupir de soulagement, mais elle prit quand même une bonne inspiration.

Ses mots la touchèrent beaucoup. Sa sincérité aurait pu la faire tomber en bas du lit tant qu’elle n’était pas habituée à ça avec un garçon si près d’elle. Elle eut un petit sourire gênée, oui, un vrai. Sa main dans ses cheveux la fit fermer les yeux, appréciant ensuite les baisers sur sa peau, son sourire grandissant un peu, elle l’aurait bien embrassé elle aussi, mais cette conversation devait continuer, devait au moins avoir une vraie fin. Quand il redéposera sa tête sur l’oreiller, elle murmura, la voix teintée de timidité, son regard dans le sien.

‘’Je…c’était un peu trop comme question hein? Elle eut un petit rire nerveux, faible, timide. Elle se mit à dessiner comme des cercles et des formes sur le torse de PA, son regard se perdant sur ses doigts, parce qu’elle était trop nerveuse, trop gênée d’avoir causé cette situation. Je ne suis…pas habituée à tout ça. Je…je ne sais pas les ‘’étapes’’ d’une relation. Je sais que moi aussi, je veux continuer d’être avec toi, tu…enfin…en peu de temps tu es devenu vraiment important pour moi et j’espère que ça va continuer. Elle déglutit difficilement, c’était intimidant parler comme ça. Et je n’ai pas l’habitude de me cacher…je n’ai pas envie d’avoir peur de te tenir la main en public…et…peut être même de t’embrasser, PA. Est-ce que ça veut dire que c’est moi qui ne respecte pas un ordre ou qui est trop…juste trop? Je ne sais pas quoi dire, j’ai juste peur de dire ce qu’il ne faut pas, te faire peur ou encore te décevoir…’’

Elle était perdue. Carrément, c’était carrément ça qu’elle disait. Elle n’était pas habituée à tout ça, elle ne savait pas gérer ça! Elle leva ensuite son regard vers lui, sa main continuant son manège, comme si bouger juste un peu, ça la rassurait, la centrait sur ce qu’elle ressentait autre que de l’embrasser en ce moment.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Mer 9 Mar - 8:41

Il l'avait remarqué. Lorsqu'il se mit à parler. Son regard qui avait dévié, vers son torse. Brisant leur lien. Il n'en fit rien. C'était une grosse question qu'ils s'étaient posés, il savait aussi que le temps que cela lui avait pris pour dire sa réponse devait inquiéter le Professeur de potions. Aussi, il se souvenait qu'elle n'avait jamais eu de véritable relation, cela n'aidait pas. Il se sentit mal, tout d'un coup, d'avoir pris autant son temps. Vraiment, mais bon, il continua à la regarder et à parler, pour voir ses réaction. Pour analyser la situation. Pour essayer de se calmer. Puis, son regard revint à lui, avec une étincelle différente dans les yeux de Blanche-Neige. Mon dieu qu'il se sentait mal, là. Il gardait son sourire. Pour la rassurer, mais celui-ci avait changé un peu, également. Un peu de peur, peur d'avoir fait une gaffe, aussi. 

Puis, il l'avait embrassé, sur le visage. Un moment, proche des lèvres. Non, Peter ne lui avait pas donné un véritable baiser. C'est vrai, cette conversation devait durer, devait avoir une fin. C'était le genre de conversation qu'on ne pouvait pas passer aux côtés, même si l'envie des baisers et du toucher étaient encore présentes. C'était pour cela qu'il avait remis sa tête sur l'oreiller. Puis, Mélina se mit à parler. Enfin, chuchoté. Commençant par une question! Est-ce que c'était trop... Comme question. Et il réfléchissait déjà à sa réponse... Continuant à l'écouter quand même. Puis, une des mains de la Belle se mit à faire des formes sur son torse, ce qui aura pour effet de le faire frissonner un peu. C'était plus fort que lui, même lors de sujets sérieux, son corps réagissait au sien. Puis, de nouveau, il perdit le contact de son regard, car elle regardait le mouvement de sa propre main. Puis, elle se livra, totalement. 

Il l'écouta, attentivement. C'était beau ses mots, malgré sa belle timidité. Il eut un petit sourire, gêné, à son tour. Ce qu'elle ne savait pas, c'est qu'il avait peur le Peter. Il avait peur de l'engagement. En fait, il avait peur des effets de l'engagement sur lui-même. Avec Mélina, tout avait été si vite et si bien. Il n'avait jamais été ainsi, aussi rapidement à l'aise, avec quelqu'un... Et cela lui faisait peur. S'il se donnait, corps et âme, totalement et qu'au finale elle le blessait... Ouf, oui, cela faisait peur. Même si, en même temps, il voulait franchir ses étapes, avec elle... Et qu'il savait que le Professeur de potions était totalement différente des autres filles. Puis, elle parla du public, de ne pas se cacher. Puis, à la fin de ses mots, il retrouva son regard, à Mélina. Il l'accueille, avec son petit sourire. Puis, il ne fit pas la même erreur qu'au début, le Sincère ne la fit pas attendre, il se racla de nouveau la gorge, lui chuchotant...

"Non, ce n'était pas trop comme question... Je ne veux pas me cacher, non plus Mélina... Je ne veux pas non plus qu'on se casse la tête à savoir l'ordre des choses. Si ce que l'on vit est vrai... Je ne vois pas pourquoi il faudrait s'en empêcher. Tu ne me fais pas peur, ce n'est pas toi qui me fait peur, mais moi, par rapport à toi, j'ai peur de m'attacher trop vite et de te perdre... Tu ne me décevras jamais... Et si on se disait qu'on créait nos propres étapes... Qu'on y va à notre rythme. Si on a envie d'être trop... On sera trop, tu comprends?"

Il avait fini par avoir un vrai sourire à sa bouche. Il n'avait pas lâché son regard du sien. Il lui avait avoué un peu ses peurs. Sa peur de s'attacher trop à elle et que ce ne soit pas réciproque. Oui, c'était sans doute sa plus grande peur. Le Professeur de balais lui avait également avoué son désir de continuer, d'être avec elle, de continuer à la voir. Ce désir qui était vraiment plus fort que tout. Puis, qu'il ne fallait pas stresser et gâcher tous leurs efforts avec les "étapes" d'une relation. Qu'il avait envie d'être trop avec elle. Une de ses mains quittera son dos pour se poser sur sa main qui bougeait sur son torse, pour la saisir, comme pour lui dire, calmes-toi, ça va bien aller. Puis, il soulèvera sa tête, allant lui cueillir un baiser, du bout des lèvres, sur les siennes, rapide, mais délicat... Car il en avait tout simplement envie...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Mer 9 Mar - 23:20

Si les deux commençaient pas mal à connaître le tempérament général de l’autre, il a quand même des choses qui restent plus discrètes, un manque d’habitude dans la façon de se comporter avec l’autre. Comme Mélina qui était un peu une fille très nerveuse de base donc oui, le temps de réponse l’inquiéta, mais ce n’était pas la faute du professeur de balais. Tous les deux étaient pris avec des peurs d’avoir fait une bêtise. C’était adorable pour un œil extérieur, mais sûrement un peu difficile pour nos deux enseignants. Il fallait dire que Mélina avait une grande peur du rejet. Pour l’avoir vécu, même si elle avait été plus loin jusqu’à maintenant avec PA qu’avec n’importe qui d’autres. Et elle voulait aller plus loin encore, avec lui, c’est vrai.

Elle parla beaucoup, vraiment beaucoup. Sa gorge devenait sèche on dirait. Elle ne s’attendait pas à cette conversation en venant le rejoindre, bon, okay, elle avait peut-être espéré des baisers, oui, mais ça? Mouais. Mais Mélina n’aurait pas été bien de ne pas en parler un peu. Pas juste à cause des baisers, mais ça faisait déjà un moment qu’ils partageaient souvent le même lit. Et pas comme deux amis, s’entend. Puis elle finit par finir de parler, son regard retrouvant celui de PA. Il souriait, un sourire qui la rassura, qui lui fit chaud au cœur. Il n’était pas parti en courant et ne l’avait mis dehors à coup de pieds aux fesses. C’était déjà ça…non? Il parla plus rapidement cette fois et elle s’en rendit compte. Cela eut pour effet déjà de faire ourler légèrement ses lippes en un délicat sourire.

Il était si gentil dans sa sincérité. C’était beau ce qu’il disait, ça donnait l’impression à son cœur d’enfler dans sa poitrine. Elle avait chaud. Peur de la perdre. Il était adorable. Jamais un homme ne lui avait parlé comme ça, c’était beaucoup pour son petit cœur. Puis comme s’il lisait dans sa tête il vint chercher un baiser sur ses lèvres. Baiser qu’elle semblait attendre, qu’elle était sur le point d’aller chercher aussi, sa main serrant nerveusement la sienne. Elle gardera son front contre le sien après le baiser, gardant les yeux fermés. Murmurant doucement ses paroles.

‘’C’est vrai ce que l’on vit. Et moi aussi, Peter, ça me fait peur de m’attacher aussi vite à toi, mais je ne veux pas que ça s’arrête. Elle murmurait, doucement, précautionneusement. Ensuite, Mélina recula un peu la tête, juste pour pouvoir ouvrir les yeux et le regarder. Je suis d’accord…suivons notre rythme…rien qu’à nous.’’

Elle lui sourit, un sourire un peu plus rassuré. Elle penchera un peu la tête pour l’embrasser de nouveau, un petit baiser.

‘’Merci de me rassurer comme ça…’’

Parce que si elle passait son temps à s’excuser, elle passait son temps aussi à dire merci. Une bonne balance quand même non? À ce moment, elle se permit un baiser un peu plus appuyée, moins gêné, comme pour dire que oui, elle allait bien que tout se passerait bien. Mais elle ne le fit pas durer une éternité, parce qu’elle était peut-être un peu joueuse. Elle se redressa, bon ça impliquait qu’elle se retrouve comme assis sur lui. Sérieux, il n’allait pas te croire quand tu vas lui dire pour ta pureté. Elle avait encore son sourire sur ses lèvres et elle tendit la main, comme pour scellé une entente.

‘’C’est un deal. Pas d’étapes ordinaires que les nôtres?’’

Pourquoi elle faisait ça. L’humour, l’ami de la gêne. Si des gens comme Joanie se taisait dans leur timidité, Mélina elle, elle ne faisait que parler plus et dire des trucs pareils. Tu allais t’habituer à ses moments de gamines PA? Sans doute qu’elle allait être comme ça jusqu’à sa mort alors…C'était peut-être pour briser un peu le sérieux de la conversation, c'était réglé maintenant. Oui?

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Jeu 10 Mar - 18:41

Oui, ils se voyaient pour dormir, ils apprenaient à se connaître, mais il avait encore quelques éléments qui n'étaient pas encore tout à fait au point. Les réactions de l'autre face à certaines situations. Le tempérament de l'un quand l'autre fait quelque chose. En tout cas, ils étaient sans doute à la pointe de l'iceberg dans leur relation, mais tout de même, ils allaient tellement bien ensemble et ils étaient tellement communicatifs et respectueux que le reste allait sans doute se faire aussi facilement que leur début. Comme ce soir, ce soir était une étape importante pour apprendre à connaître l'autre. Ils avaient franchi l'étape du baiser qui était une pas pire étape en soi. Puis, l'étape de la conversation qui suit le premier baiser. Pour l'instant, les deux professeurs se défendaient quand même assez bien. Même qu'ils faisaient cela comme des champions. Comprenant bien ce que l'autre attendait de l'un. 

Après son baiser, Mélina mit son front contre le sien, ce qui aurait pour effet de lui faire fermer les yeux. Ce moment, le temps qu'elle réponde. Le temps qu'elle lui parle. Il l'écoutait. Attentivement. La main qui était restée sur son dos se mit de nouveau à la caresser. Comme il le faisait tantôt. De haut en bas, appuyant à certaine places. Sur ses côtés, son bassin, ses hanches. Ces mots le touchèrent, vraiment. Il en avait des frissons, un peu partout. Puis, sa tête reculera. Il ouvrit les yeux, pour plonger son regard dans le sien. Une petit étincelle de bonheur au fond du regard. Et elle vint l'embrasser. Un petit baiser qu'il accueillit, de la même façon que les précédents, délicatement. Elle le remerciait de la rassurer. Comme réponse, il lui déposa un nouveau baiser sur les lèvres. Il ne pourra pas arrêter, maintenant qu'ils avaient commencé. Puis, le Sincère aimait vraiment la sensation de sa bouche contre. Puis, elle le redonnera un baiser. Un nouveau. Moins de gêne. Plus vrai. Plus sentit. Malheureusement, il ne dura pas une éternité, mais il recula la tête, quand même, avec un sourire et le regard brillant. 

Puis... PUIS... Elle vint s'asseoir sur lui. Directement sur lui! Ho mon dieu. Il calma sa réaction. Il ne voulait pas avoir des gros yeux, donc il ne fit que sourire et essaya de garder une respiration normale. Ce n'était pas qu'il n'était pas habitué à son corps contre le sien, mais là c'était différent. Son bassin était directement sur ... Ses parties. Cela avait une drôle de sensation sur son corps et ses pensées. C'était sensuel, même si Mélina ne désirait pas cela. Oui, il faisait définitivement chaud dans cette chambre. Puis impulsivement, il ne s'aida pas, il viendra poser ses mains contre ses hanches, proches de ses cuisses. Par dessus ses vêtements, quand même. Tout aussi impulsivement, il pensa, sans cesse. Ses pensées allant dans tous les sens. Peter avait une drôle d'envie. Ses mains auraient tellement pu glisser sous sa chemise de nuit, contre ses hanches, sur sa peau, et monter délicatement sur son ventre. Le caresser de ses pouce, tandis que le reste de ses doigts s'agrippent à ses côtes. Peut-être que dans ses pensées, il touchait ou frôlait sa poitrine, mais il n'osait pas trop s'aventurer vers cette pensées. Non, il ne s'aidait pas. C'était quoi, le truc? Ah oui, une belle voiture rouge... 

Puis, bon, elle parla. Ce qui le ramènera un peu sur terre. Il n'avait pas lâché son regard. Là, elle lui tendait la main. Pourquoi déjà. Ha oui, un deal. Tu semblais être loin dans tes pensées Pa, oui très loin. Son corps aussi l'était. Tendu un peu... Un peu partout. Hm, elle était joueuse. Elle jouait avec le feu. Le Professeur de balais était quand même un garçon physique. Il était impulsif, un garçon d'instinct. C'était difficile de réagir là, sans penser à ce qu'ils pourraient faire dans cette position. C'était un Homme quoi. Puis, bon, il se racla la gorge et murmura... Faiblement, avec un léger sourire aux lèvres...

"Oui, je suis d'accord, pas d'étapes ordinaires, mis à part les nôtres..."

Peter appelle la lune, il était tellement loin que cela paraissait même dans le son de sa voix. Puis, une de ses mains, celle en diagonale de celle de Mélina, tendue, se lèvera, quitta sa hanche pour venir se saisir de sa main et de conclure leur marché. Mais, il gardera sa main dans la sienne, tirant un peu sur cette dernière pour qu'elle se penche à son niveau. Pour que sa tête soit juste un peu au-dessus de la sienne. Pour qu'ils se voient encore... Puis il murmura de nouveau...

"Là, je crois qu'il faudrait que tu t'enlèves de sur moi...Je ne peux plus me concentrer..."

Lâchant un petit rire, timide, mais fiévreux...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Ven 11 Mar - 14:27

Oui, ils étaient quand même des pros l’air de rien. Il fallait dire que les deux se répondaient bien dans tous les sens du terme. Leurs corps, leurs paroles, leurs mentalités. C’était précieux comme relation et Mel’ s’en rendait de plus en plus compte. C’était rare d’avoir une chimie aussi forte avec quelqu’un comme ça. Avec qui on peut parler, se confier et tout dire sans avoir peur. Cependant, les nouvelles relations apportent toujours un peu de crainte, surtout quand on a un passé amoureux/relationnelles troublants ou encore tristes. Mel’ avait peur du rejet comme pas possible, oui elle se risquait à bras ouverts avec PA, mais la conversation lui avait fait un peu peur…elle n’était pas du genre à avoir un ami avec avantage, s’entend. Elle avait vraiment espérée que ce n’était pas ce qu’il pensait. Jusqu’à maintenant, tout allait bien de ce côté-là aussi.

Ils se parlaient avec franchise et c’était très important. Une petite gêne des deux côtés, mais rien de bien méchant. Il recommença doucement à la caresser, devenant le centre de la naissance de ses frissons. Elle l’avait embrassé, plus d’une fois. Ensuite elle fit un truc hm…disons qu’elle n’y avait pas du tout pensé. Être un homme ce n’est pas facile, hein PA? Il avait continué de la regarder, de lui sourire, donc naturellement, elle ne vit pas tout de suite disons…l’ampleur de sa position. Il ne fallait pas paniquer avec ça, ils allaient finir par en rire de toute façon un beau jour. D’autant plus qu’il répondit, dans un murmure. Que leurs étapes. Peut-être qu’en parlant, elle réalisa quelque chose, elle n’eut cependant pas le temps de lui demander ou de réfléchir qu’il serrait sa main puis elle fut tirée vers lui, un sourire traversant ses lèvres tandis que son corps se penchent, son regard restant dans le sien, bon sang, on avait pas l’impression d’être en hiver dans cette chambre en tout cas… Et là, elle comprit pourquoi. AH BON SANG. Il n’eut pas à lui dire deux fois. Elle devint rouge comme un tomate, sûrement jusqu’au orteil, son cœur se mit à battre comme un dément, comme pour la punir. Elle balbutia très difficilement, la gêne nouant sa gorge.

‘’Ah Seigneur..! Je ..! Pardon! Pardon! Je voulais pas te…enfin. Je m’excuse!’’

Oui, là, elle se sentait VRAIMENT ridicule et oui, elle s’était enlevée sur lui en même temps. Elle avait comme…un peu honte de son inexpérience. Elle aurait dû y penser avant c’était clair. Elle s’était mise sur le côté, vers lui, et elle cacha son visage contre le bras de PA. Elle eut une petit rire, nerveux, remplie de timidité.

‘’Je suis vraiment stupide, je m’excuse!’’

On a compris quand même là hein! Elle n’allait pas pouvoir se regarder le lendemain matin dans le miroir, elle aurait l’impression que son reflet lui dirait ‘’et tu as pas pensé…TU ÉTAIS ASSISE DESSUS.’’ Ah non non non, elle se sentait trop mal, elle n’avait jamais été aussi impulsive physiquement avec un garçon et elle gérait mal cela on dirait.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Dim 13 Mar - 8:59

Des fois, être un Homme à ses avantages, mais dans ce genre de situations, non, il n'a aucun avantage. C'est que bon, même si cela ne se voulait pas sensuel, ils étaient dans leur début, ils commençaient à s'embrasser, à vivre de nouvelles sensations. Puis, le contact du corps de Mélina, sur le sien, avec les précédents baisers et ses pulsions d'Homme, cela n'avait pas aidé à calmer ses tensions dans le bas de son ventre. Non, Peter était un Homme physique, c'était plus fort que lui. Puis bon, on ne se le cachera pas, Mélina était désirante comme fille. Il l'a trouvait extrêmement belle, de son goût, sur tous les plans. Autant mentalement que physiquement. Donc oui, son geste, bien qu'innocent, était très intense pour le Professeur de balais. Un geste qui avait réveillé ses pensées, son corps, ses pulsions sexuelles. Bref! Il trouvait cela charmant et excitant à la fois. Mais bon, puis que c'est un être rempli de sincérité. Il fallait qu'il lui dise. Même si elle aurait pu le sentir, dans sa voix, dans son corps, dans son regard. Ce n'était pas pour la gêner, au contraire. C'était un petit aveu innocent. Pour lui dire:"Tu me fais trop d'effet, il faut que je me re-concentre...."

Sa réaction le fit rire. Un rire adorable. Un rire charmant, il la trouvait tellement mignonne dans cette petite réaction. Elle s'excusa, sa voix tremblante aura pour effet de le faire rire à nouveau. Il ne riait pas d'elle. Au contraire, il riait de la situation. Dans les début, c'était cela, on apprenait sur l'autre. On voulait clarifier les relations, mais on apprenait également sur les réactions physiques de l'autre. On apprenait à vivre avec cela et c'était ce qu'ils faisaient en ce moment. Oh, elle s'enlevait de sur lui. Ce qui aura pour effet de le faire respirer un peu mieux. Sans tension. Puis rire lui avait fait du bien également. Puis, le Professeur des potions vint se mettre sur le côté, cachant son visage contre son propre bras. Son rire se transformera en un sourire adorable. Attendri par la situation. La main de son autre bras vint dans ses cheveux à elle, caressant le fond de sa tête. 

"Tu n'as pas à t'excuser Mel'... Voyons, c'est moi qui s'excuse d'avoir eu cette réaction..."

Il avait murmuré ses mots. Il avait un sourire dans sa voix. Non, le garçon n'était pas gêné de la situation. C'était rare que Peter s'excusait comme garçon, mais là c'était sincère, c'était lui qui avait réagi comme un homme avec ses pulsions. On l'a dit, il la trouvait adorable, comme situation. Il continua ses caresses, descendant vers sa nuque, appuyant sur cette dernière, comme pour détendre Blanche-Neige. Puis, il enchainera de nouveau, toujours en murmurant...

"Je crois simplement que tu me fais beaucoup d'effet... Il faudra qu'on gère aussi ce genre de situation maintenant...Ne te sens pas mal, vraiment..."

Puis, il se tourna un peu de côté, lui aussi. Face à elle. Sa main toujours contre sa nuque, contre sa peau. Lui prodiguant de petits caresses, de petits pression. Il fermera les paupières, venant poser un baiser contre son front. Encore une fois pour la rassurer. Pour lui dire que ce n'était rien. Qu'il faudrait peut-être qu'ils s'habituent à ce genre de situation, que cela allait sans doute se reproduire, plus d'une fois, plus régulièrement, maintenant que l'étape du baiser avait été franchie.

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Lun 14 Mar - 17:29

Être une femme, c’est avoir certain désavantage physique, comme les règles, mais de ce côté-là, bon sang qu’elles ont un avantage hein, on s’entend là-dessus. Donc oui, quand on a pas l’habitude comme Mélina de ce genre de contact, on oublie un peu les réactions physique des hommes! Elle était gênée parce que ça montrait son manque flagrant d’expériences. Mélina n’en avait pas honte non plus, mais disons que bon…elle se serait bien caché entre deux planches du plancher en ce moment. En tout cas, elle allait vraiment y penser les prochaines fois…même si bon, elle se découvrait un peu impulsive physiquement avec PA.

Au moins, il riait un peu. Ça n’enlevait pas sa gêne, mais ça lui donnait l’impression D’être moins stupide. Bon, elle avait quand même fait l’autruche en se cachant le visage contre son bras à lui. Oui, fallait pas la regarder quand elle était autant gênée, ça la gênait encore plus! Le petit massage de PA la fit sourire un tout petit peu, mais il ne put pas le voir parce qu’elle restait encore bien cacher hein. Puis sa voix se fit entendre. S’excuser? Non non, des deux, elle a clairement le monopole des ‘’je m’excuse’’ quand les deux cherchent à s’excuser. On comprend bien? Bon, on continue. Elle voulut répondre qu’elle n’avait pas l’habitude, mais elle se retint, c’était sans doute assez évident pour éviter de le dire. Elle ne fit qu’avaler difficilement sa salive sans rien dire. Moui, mieux valait garder ça pour soit ce soir. Il fallait avouer qu’il était en train de gagner doucement la jeune femme avec ses messages. Les yeux clos, la gêne partait tranquillement, ça faisait du bien ce genre de toucher. OH et elle revient au galop avec ses paroles. On pouvait sentir parfois que quelqu’un nous trouvait attirant, mais l’entendre aussi franchement, c’était…nouveau. Elle avait ouvert les yeux, doucement. Juste ses paroles lui avaient sans doute procurées plus de frissons que ses caresses en ce moment. Elle se sentait troublée. Troublée d’une bonne façon, d’une façon excitante.

Sa main bougera doucement, juste pour se poser sur son bras qui lui caressait la nuque. Non pas pour l’arrêter, mais simplement pour le plaisir de le toucher. Sa tête bougera juste un peu pour tenter de venir chercher son regard. Elle eut un sourire. Attendrie et un peu gênée. Mélina le regarda un moment, l’admirant puis elle finit par murmurer, délicatement, sentant sa respiration près de la sienne.

‘’Je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme toi, PA. commença-t-elle doucement, la respiration comme courte, tu es tellement sincère et rassurant…elle eut un petit sourire gênée. Merci d’être toi.’’

Elle parlait tout bas, un très délicat murmure puisqu’ils étaient si proches. Et comme si elle voulait allier paroles à un geste, elle revint chercher ses lèvres avec une tendresse qui la faisait presque trembler. Oui, il lui faisait vraiment beaucoup d’effet PA, autant dans ses gestes que dans ses paroles. Il lui faisait du bien, comme si elle avait toujours eu besoin d’un homme comme lui. Oui, ça devait être ça.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Lun 14 Mar - 19:00

En fait, en ce moment, il ignorait totalement que Mélina était vierge. Il ne la croyait pas inexpérimenté, car après tout, elle répondait quand même à certaines de se pulsions. C'est elle qui avait enclenché leur premier baiser. Elle avait accepté rapidement de dormir avec lui. Plusieurs fois semaines. Ils étaient proches, dans tous les sens du terme. Peter se doutait qu'elle avait une petite gêne à certaines situations. Comme celle qui venait de vivre. aux, que non, il ne se doutait pas de sa virginité. Il pensait peut-être qu'elle avait fait cela sans penser réellement que cela aurait réveillé certaines pulsions chez lui. Ou bien, qu'elle avait mal calculé les réactions du Monsieur face à son corps contre le sien. Mais bon, c'était pou cela qu'en ce moment, il trouvait cela adorable. Il ne paniquait pas encore, car bon, le Professer de balais ignorait totalement les réels motifs de sa réaction. 

C'était pour cela qu'il avait commencé à ;lui caresser la nuque. Pour la détendre, pour lui faire croire que tout allait bien, qu'il n'avait rien de grave à la situation. Certes, quand il va savoir, ce sera à elle de lui faire la même chose, car ce sera lui qui sera un peu tendu et gêné. Bonne idée de n'avoir rien dit ce soir et de garder cela pour un autre moment, car disons que la scène aurait changé un peu. Il s'aurait senti extrêmement mal et il s'en aurait voulu extrêmement. Puis, surtout après ses aveux. Il aurait juste... Paniqué. Oui, c'était répétitif, mais c'était réellement comme cela qu'il réagirait. Surtout après lui avoir dit que Blanche-Neige lui faisait beaucoup d'effet. Ça, pour de l'effet, Mélina lui en faisait énormément. Sa chair était presque tatouée de frisson lorsqu'elle était à ses côtés, tellement son corps réagissait au sien. 

Puis, sa main vint contre son bras. Le bras qui était levé vers elle, pour lui masser la nuque. La main du Professeur des potions vint simplement toucher sa chair, ce qui aura pour effet de faire augmenter sa respiration, un brin, car même s'il s'était calmé, depuis qu'elle n'était plus sur lui, le Sincère avait quand même des pulsions encore très présente. Ou, c'était simplement la réaction chimique de son corps face au sien. Il retint même un frémissement. Puis, la tête de Mélina reculera, il ouvrit les yeux, accueillant ses magnifiques yeux de son regard. Ils étaient si proche. Et même si l'étape du baiser était franchie, il avait tellement envie de l'embrasser encore et encore. 

Ensuite, Blanche-Neige murmura. Des mots qui le firent sourire. Un sourire tellement vrai. Reconnaissant de sa franchise. Touché par ses paroles. Sa main contre sa nuque glissera vers l'avant de son visage, son pouce frôlant sa mâchoire, de bas en haut. Avant qu'elle ne l'embrasse, il chuchotera à son tour. Non, rien ne servait de crier, ils étaient tellement proches de toute façon. 

"Comment vais-je faire pour me passer de toi pendant plus d'une semaine..."

Il eut un léger rire, puis elle vint l'ébraser. Baiser qu'il répondit, évidemment. La main à sa gorge se resserra sur cette dernière, sans lui faire mal. Une réaction à son baiser. Un réaction qui calmait le reste de son corps. Comme s'il avait emprise sur ses pulsions, sur elle... Comment va-t-il faire pour s'endormir ce soir et tous les autres soirs jusqu'à temps que son corps ne connaisse pas le sien. Impulsif? Physique? Oui et surtout, il ne savait pas l'état de la virginité de la Mademoiselle...

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Mar 15 Mar - 14:59

C’est vrai que Mélina avait été très rapidement à être près physiquement de PA. Elle se sentait à l’aise avec lui et respectée. Ça arrive parfois qu’on sent beaucoup moins de gêne avec une personne. C’était moins de gêne avec PA, moins de retenue et elle se sentait bien là-dedans. Sauf quand elle faisait un truc comme s’asseoir dessus, là elle se sentait un peu stupide de ne pas y avoir pensé avant hein! Mais comme elle lui avait dit, il était tellement rassurant qu’elle ne pouvait pas se sentir comme ça trop longtemps.

Mélina gérait aussi ses envies et ses pulsions. Parce que ce n’est pas parce qu’elle était vierge qu’elle ne ressentait pas du désir et de l’envie pour le professeur de balais. D’où les raisons qu’elle agissait ainsi probablement. Et qu’elle tentait de contrôler tout ça, de gérer comme il disait. Ce n’était pas que lui et ses réactions, c’était elle aussi. Mais tout ça n’était pas mal, au contraire! Elle se surprenait elle-même, mais si elle était bien, c’était parce que c’était correct comme ça.

Elle réagissait tellement à ses mots, son contact, c’était ahurissant. C’était chimique, ils étaient liés tous les deux, c’était indéniable. Ils allaient tout simplement bien ensemble. C’est pour ça qu’elle dit cela, c’est pour ça qu’elle touchait son bras. Son sourire sembla la faire fondre de l’intérieur, elle sourit légèrement également, frémissant un peu en sentant sa main contre son visage. Ses paroles aussi eurent beaucoup d’effet sur son cœur qui se prit pour un acrobate, ses poumons comme pris dans une tornade.

Si lui serra un peu sa main à son baiser, elle fit pareil. Serrant un peu son bras, savourant correctement, pleinement se baiser. Elle avait chaud. Quand le besoin de respirer fut trop fort, leur baiser se coupa, doucement et du côté de Mel, à contre cœur. Elle sourit un peu, restant près de son visage et elle parla, un sourire dans la voix, sur les lèvres et les yeux remplis de lumière, d’étincelles de bonheur.

‘’J’allais te poser la même question, j’espérais que tu aurais des conseils pour moi.’’

Dit-elle avec un petit sourire espiègle sur les lèvres. Oui, comment elle allait faire elle hein? Bon, certain diront que le sable chaud et la mer allait l’aider, mais non, elle allait y penser à son PA…et sans doute avoir des blagues sur lui durant toute la semaine à cause de son père, mais ça sera de bon cœur. Voir son enfant heureux c’est tout de même merveilleux considérant la guerre qui est passée.

La main à son bras pour venir se poser sur sa nuque, près de sa mâchoire. Le truc quand on embrasse quelqu’un qu’on a envie d’embrasser depuis un petit moment, c’est que l’envie ne s’estompe pas rapidement, surtout quand c’est comme eux, pleins d’envie et de pulsions. Puis, avec un air amusé, elle rajouta.

‘’Tu demanderas à Anthony de te faire de la place dans son lit, tu te sentiras moins seul pour dormir.’’

Et le pire c’est qu’elle se trouvait un peu drôle la jeune femme. Elle retint un peu son rire avant de finalement céder et ricaner faiblement. Il allait lui manquer le professeur, ça oui.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Marie_Eve_1989 le Mar 15 Mar - 17:16

La question que tout le monde se posait sans doute était : Comment faisaient-ils pour ne pas brûler d'étapes. Pas qu'ils avaient des étapes à brûler, mais ils se contrôlaient bien, ça on pouvait le dire. Ils se contrôlaient peut-être un peu trop. C'est fou, en tout cas, comment le Professeur de balais se contrôlait avec Mélina. Pas qu'il voulait la violer ou abuser d'elle. Simplement qu'il avait sans doute une soif de son corps, de ses lèvres, de sa chair. C'était plus fort que lui. Mélina le complétait bien. Il avait rarement vu ou rencontré une fille dans son genre et cela lui procurait des sensations nouvelles. Avec Iris, il était sans doute autant physique, mais la passion n'était pas au rendez-vous. C'était un homme. Adolescent. Il comblait sans doute un vide. Oui, il l'appréciait, son ancienne copine. Oui, il devait la désirer. Sinon, il n'aurait pas été honnête avec elle, donc avec lui-même. Mais ce n'était pas comme avec Blanche-Neige. Peter avait des désirs qui naissaient avec sa relation avec elle. Des désirs qu'ils n'avaient jamais ressenti aussi fort. Oui, c'était cela. Des désirs, il en avait eu avec Iris, mais pas comme il vivait cela avec Mélina. 

Puis, Peter lui avoua qu'il allait avoir de la difficulté à se séparer d'elle, pendant les vacances. Puis, de nouveau, ils avaient échangé un baiser. Un baiser qui montrait bien leurs pulsions, leurs barrières qu'ils essayaient de contrôler. Puis, comme toute bonne chose a une fin, le baiser s'arrêta, car leur respiration ne pouvait plus fournir correctement. Il reculera un peu la tête, pour la regarder. Reprenant, enfin, essayant de reprendre une respiration normale. Puis, elle parla. Elle lui dit des mots qui voulaient à peu près dire la même chose que les siens. Des conseils? Non, le Sincère en avait pas, car il ignorait vraiment comment il avait faire pour être loin d'elle pendant aussi longtemps. 

C'est sûr, qu'elle l'avait un peu plus facile. Elle s'en allait au chaud, les pieds dans la mer. Le soleil réchauffant sa chair, le vent contre son visage. Oui, C'était plus facile d'accepter la séparation de cette façon que de passer une semaine chez Anthony, à avoir peur de sa jeune soeur. Peur qu'elle ne le viole. Pas qu'Anthony était de mauvaise compagnie, au contraire, mais disons que la Mademoiselle le battait haut la main. Puis, la main de l'ancienne Gryffondor vint à sa nuque, dans une caresse. Qui aura pour effet de le faire frissonner à nouveau. Mon dieu, il ne pourra jamais calmer ses réactions. C'était trop fort, son contact contre sa peau. Puis, elle continua de parler. Disant quelque chose qui fit rire le Professeur de balais. Un rire sincère, délicat. Elle se trouvait drôle. Il la trouvait drôle. La main sur sa nuque glissera quant à elle, sur son épaule pour ensuite bifurquer  vers sa hanche. Il osera, quand même, brisant une petite barrière, à venir sous sa chemise de nuit, en la soulevant délicatement, pour venir coller sa paume contre sa peau. Pas trop haut. Pas trop bas. Juste à la bonne hauteur. Ils allaient quitter dans quelques heures. Il avait le droit à un petit souvenir, quand même. Ses perles fixaient celles de la Mademoiselle, comme pour qu'elle approuve son geste. Non, sa paume ne bougea pas. Restant droit sur sa hanche. Sa respiration augmentera un brin, mais il lui sourit tout de même. Un sourire gêné, un sourire charmant, mais timide... Lui murmurant de nouveau...

"Hm, même si j'aime bien Anthony, ce ne sera jamais comme toi... "

Marie_Eve_1989

Messages : 304
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Vanoute le Mer 16 Mar - 21:52

N’avaient-ils pas dit que s’ils voulaient être trop, ils pouvaient? He bien…peut-être qu’il avait une certaine excitation à faire monter la tension, monter la fièvre jusqu’à atteindre un point de non-retour? Comme avec le baiser. C’était Mélina qui avait cédé, qui n’avait plus cru pouvoir se retenir plus longtemps. Parce que ce n’était sûrement pas de la gêne à les voir comme ça. Mélina aimait ça. Elle aimait sentit l’envie monter, cette excitation qu’elle n’avait jamais ressenti qui faisait vibre son corps en entier. Elle apprenait à connaître ses sensations dans son corps, elle aimait que PA les cause aussi. L’enseignante aimait réaliser qu’aucun homme n’avait touché son corps de la sorte et en avait fait ressortir des multitudes de frissons, qu’aucun homme ne l’avait regardé comme ça en lui disant la vérité dans détourner le regard. Elle ne s’était jamais sentit aussi bien avec un homme comme ça. Oui, c’était physique, mais il avait plus, ils s’entendaient bien, s’amusaient ensemble. Ils allaient bien ensemble comme dit si souvent. Oui, certain diront que c’est la passion du début, mais pour ces deux êtres, ils savaient que ce n’était pas que ça, oui…ça se sentait ses choses-là.

Même quand Mélina avait un doute si elle allait lui faire peur avec des mots, il disait ce qu’elle pensait. Comme là. Elle avait eu envie de lui dire qu’il allait lui manquer, que c’était long une semaine quand même, mais elle s’était un peu retenue parce qu’elle avait peur de faire dépendante un peu hein! Mais il lui avait dit, lui. Et elle ne trouvait pas ça dépendant, ça faisait chaud au cœur, ça faisait du bien. La réciprocité était une belle chose. C’était encourageant. Elle lui avait donc demandé conseil puisqu’elle ressentait la même chose. Elle n’allait peut-être pas nécessairement l’avoir plus facile. Son cœur nouvellement rempli de passion pour PA se dirait que ça serait mille fois mieux s’il était présent. Un coucher de soleil serait plus beau dans les bras de PA. Un spectacle serait bien plus amusant avec PA assit près d’elle à se rire.

Elle le fit ensuite rire avec son humour tout à fait Mélinesque. C’était un beau rire. Il était un bon public quand même PA. Puis il fit quelque chose qui arracha des frissons immenses sur sa peau…lorsqu’il posa sa paume contre sa hanche nue. Elle soutenait son regard, mais il put voir même le frisson passer dans son regard et un petit sourire, un peu timide, mais consentant disons venir sur ses lèvres. La main à sa mâchoire s’activa doucement, le pouce en fait, pour caresser doucement son visage. Son cœur battait si vite et si fort, mais cette sensation était exquise. Elle adorait vraiment cela. Mel’ regarda un moment son sourire avant de retourner à ses yeux quand il parla et son sourire se fit plus amusé.

‘’Je suis contente d’entendre ça…’’

Et elle ricana un peu, cherchant un énième baiser sur ses lèvres. Et ce fut sans doute ainsi durant un long moment. Des baisers échangés, des murmures délicats, adorables. Des sourires timides et sincères. Une envie de rester avec l’autre très présente, de profiter de toutes les secondes avant le départ, avant le au revoir. Cependant, la fatigue finit par gagner tranquillement sur eux, augmentant de plus en plus entre deux baisers, deux regards. C’est donc ainsi blottit contre lui, une main restant près de son visage que la Belle s’endormie, contre son gré, d’épuisement. La jeune femme aurait aimé savourer encore un peu… oui, c’était long une semaine.

Vanoute
Admin

Messages : 289
Date d'inscription : 07/04/2014

Voir le profil de l'utilisateur http://meleedeschemins.forum-canada.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: ''Mes nuits aux tons de gris ont pris ta couleur''

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum